24/09/13

Teaser Tuesday #49

Il était une fois deux mondes, celui des ours et celui des souris. Deux univers qui s'évitent, se toisent avec méfiance, mais ne peuvent vivre l'un sans l'autre.

IMG_9238   IMG_9239

Ernest est affamé et manque d'avaler Célestine, qui était coincée dans une poubelle. Celle-ci est bien embêtée car elle n'a pas atteint son quota de dents au cours de sa tournée. Tous deux concluent un pacte : elle montre à Ernest le passage pour se glisser dans la confiserie et avaler toutes les sucreries, en échange il aide Célestine à porter son gros sac de dents chipées chez le dentiste d'en face.

Dès lors, leurs ennuis ne font que commencer. Obligés de fuir la police et la justice, ils se réfugient dans la maison d'Ernest, dans la forêt, font ami-ami et vivent heureux, à l'écart des autres. Célestine est une rêveuse, elle passe son temps à dessiner. Ernest est un saltimbanque, il adore aussi jouer du piano. C'est ainsi que leur petite vie à deux ressemble à un beau tableau aux couleurs harmonieuses, bercé par la musique, des rires et des chants.

Daniel Pennac a apporté sa tendresse et sa facétie pour raconter l'histoire d'Ernest et Célestine : une histoire d'amitié sur fond de tolérance et de liberté. L'effet est magique, indescriptible. C'est apaisant, vraiment charmant. Et drôle aussi. L'auteur ne  manque pas non plus de rendre un bel hommage à Gabrielle Vincent...

Le roman d'Ernest et Célestine, par Daniel Pennac (Casterman Poche, septembre 2013)
-) Ce roman est le scénario du film, la novellisation de la célèbre série de Gabrielle Vincent.

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


24/07/13

instantanés de lecture #4

Je me sens toujours, à passer la majeure partie du temps dans cette chambre de clinique, aussi absente à moi-même. Peut-être un peu moins, au fil des semaines. Mais quand je t'écris, plus je t'écris et plus j'arrive à sortir de moi-même. Je pose à côté de moi ma peur, ma culpabilité comme si c'était de vilains objets. Et je retrouve, quand je les évoque, le goût des fruits, les lumières du ciel, ton regard bleu, ton rire, nos goûters chez ma grand-mère Helena Zemski, l'odeur de la résine de la forêt autour des lacs.

IMG_9009

(Jérôme Leroy transpose dans un pays de Scandinavie imaginaire la tragédie qui a eu lieu le 22 juillet 2011 sur l'île d'Utoya, en Norvège, et donne la parole à une jeune rescapée.)

Un texte qui se reçoit comme un coup de poing, et dont la portée est extrêmement bouleversante.

Norlande, par Jérôme Leroy (Syros, coll. Rat Noir, 2013)

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

instantanés de lecture #3

Fin octobre 1648

Le soleil de cette fin d'octobre avait réussi à réchauffer le petit cabinet de la reine, mais l'atmosphère y était glaciale. L'exaspération tourmentait la reine. Elle était préoccupée, visiblement incapable de fixer son attention sur sa lecture.
- Ces parlementaires me rendront folle ! Je suis épuisée...
Depuis un mois, l'agitation à Paris poussait les parlementaires à gonfler leurs revendications.
- Quels insolents ! Ils veulent maintenant participer au gouvernement ! Il ne manquait plus que cela !
Brutalement, elle referma son livre, le posa sur le bureau et se mit à tapoter nerveusement les accoudoirs de son fauteuil. Elle fulminait, hors d'elle. Comment elle, fille du roi d'Espagne, avait-elle pu consentir à s'abaisser devant eux ?
Louis s'approcha de sa mère et l'enlaça avant de lui donner un baiser. Précoce pour son âge et plein de sang-froid, le petit roi avait bien compris les enjeux de cette guerre d'usure, mais il était trop jeune pour apporter à sa mère un réel réconfort et cela le désolait.
Comme pour répondre à la pensée de son fils, la reine murmura:
- Que le poids écrasant du gouvernement me semble lourd !

IMG_9008

(1648. Louis XIV a 9 ans. Il est déjà roi, sous la régence de sa mère Anne d'Autriche et du ministre Mazarin. Les temps sont tourmentés : la guerre contre l'Espagne fait rage et les parlementaires cherchent à limiter les pouvoirs de la royauté. Entre fêtes sublimes et fuites rocambolesques, l'enfant-roi connaît une enfance mouvementée. Pendant ce temps, Lorenzo, filleul et espion de Mazarin, part en mission secrète à Venise...)

Passionnant petit roman historique, qui introduit aux intrigues de la Cour de Louis XIV en expliquant tous les rouages de la politique de façon romancée (l'auteur a glissé des personnages fictifs, comme le neveu de Mazarin, pour pimenter l'histoire). C'est un livre qu'on avale d'une traite, il est simple, très bien expliqué et agréablement écrit.

