anastasia_cayneC'est au début une histoire simple et ordinaire autour d'une rencontre entre deux lycéens que tout séparait. Le narrateur est un garçon effacé, la jeune fille - Anna - vient d'arriver en ville et affiche une attitude qui la différencie d'emblée du reste du troupeau. Avec son look gothique, ses mèches blondes et son maquillage noir, elle impose son style, en plus d'être totalement imprévisible et foncièrement originale. Par exemple, Anna aime écrire des nécrologies, 1516 au total, soit le nombre de tous les habitants de la ville. C'est une fille qui cultive une curiosité insatiable : elle lit sans arrêt, écoute de la musique, regarde des tonnes de films et surfe sur le Net pour se chercher de nouveaux bouquins à lire, de nouveaux disques à écouter, de nouvelles choses à voir. Il n'existait rien au monde qu'elle n'ait pas envie de connaître. Le narrateur est rapidement séduit par Anna. Ils vont sortir ensemble, et la jeune fille pimente leur relation avec des cartes postales, des livres, des chansons, des codes secrets... Et puis un jour, Anna disparaît. Le narrateur va tenter de comprendre les messages codés qu'elle a laissés, persuadé que ce sont des indices pour la retrouver.

C'est un roman singulier, où règne une atmosphère étrange et indicible. La disparition d'une adolescente de 16 ans va plonger le narrateur dans un profond désarroi. Anastasia Cayne avait tout pour elle, mais était différente des autres. Rebelle, gothique, intelligente, atypique et frondeuse. Sa disparition est d'ailleurs étrange, car elle est parsemée d'indices, probablement abandonnés par la jeune fille elle-même.
Cela occupe toute la deuxième partie du roman, avant cela il faut passer par une lente mise en place qui implique l'arrivée d'Anastasia Cayne en ville, l'amitié naissante, et la personnalité complexe de cette fille qui aime écrire des nécrologies, par exemple.
Le roman ne répond pas à toutes les questions (pour cela, il me semble que des sites internet américains avaient été créés pour inviter les lecteurs à pousser leur soif de savoir). Anastasia Cayne est un micro phénomène, celui qui s'applique à ne pas juger sur les apparences, à jongler entre le réel et le fantasme.
Ce roman n'est pas sans rappeler Qui es-tu Alaska ? de John Green (Scripto Gallimard) pour le traitement réservé à la disparition subite d'une adolescente, et qui reste sans explication.
Un roman délicat et poignant, également fort déstabilisant. .

Albin Michel jeunesse, coll. Wiz Suspense - 362 pages - 15€

Traduit de l'anglais (américain) par Nathalie Peronny.

http://www.assimpleassnow.com

D'autres avis de lecture : Cuné ; Marie ; Chez Claire (bis) ; Citrouille ; Ricochet ; Sitartmag ; Les Minots