RAOUL T’AURAIS PU PRÉVENIR AVANT DE PARTIR

Ah, cette lecture... Elle m'a juste broyé le cœur. Pourtant, le ton est tour à tour doux, drôle, poignant, léger, cocasse et émouvant. Un super cocktail, qui réconforte et qui aide aussi à exprimer ce maelström de sentiments qui vous oppressent suite à la perte d'un être cher.

Raoul vient de perdre son Papipa. Ses parents sont bouleversés, et lui aussi est très triste, d'ailleurs il ne parvient pas à contenir ses larmes qui coulent toutes seules. Mais d'autres questions se bousculent dans la tête de notre jeune ami : que devient-on après la mort ? pourquoi on fleurit le cimetière ? dit-on assez je-t'aime avant qu'il ne soit trop tard ? et si on part au ciel, ne risque-t-on pas de tomber ? 

Toute cette histoire est encore une fois inspirée d'après des mots d'enfants lus ou entendus, d'où cette spontanéité et cette candeur dans les situations rapportées par Raoul. C'est plein de tendresse et de délicatesse, même si ça donne la boule au ventre. Un album d'une grande sensibilité mais qui impose une justesse de ton dans son propos. Très précieux. 

Raoul - T'aurais pu prévenir avant de partir, de Michel Van Zeveren

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------------

 

 

RAOUL MAIS C'EST UNE FILLE !

Retour à la légèreté avec notre jeune héros, Raoul, qui va apprendre le rôle de grand frère. En attendant la naissance, non sans anxiété, le petit loup se demande à quoi va ressembler le bébé, pourquoi sa maman est malade, est-ce qu'elle va contracter les fesses comme la reine des abeilles au moment de pondre ses œufs. C'est délicieusement naïf, mais ça sent le vécu aussi. 

Après tout, Raoul ne cache pas sa déception en découvrant que le bébé est une fille. Ce n'était pas ce qu'il avait commandé. Aussi, quand maman lui propose de l'aider à changer le bébé, Raoul répond sans hésitation :  « Oui, change-la et prends un petit-frère à la place ! »

Ce sont ainsi plusieurs anecdotes qui font sourire et qui mettent en situation l'enfant autour de la naissance, de la responsabilité de grandir, de partager ses parents et leur amour, de la mécanique corporelle, des nausées, de la poche des eaux, du lait maternel, et aussi des sentiments amoureux. C'est super touchant et attachant !

Raoul - Mais c'est une fille ! de Michel Van Zeveren

Pastel de l'école des loisirs, 2016

 

-------------------------------------

 

DESSINE-MOI UN PETIT PRINCE

Dessiner ou ne pas dessiner. Se lancer ou hésiter par peur du ridicule. S'extasier devant les dessins des copains, forcément toujours meilleurs. Rêver de dessiner un petit prince et se louper. Tendre sa feuille à maman avec le cœur rempli d'espérance. Et s'entendre répliquer qu'on peut aussi, et surtout, dessiner ce que les autres ne voient pas. Ou bien, dessiner ce qu'on est seul à voir dans la tête !

Et ça, c'est un chouette album qui traite de l'imagination avec beaucoup, beaucoup d'humour. Un Michel Van Zeveren fourmillant de détails cocasses et de clins d'œil à foison. Totale admiration dans notre chaumière. Clap-clap-clap. 

Dessine-moi un petit prince, de Michel Van Zeveren

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------------

 

J'HABITE ICI

Dernier tour de piste avec cette histoire de maison hantée d'un type très particulier... Un chasseur est réveillé en pleine nuit car il a entendu du bruit dans sa cuisine. Il tombe nez à nez avec un fantôme de loup en train de se préparer une tasse de café. C'est une hallucination ? Non, non. Mais le chasseur rouspète, l'intrus est chez lui. Et le loup de rétorquer que lui aussi habite ici. Trop fatigué pour discuter, le chasseur préfère se recoucher.

Simple. Drôle. Efficace. Un album qui fait joyeusement glousser au moment d'éteindre les lumières pour s'endormir. ☺

J'habite ici, de Michel Van Zeveren

Pastel de l'école des loisirs, 2015

 

-------------------------------------