Les diamants du cardinal (tome 1) par Gertrude Dordor (Belin jeunesse, coll. Avant de devenir..., 2012)
illustration de couverture : Icinori

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23/07/13

instantanés de lecture #2

Plus le bateau s'approchait d'Ouessant, plus la mer prenait une couleur épinard. Lourde.
Lorsqu'ils accostèrent, elle cognait sur le débarcadère. En sortant de la cabine, Pablo fut déséquilibré par une bourrasque d'une puissance inattendue. Le vent lui fatiguait le visage. Lui brassait les cheveux. Il se sentait transpercé à travers sa veste polaire. Il se raidissait. Craignait de tomber à l'eau.

(...)

Tout est à l'envers, ici, pensa Pablo en se rasseyant. La mer est ténébreuse et accidentée, au lieu d'être crémeuse et coulante comme un café au lait. Les boas sont gentils et les dauphins sont méchants. Il se demanda s'il devait vraiment croire ce que lui disaient les adultes.

IMG_9007

(Pablo, dont le père est uruguayen et la mère française, a toujours vécu en Uruguay. Il ne connaît pas le pays de sa maman. Alors ses parents l'envoient en vacances chez son grand-père maternel, Papilou, et sa femme, Mamina, tout au bout de la pointe bretonne, sur l'île d'Ouessant. Mais il n'est pas facile pour Pablo de se sentir chez lui sur cette île venteuse et accidentée, où les maisons sont petites et le beurre salé.)

Un adorable petit roman, pétri d'amour, de délicatesse et de sensibilité. 

Le pays à l'envers, par Myriam Gallot (Syros, coll. tempo, 2013)

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28/06/13

Instantanés de lecture #1

L'adolescence dans tous ses états ... Ces petites lectures ne trouveront peut-être pas le chemin du blog, faute de temps ou d'inspiration, mais elles n'en demeurent pas moins intéressantes à découvrir !

 

Moi, les nichons, j'en veux pas. Les filles au collège qui se mettent des Wonderbra ou se fourrent du coton dans le soutif me débectent. Est-ce que les gars pensent à se mettre des coques dans le caleçon ?
J'ai pas envie de devenir femme. Pas encore, pas tout de suite. Je ne suis pas prête. Mais mon corps change, il déborde de partout, les seins, les fesses, le ventre... Ça déborde dans ma tête. J'ai peur.
Je me préférais avant, modèle petite fille plate. Brindille. Phasme, disait mon aimable frère. J'étais plus à l'aise avec mes jupes courtes et mes jambes d'allumette.
Maintenant, obligée de porter des gros jeans, des T-shirts XXL, des gilets, pour planquer ce corps qui m'encombre.
Mes cuisses qui font plof plof en course d'endurance, mon cul qui explose dans les maillots de bain, c'est pas possible. C'est ça, devenir femme ?

Honte de tout, par Carole Fives (éditions Thierry Magnier, coll. Nouvelles, 2013)

 

Théo et moi, on est des alchimistes : on a pris les  ingrédients amers de nos vies, et on en a fait du sucre doux. Quand on est séparés, c'est une aberration, un manque d'air qui coupe le souffle, une jambe en  moins, un vieux vertige insupportable, la perte de la moitié de notre intelligence, de la moitié de nos réflexes, de la moitié de notre imaginaire.

Plan B pour l'été, par Hélène Vignal (éditions du Rouergue, coll. doAdo, 2012)

   

Je suis l'aînée de six enfants : après moi, il y a Valentin, Côme, Paola, Marguerite, et Lili la benjamine. Mes parents travaillent dur. Et depuis que je suis petite, je les aide à la maison et parfois au restaurant. Pour moi, ce n'est pas une corvée. C'est naturel.
J'aime chahuter avec Lili, lire des histoires à Paola, me disputer avec Valentin, pousser Marguerite sur la balançoire. J'aime servir les grenadines au comptoir, parler avec les clients. J'aime les pichenettes tendres de mon père, les blagues de ma mère. Notre complicité est une forteresse.

Il faisait chaud cet été-là, par Agnès de Lestrade (éditions du Rouergue, coll. doAdo, 2013)

 

Le monde appartient aux autres. Je n'y ai pas ma place. Il me manque peut-être un gène, une disposition, une qualité mystérieuse mais indispensable, quelque chose que les autres ont et qui leur permet de vivre, avec un naturel confondant. Tout m'échappe et m'abandonne, à commencer par moi-même. Je ne sais d'où vient une condamnation aussi radicale. Je ne peux pas exister. Ce n'est que du flou, du tremblement, de la douleur.
Je me débats, je lutte, je me défais, je ne sais pas ce qui me détruit.

