13/12/20

La Belle Sauvage (Le Livre de la Poussière #1), par Philip Pullman

La belle sauvageEncore une exploration très excitante du monde de P. Pullman ! J'avais envie d'une lecture qui me transporte ailleurs. Une lecture qui me donne l'illusion de parcourir un univers à la fois familier et qui rompt totalement avec le quotidien. Cela a plutôt bien fonctionné car j'ai eu le sentiment de me déconnecter en me distrayant.

Dans cette série qui se déroule avant Les Royaumes du Nord, Lyra n'est encore qu'un bébé recueilli discrètement dans un prieuré de bonnes sœurs. Car elle fait déjà l'objet d'une grande convoitise - ses parents, les érudits et d'autres individus complotent pour retrouver sa trace. Seul le jeune Malcolm est dans la confidence. Ce fils d'aubergistes a compris qu'il y avait anguille sous roche et mène son enquête furtivement. Et le danger approche. Lorsqu'une crue exceptionnelle vient engloutir la contrée, Malcolm prend son destin en main en embarquant la jeune Lyra à bord.

Toute la première partie du roman est captivante ! Entre le plaisir de replonger dans l'imaginaire de Pullman, de recroiser ses personnages et leurs daemons, je me frottais les mains de satisfaction. Après l'épisode de la crue, ça devient plus long et décousu. Mais le dénouement est très bon et rattrape le coup donc ça valait bien l'attente, le suspense, les frissons et les émotions. C'était une expérience remarquable et j'ai beaucoup aimé !

©2017 Editions Gallimard Jeunesse (P)2020 Editions Gallimard Jeunesse

Illustré par Chris Wormell - Traduit par Jean Esch

 ⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


08/12/20

Asha Tueuse de Dragons (La Légende d'Iskari #1) de Kristen Ciccarelli

iskari asha tueuse de dragonsIntriguée par cette couverture et son univers combinant des dragons et un royaume en plein chaos, j'ai tenté l'aventure sans attente particulière. Résultat : j'ai carrément adoré et je ne vais pas traîner pour découvrir la suite. ♥

Asha chasse les dragons pour son père, le roi de Firgaard. C'est elle, l'Iskari. La porteuse de la mort. Elle est à la fois crainte et admirée, porte fièrement ses cicatrices et affiche une détermination de déesse. Pourtant la jeune femme se sent souvent seule et isolée. Promise à Jarek, le commandant des soldats, elle ressent de moins en moins l'envie de sceller son destin à cet alpha conquérant. Elle va alors accepter le compromis de son père en partant traquer le Premier Dragon pour lui arracher le cœur.

Mais les dés sont pipés, la mission est plus ardue qu'en apparence. Les légendes refont peu à peu surface, les mythes s'effondrent et la rébellion se prépare. L'histoire n'aura de cesse de se déployer, dévoiler son univers et amener de nouvelles rencontres. Les personnages aussi vont s'enrichir, s'affirmer et surprendre. Bref. C'est passionnant. Si j'ai plus d'une fois douté de la tournure des événements, j'ai dévoré ce roman selon un rythme oscillant souvent entre frénésie et coup de frein pour faire durer le plaisir. Hanlala. Me voilà complètement emballée par cette nouvelle série. C'est tout simplement palpitant, intense et surprenant.  Tentez le coup. Smacks !

Gallimard Jeunesse, 2019 - Traduit par Vanessa Rubio-Barreau

Illustration de couverture : Patrice Cablat

 ⭐⭐⭐⭐⭐

03/11/20

Akissi tome 10 : Enfermés dedans, de Marguerite Abouet & Mathieu Sapin

akissi 10 enfermés dedansDans ce dixième volume, Akissi expérimente comme ses fidèles lecteurs l'épreuve de l'année, à savoir le coronavirus  !

Quelle bonne idée d'intégrer l'actualité à une série qui est proche de son public. L'histoire est de plus lue avec recul donc se découvre avec le sourire, tout en rappelant l'époque anxyogène que nous avons tous traversée. Bravo. C'est une totale réussite.

Akissi et sa famille ont donc été confinés et ont vécu cet enfermement d'abord comme un sacrifice juste et nécessaire, pour le bien des plus fragiles et blablabla. Puis, au fil du temps, ils ont tous un peu pété les plombs. Hahaha. 

