en greve

Ils ont seize ans, traînent au lycée en enchaînant les cours sans entrain, sans ambition, avec sans doute la peur du lendemain. Quand, soudain, l'action politique va les sortir de leur torpeur...
Après l'annonce d'un plan de restrictions de postes, les professeurs mécontents se mettent en grève. Les élèves suivent la mobilisation générale et se réunissent tous les matins au café Potemkine pour élaborer leurs plans d'attaque. Alice, la plus acharnée, avale les discours enflammés de Fred. Elle a réussi à entraîner ses camarades, Antoine, Medhi, Hannah, Guillaume et Charlotte. Tous ne partagent pas les mêmes convictions, mais sont animés de la même ferveur, la même candeur, et vivent dans la même attente que leur destin bouge enfin.
Antoine, lui, est mélancolique de son amour perdu, au grand dam de son pote Medhi, qui le pousse à s'oublier dans les bras d'une autre. Adolescent rêveur, un peu rebelle, cultivant des goûts élitistes, pour compenser avec son physique ingrat, le garçon est représentatif de son époque. Éternel insatisfait, allant le nez au vent et les désirs à foison. Leur petite bande est d'ailleurs assez typique des amitiés fusionnelles et exaltées de cette tranche d'âge. J'y ai d'ailleurs énormément retrouvé de souvenirs liés à mes propres années de lycée.
Et rien que pour ça, ce roman est vraiment fort. Emblématique, vibrant, poignant et enivrant. Il évoque parfaitement ce passage délicat entre la sortie de l'adolescence et l'entrée dans l'âge adulte, cette transition riche en rêves impossibles, en passions démesurées et en besoin de changer le monde. Ah, cette fascination pour la révolution... On s'imagine participer à un mouvement en marche et on crâne parce qu'on existe hors du cercle de la famille. 
Que celui qui n'a jamais aspiré aux mêmes délires et aux mêmes tourments sur l'amour, les copains et la politique lève le doigt ! Qu'il se dénonce. Personne ? ... Je souris. Sous le parrainage de Martin Page et Marie Chartres, Mathieu Pierloot nous régale d'un roman simple, attachant, juste et touchant. C'est tout plein d'émotion, d'authenticité et de folie là-dedans. On se sent en terrain conquis. Et c'est tellement bon.  

L'Ecole des Loisirs - août 2016