Rester vivante, par Catherine Leblanc (Actes Sud junior, 2010)


25/06/13

Teaser Tuesday #48

Il m'a dit : “Tu vas aller faire un tour chez les fous, ça va t'apprendre à vivre !”
Parce que les spécialistes sont là pour ça. Ils ont la formation pour formater, en douceur et en cachets aussi. La chimie des molécules pour rétablir les connexions, le droit chemin des sentiments. Alors il m'a dit : “Va chez le psy !” En consultation pour ado en perdition. Ado paumé, à la ramasse, ado en panne, panne de sourire et panne d'amour. Ado cliché, ado fourre-tout.
Temps regretté des belles croisades pour occuper les désoeuvrés, pour leur donner un idéal. Un sang bien rouge et bien impie à faire couler, ça vous occupe, très loin du diable et ses orgies.
Il paraîtrait qu'on a perdu le chant du monde. Que moi aussi, comme beaucoup d'autres. Alors ma psy m'a suggéré de prendre ma lyre pour faire pleurer les pierres, de me fendre le coeur à coups de hache pour épancher ma bile toute noire, pour retrouver le chant colchique dans les prés, parfum pour papier-cul. Elle veut du vrai, de la tripaille bien étalée, parce qu'écrire ça fait du bien, tout le monde le dit, comme un lavement, un bon “clystère d'extase”. Ça, c'est Rimbaud ; pas de moi. Trop beau.

Contre courants, par Richard Couaillet (Actes Sud junior, 2011)

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/05/13

Teaser Tuesday #46

A découvrir !

IMG_8815

Une compilation des dix imagiers bilingues de la collection «Signes»,
un ouvrage de référence qui crée un pont entre l'univers des entendants et celui des sourds autour d'un seul monde : le nôtre.
Chaque mot est écrit, traduit en Langue des Signes Françaises (L.S.F.) et illustré en images...

Ont participé à cette joyeuse parade : Alexios Tjoyas, Delphine Perret, Chamo, Regis Lejonc, Lili Scratchy, Olivier Latyk, Martin Jarrie, Olivier Ballez, Claire Franek et Claude Cachin.

Seul bémol, cette édition spéciale n'inclut pas de sommaire qui aurait pu permettre au lecteur de se guider plus facilement dans cet épais volume, riche d'un vocabulaire décliné en dix catégories (école, noël, gourmandise, maisons, indiens, voyage, émotions, mer, ABCD).

Les illustrations sont superbes !

Signes (l'intégrale), par Bénédicte Gourdon et Roger Rodriguez (éditions Thierry Magnier, 2013)

IMG_8816

IMG_8817

IMG_8818

IMG_8819

IMG_8820

IMG_8821

IMG_8822

IMG_8823

02/04/13

Teaser Tuesday #45

Ne jamais se fier aux apparences...

IMG_8695

IMG_8696

extrait de C'est qui le petit ? par Corinne Dreyfuss et Virginie Vallier (éditions Thierry Magnier, 2013)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/03/13

Teaser Tuesday #44

Parfois, on découvre de drôles de choses dans sa boîte aux lettres...

IMG_8664

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

12/03/13

15 ans, Charmante mais cinglée ♥

Passage en Pôle Fiction du deuxième titre de la série Jess Jordan, déjà paru dans la collection Scripto :

IMG_8632

A quinze ans, Jess Jordan n'est pas tendre avec elle-même : elle est charmante mais cinglée, elle se décrit avec un gros derrière et les oreilles en chou-fleur, elle voudrait que Ben Jones (un soupçon de Leonardo di Caprio, une pincée de prince William, une touche de Brad Pitt) craque pour elle, se demande encore pourquoi elle est incapable de détester sa meilleure amie Flora, trop belle, trop canon, trop intelligente, et serine Fred, son autre meilleur ami, de couper ses cheveux qui lui tombent dans le cou.

La vie de Jess Jordan est une vie d'ado comme toutes les autres. On y parle de béguins naissants, de conflits d'intérêt, de chamailleries et de éconciliations, de mensonges éhontés, de devoirs d'école, d'autorité parentale inexistante, mais de parents non moins présents, originaux et délirants dans leur genre, d'une grand-mère qui s'invite sans crier gare, d'une chambre spoliée, d'une soirée qui tourne à la catastrophe, de fausse poitrine qui sent bon le minestrone, d'un accident de parcours, d'une caméra cachée dans les toilettes (les goujats), d'un groupe de rock qui chante comme des canards, des révélations sentimentales, d'un garçon qui parle comme dans un livre de Jane Austen, d'un Apollon éteint et encombrant, d'un déclic et de grandes décisions à prendre (après d'âpres tractations).

- Es-tu en train de dire que... tu as envie de sortir avec moi ?
- Ouais, pourquoi pas ? Rassure-toi, ce n'est pas une demande en mariage. Ce n'est pas mon genre, fit-il très vite.
- T'inquiète pas, moi non plus. Je préférerais me perdre dans le désert de Gobi et être livrée aux suricates plutôt que me marier avec toi.
- Tout à fait d'accord. Je préférerais être plongé dans un bain de friture et me faire dévorer que d'être marié à toi ne serait-ce qu'une seconde.
- Dans ce cas, tout est très clair.

Une lecture pour rire et sourire, parfaite pour se débarrasser de ses complexes.

15 ans, Charmante mais cinglée, par Sue Limb
Gallimard jeunesse, coll. Pôle Fiction, 2013 - traduit par Laetitia Devaux

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,