En fait, on retrouve dans l'histoire les travers des uns et des autres. Ces petits riens qui ont été épinglés avec humour et espièglerie. Akissi est une héroïne attachante et intrépide - qui aurait préféré un vélo à une poupée blonde comme cadeau de Noël. Elle est têtue et frondeuse. Quand elle a une idée en tête, c'est mission impossible de l'en déloger.

Avec ses potes et sa famille, elle offre une chronique rafraîchissante et joyeuse de sa vie ordinaire dans un village en Afrique. La lecture est pleine de charme et tellement attendrissante. J'aime beaucoup. Elle analyse pertinement la crise sanitaire et raconte aussi l'après Covid en lançant quelques pistes. Après tout, “puisque tu n'es pas morte du coronavirus, tu dois maintenant adopter les bons gestes pour une vie plus solidaire”.

C'est drôle, vraiment. La série ne se prend pas au sérieux mais touche à sa façon les lecteurs en suggérant de bons réflexes, de bonnes réflexions. Très, très bien ! Un bon dixième tome en tout cas. 

Gallimard BD /  2020

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23/10/20

L'île aux mensonges, par Frances Hardinge

L'île aux mensongesJ'ai tout aimé dans ce roman : son atmosphère, son écriture et son histoire hors du commun. Je peux comprendre que certains n'y adhèrent pas du tout car c'est l'exemple typique d'une lecture qui exerce ce pouvoir d'attraction dès les premières pages et auquel tu ne peux résister ou qui te semble complètement indéchiffrable. En bref, c'est instinctif. Pour ma part, j'ai totalement succombé.

L'histoire se déroule au cours d'une saison froide et pluvieuse de l'année 1860. Avant que le scandale éclabousse sa famille, le révérend Erasmus Sunderly (célèbre naturaliste de son époque) décide de s'exiler sur une petite île aux larges des côtes anglaises. Il a été invité à rejoindre des fouilles que des notables de Vane ont entreprises. Malheureusement l'accueil promis est aussi cinglant qu'une gifle. Et très vite les Sunderly comprennent que les rumeurs d'escroquerie ont déjà traversé les mers et percuté les insulaires. La jeune Faith est sensible à cette disgrâce et veut soutenir son père coûte que coûte. Seulement, ce dernier se renferme dans son atelier et ses petits secrets. Il claque la porte et se montre intraitable. Les domestiques ont tôt fait d'alimenter sa sombre réputation. C'est pourquoi le drame survient et ne nous surprend guère !

La lecture est un mélange de thriller et de conte fantastique. On accompagne l'héroïne dans sa quête de la vérité mais on parcourt aussi une terre foulée par les duperies. Ambiance très XIXe siècle et frémissements scientifiques. On explore un monde parfois archaïque et dépeint avec exactitude. L'hostilité envers les femmes ou l'inconnu est flagrante. On avance souvent à tâtons ou comme dans un brouillard. En fait, c'est tout ce qui me fascine - ambiance brumeuse et impénétrable dans un milieu clos et pas très glamour. L'intrigue également m'a convaincue. Oui, oui j'ai été conquise. Totalement. ♥

Gallimard Jeunesse (2017) - Traduit par Philippe Giraudon

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19/10/20

Moi aussi ! de Chloé Alméras

Moi aussiNinon n'a plus envie d'être traitée comme la petite sœur ou comme la petite dernière de la famille !

Elle aussi voudrait préparer du jus d'orange fraîchement pressé, pédaler sur un vélo de grand, escalader des poteaux de bois sur la plage, mixer la soupe, galoper sur les rochers, porter des grosses branches...

Enfin, tous ces trucs que son frère a le droit de faire, lui, et pas elle ! Quelle injustice.

Un jour, Ninon décide de bouder en s'enfermant dans sa chambre. Interdiction stricte de franchir le seuil de la porte. L'accès de son antre n'est pas autorisé aux grandes personnes. Ça leur apprendra.

Ou disons qu'elle est prête à faire une concession si sa famille réussit à se faire toute petite pour écouter l'histoire du soir à l'abri dans sa cabane magique.

