BlackBird

Une jeune fille se réveille sur les rames du métro, au moment où celui-ci surgit à toute vitesse et pile in extremis. Sous le choc, elle préfère se sauver avant l'arrivée des secours. Pire, la voilà totalement amnésique et paumée, à courir à perdre haleine dans les rues de Los Angeles. En chemin, elle rencontre un jeune dealer qui la prend sous son aile, puis découvre qu'on cherche à la tuer mais sans savoir pourquoi. Elle dispose simplement d'un sac à dos, a un tatouage au poignet, pas la moindre idée de son identité.

Quelle histoire palpitante ! 280 pages à lire d'une traite, pour tenter de comprendre dans quel pétrin on vient de se jeter. Au centre l'héroïne est encore plus désemparée, mais refuse de céder à la panique (eh bien, bravo !). Elle multipliera les pistes pour connaître la vérité, n'hésitera pas à se jeter dans la gueule du loup, au risque de mettre en danger tous ceux qui l'approchent ou veulent lui donner un coup de main. Elle a bien quelques flashes de souvenirs, pour l'instant trop flous, qui lui permettraient de recomposer tout le puzzle.

En attendant d'en savoir plus, on nage en plein brouillard. Visibilité nulle. Du moins, le rythme est intense. Il y a beaucoup d'action. Le mystère est épais. Cela fonctionne à merveille, et on ne décroche pas avant la fin. La narration à la 2ème personne du singulier est un peu pertubante au début, mais on s'y fait rapidement tant on est pris par l'histoire. Vivement la suite, c'est une série en deux tomes.

Bayard, avril 2015 ♦ traduit par Eric Moreau (BlackBird)