Whaou.

Voilà un joli album plein de douceur et de tendresse, qui souligne la volonté de grandir ou de s'aligner sur les plus grands, tout en rouspétant d'être remis à sa place de subalterne. Il est temps, vraiment temps de s'affranchir des cases.

Petits ou grands, qu'importe, les places se mélangent !

Avec de très belles illustrations, teintées de poésie et de couleurs.

Un album réussi.

Gallimard jeunesse, 2020

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12/10/20

Magnus Million et le dortoir des cauchemars, par Jean-Philippe Arrou-Vignod

A63890Je ne suis sans doute pas la plus objective concernant cet auteur dont j'adore les romans, les histoires et l'humour mais Magnus Million est sans conteste une lecture enthousiasmante & pleine de surprise.

Le roman s'ouvre sur une note de suspense, avec du mystère et des frissons au cours d'une attaque nocturne. Seuls indices : des plumes éparses sur un sol enneigé et perlé de sang. BRRR. Puis l'histoire s'installe doucement et nous rencontrons Magnus.

Magnus Million est un rouquin de quatorze ans au physique encombrant et particulièrement maladroit. Un héros ordinaire par excellence. Son père est richissime, sa mère disparue. Seule sa gouvernante se soucie de lui... et ça lui convient très bien. Il est également sujet à des crises de sommeil qui vont lui jouer des vilains tours (entrée fracassante pour un examen) si bien que le gamin va récolter des heures de colle par milliers. Il est alors expédié manu militari dans le dortoir des élèves les plus indisciplinés de son lycée. Ils sont rudes, ils sont bagarreurs, ils se sentent rejetés et exclus du système, ils n'ont plus rien à perdre.

Dès lors, l'aventure s'élance. Car des faits étranges surviennent sous le nez du garçon mais ne lui semblent pas inquiétants sur le moment. C'est peu après les vacances de Noël que l'angoisse enfle et que la réalité lui saute à la gorge !

HALALA. La narration est toujours aussi entraînante et tourbillonne avec allégresse en variant les émotions. Résultat, on frémit, on sourit, on tourne avec curiosité les pages pour connaître la suite, on s'attache aux personnages, on s'étonne des nouvelles révélations. On se sent merveilleusement bien. Dans cet univers fascinant, teinté de zones floues, de zones sombres, de personnalités éclatantes (il faut rencontrer l'étonnannte Mimsy Pocket par exemple), on s'imprègne des bonnes ondes du roman et on ne veut plus quitter ce cocon.

C'est une lecture fabuleuse. Tout simplement. (Qui a dit que j'ai trop tardé pour y plonger ? Regard courroucé. Chut. Doigt sur les lèvres. Ne dites rien. Je sais.) SOUPIR. 

Gallimard Jeunesse, 2011 - Magnifique couverture illustrée par Karim Friha  

Dortoirs, cauchemars, chambard et humour noir... Un ton unique, une galerie de personnages attachants, une aventure palpitante. Après Une famille aux petits oignons, Jean-Philippe Arrou-Vignod quitte l'autobiographie pour le roman fantastique. Inutile de chercher sur la carte le grand-duché de Sillyrie, il n'existe pas. Vous y reconnaîtrez un peu de la Syldavie de Tintin, comme vous retrouverez sans doute, dans les orphelins du sinistre pensionnat de Friecke, quelque chose des Disparus de Saint-Agil ou des enfants perdus de Dickens !

Prix Mickey roman 2011
Prix Al terre Ado

⭐⭐⭐⭐

10/09/20

Cursed (La rebelle), de Thomas Wheeler & Frank Miller

cursed la rebelleEn comparaison de la série TV sur Netflix (🤮🤮🤮), le livre est tellement meilleur et plutôt habile dans sa revisite des légendes de la Table Ronde.

On y découvre l'histoire de Nimue, qui a longtemps eu conscience de sa différence au sein de son village. C'est après le massacre orchestré par les Paladins Rouges qu'elle embrasse son destin sans faillir : retrouver Merlin et lui confier une épée. Enfin la magie noire qui grouille en elle trouve peu à peu son explication.

Ceci dit, elle réalise également qu'elle dispose de maigres ressources (du temps, du soutien, des explications...). Foin de tout ça. Elle peut ranger sa confiance dans sa poche et oublier Arthur, ce chevalier un brin opportuniste, qui cherche à dérober son cœur pour ses ambitions personnelles.

Le monde est en plein chaos. Celle qu'on surnomme la Sorcière Sang-de-Loup découvre son rôle et ses origines avec une violence qu'elle n'était pas prête à encaisser. Et ainsi file le rythme du roman - intense et poignant, brouillon et saccadé.

Si vous connaissez déjà la série TV, cette lecture aura le goût de réchauffé. L'adaptation est très fidèle et donne des images à un imaginaire bouillonnant. Pour moi, la distribution des acteurs est catastrophique et la mise en scène sonne parfois cacophonique. Les épisodes m'ont semblé trop longs. J'ai finalement préféré plonger dans le livre même si l'univers graphique n'apporte pas grand-chose. 

Au final, je suis à deux doigts de penser que le buzz a été surestimé car cette découverte n'est pas aussi explosive que prévue. C'est toujours fascinant de lire une nouvelle version des légendes arthuriennes. Ici, il s'agit bien d'une évocation de la Dame du lac. Mais le résultat est bancal, parfois inégal. (Katherine Langford n'est vraiment pas l'incarnation idéale du personnage... quelle déception.)

Gallimard jeunesse, 2019 - Traduit par Nathalie Peronny

L'art mythique du grand Franck Miller et la plume acérée de Thomas Wheeler.

⭐⭐.5

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/07/20

Première année, de Tom Ellen & Lucy Ivison

Première annéeAprès avoir adoré Celui qui sera mon homard... un peu moins French Ski, j'avais misé gros sur cette Première année qui raconte les folles expériences que vont vivre Phoebe et Luke à leur entrée à l'université.
L'histoire donne vite le ton à travers la semaine d'intégration intensive qui se résume aux grosses soirées, grosses beuveries, rencontres improvisées et gros patins qui n'engagent à rien... C'est culturellement assez déroutant quand on n'a plus vingt ans et qu'on se demande s'il existe des accords tacites à devoir suivre ces rituels débiles en croyant que c'est la meilleure adaptation possible.
Mais sinon c'est très, très drôle. Reconnaissons-le. Les dialogues fusent à la vitesse de la lumière, les esprits sont libres et insouciants, les désirs bourgeonnent, les doutes sont chevillés au corps mais les instincts sont les plus forts. Envie d'interdit, de nouveauté et d'émancipation.
Au centre, nous avons un couple ordinaire : Luke vient de quitter Abbey (au bout de trois ans de relation) et a encore du mal à tourner la page. Phoebe fantasme sur lui depuis le lycée et tire des plans sur la comète pour s'en approcher. Il y a aussi leurs potes (incroyables et fabuleux... j'adore Frankie !) qui vivent eux aussi leur lot d'expériences grivoises.
En vrai, c'est tout plein de fougue, de jeunesse et de dérision. C'est ce qui me plaît aussi car le roman sonne juste, loin des clichés et sans mièvrerie. Luke et Phoebe nous font vivre le meilleur et le pire de cette vie étudiante sans tabou. On boit d'ailleurs beaucoup, pour se désinhiber ou pour suivre la foule, mais on dénonce aussi les bizutages et les paris pourris qui épinglent sur les réseaux sociaux des comportements inadmissibles.
La conclusion du roman est également très pertinente ! Elle ne cède pas à la facilité et redore le blason de notre héroïne égarée... ouf. Et puis il y a des moments attendrissants, d'autres jubilatoires comme les parties de Quidditch, des vérités qui éclatent et qui ne sont pas bonnes à entendre. En gros, on traverse ces 400 pages comme une interminable zone de turbulences... Et c'est très, très bien.

Gallimard jeunesse, 2019 - Traduit par Julie Lopez

⭐⭐⭐

Les hauts et les - terribles - bas de la vie d'étudiant, l'affirmation et la confiance en soi : un roman résolument feel-good, intense et totalement imprévisible !

Disponibles en format poche 

French ski : Ellen, Tom - Ivison, Lucy   Mon homard : Ellen, Tom - Ivison, Lucy

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24/06/20

Artemis Fowl : La Bande Dessinée, par Eoin Colfer & illust. par Stephen Gilpin

J02537

Cette version dessinée du roman éponyme a été une bonne pioche : une lecture correcte et divertissante pour les amateurs, plus ou moins fidèle pour les plus exigeants. Mais l'esprit Fowl est présent, tout en malice et facétie.

En vrai, j'ai lu le roman il y a une éternité et n'avais conservé que des souvenirs très flous de l'histoire - Artemis est un génie du mal qui tente de rétablir la fortune familiale en usant de méthodes crapuleuses, soit en kidnappant, en volant ou en exerçant du chantage... Sa dernière lubie ? Tenir tête au Peuple des Fées et enlever l'une de ses représentantes en échange d'une rançon. L'opération est risquée mais le garçon est rusé. Face à lui, le capitaine Holly Short se révèle pourtant une adversaire redoutable. Revancharde et frondeuse, ce sacré bout de femme va lui montrer qu'il a tiré le mauvais numéro !

L'histoire est donc un formidable concentré d'action et d'humour avec des personnages hauts en couleur. La palme du cocasse revient d'ailleurs au nain, Mulch Diggums... graphiquement très proche du spécimen vu dans Le Seigneur des Anneaux. Ceci dit, je n'ai pas spécialement d'avis sur l'aspect visuel en général, sauf que c'est moderne et ça se lit comme les comics (super-héros, technologies et scènes explosives). Un lectorat plus jeune s'y laissera prendre et c'est tant mieux.

C'est avant tout un chouette complément au roman (et un prolongement du film de Kenneth Branagh) car de nombreux détails manquent à l'appel. N'oubliez jamais, lisez le livre... Mais Butler est dans la place ! Ce garde du corps qui ne craint rien ni personne est un solide colosse au grand cœur - la bande dessinée fait de lui un personnage très attachant. Cœur sur lui. ♥ Cette version comporte donc des qualités et des défauts, comme c'est souvent le cas dès qu'une nouvelle adaptation sort. Par contre, elle met l'eau à la bouche et propose un rendez-vous sympathique avec un héros qui ne joue pas dans la cour des gentils. Ça change un peu et c'est pas mal du tout !

La couverture, en vrai, est plus jolie (cf. les lunettes aux reflets verts).

Gallimard jeunesse - 2020

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/06/20

Brexit romance, de Clémentine Beauvais

Brexit romanceUne jolie comédie, qui pétille et qui vous donne le sourire !
Ça fait du bien, oui.

Suite au vote des Britanniques contre l'Europe, une jeune étudiante francophile lance une nouvelle application permettant de conclure des mariages blancs et clamer ainsi son goût de la liberté (ni amour ni sexe, juste un peu de convivialité et un passeport à la clef !).
Pour la soutenir dans son projet farfelu, Justine compte sur une brochette d'amis mais peine à convaincre les plus réfractaires comme Pierre Kamenev - professeur de chant - en déplacement avec son élève Marguerite, prodige insouciante et orpheline, qui vient de tomber folle amoureuse d'un Lord anglais.

Toute l'aventure de Brexit Romance s'inscrit dans ce tourbillon de rencontres inopinées, de dialogues enflammés, de quiproquos savoureux et d'expéditions déjantées sur les terres Albionnes.
J'ai un peu flippé au début - tout me semblait surjoué - mais cette sensation s'est vite envolée car j'étais vraiment heureuse de retrouver les personnages et de suivre leurs péripéties.

*** Pierre Kamenev, please marry me 🤣***
L'ambiance est joyeuse et frappadingue. Pour qui recherche de la dérision derrière les sujets politiques, prenez place à bord !

En bref, j'avais beaucoup aimé Les Petites Reines.
Pas du tout Songe à la douceur.
Pour celui-ci, j'ai d'abord hésité puis succombé au format audio.
Les romans de Clémentine Beauvais possèdent un sens du feuilleton très virevoltant et qui passe encore mieux à l'écoute ! Je conseille.

©2020 Editions Gallimard Jeunesse (P)2020 Editions Gallimard Jeunesse
éditions Sarbacane, 2018

⭐⭐⭐⭐