04/11/06

Ma place sur la photo - Amanda Sthers

ma_palce_sur_la_photo"Ma place sur la photo" est le récit d'Amanda Sthers, 24 ans, jeune talent de l'édition, qui raconte ses souvenirs épars sur son enfance, sa vie actuelle et son apprentissage doucereux de la vie... Elle évoque ainsi le divorce de ses parents, ses liens avec son frère et sa soeur, le pedigree de ses géniteurs (un père juif, psychiatre, une mère catholique bretonne), la vie qui reprend ses droits avec d'autres histoires d'amours, les premiers émois, la grossesse non voulue et l'avortement, et pour finir l'homme de ses vieux jours, "celui que j'ai décidé d'aimer pour la vie"... Le résultat est plutôt moyen, assez commun pour résumer. Il y a beaucoup d'étalage de soi, et pour ceux ou celles qui fuient le nombrilisme, c'est un livre à éviter. Pourtant, il y a une certaine tendresse et beaucoup d'honnêteté dans cet auto-portrait, rempli d'états d'âme et avide de trouver les bonnes solutions. Car, on l'aura compris, il lui faut trouver "sa place sur la photo". Personnellement, je n'ai pas su au démarrage qui était son amoureux dont elle fait l'éloge en long, en large et en travers dans son livre, mais je ne pense pas que ce soit le plus important pour s'intéresser à cette romancière en herbe. La plume est jolie et ne demande qu'à s'étoffer...

Grasset

Posté par clarabel76 à 22:21:27 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


Ne quittez pas - Marie Magdeleine Lessana

ne_quittez_pasC'est au commencement un homme (Louis), marié à Pauline depuis dix ans, qui entend leur fils dire à celle-ci que Louis est en trop dans cette maison, qu'ils seraient bien heureux sans lui !.. L'homme prend mouche, il décide de "disparaître" et emménage dans un appartement où il reste à sa table en observant par la fenêtre. Il aperçoit un individu au profil marqué et décide de lui écrire sa vie... Le deuxième roman glisse dans le premier, pour le lecteur il y a une façon claire de s'y reconnaître : les chapitres sont soit intitulés "je" ou "vous", selon le narrateur en question. Louis va donc imaginer une existence folle à cet inconnu, qu'il baptise Antoine, qui rencontre une femme russe superbe et avec qui il va vivre une histoire passionnelle, pour laquelle il quitte tout. C'est en quelque sorte un exutoire pour Louis qui va se nourrir de cette frénésie de fantasmes pour remplir le vide de sa propre vie. En somme, ce dérivatif va conduire Louis à une autre quête plus personnelle, plus identitaire. Pour en savoir plus, lisez le livre...

Car si votre curiosité est éveillée, voici le principal dynamisme qui motive la lecture du roman. En ce qui me concerne, je suis venue à bout du livre pour justement connaître les fins de la crise de Louis, dans une deuxième partie beaucoup plus palpitante que le début de l'histoire. J'ai failli mettre de côté ce livre de Marie-Magdeleine Lessana car j'ai pris en grippe les héros masculins de son récit. Question de goût... Puis, en découvrant ce qui "réveille" Louis, j'ai aussitôt été prise dans l'engrenage de son enquête et impossible de lâcher le livre avant d'en savoir le bout. Un peu fangeux pour commencer, puis savamment plus croustillant !

Maren Sell éditeurs

Posté par clarabel76 à 12:18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02/11/06

Vous n'écrivez plus ? - Laurence Cossé

vous_n__crivez_plusReprenez la présentation de l'éditeur et vous tenez le propos des 11 nouvelles de ce livre...

Présentation de l'éditeur
Quand on feuillette les catalogues des grandes maisons d'édition, où figurent les noms de tous les auteurs qu'elles ont publiés, on a un peu froid dans le dos. Quatre-vingt-quinze pour cent de ces noms sont oubliés. Une autre chose est frappante. Beaucoup de ces auteurs ont disparu après avoir publié un livre ou deux, pas plus. Comment ont-ils vécu ensuite ? Qu'ont-ils fait, que sont-ils devenus alors que plus personne ne se souvenait qu'ils avaient écrit ? Écrire n'a jamais transformé la vie, ni arraché qui que ce soit à l'humaine et infirme condition. Le constat serait amer s'il n'y avait l'humour de Laurence Cossé et son attrait pour la face cachée des êtres et des destins, si touchante, souvent, si incongrue qu'on se dit : cela ne s'invente pas.

Cela parle donc des écrivains, de ceux qui rament, de ceux qui restent dans l'ombre ou connaissent un succès fulgurant, prennent la grosse tête et tombent dans les limbes de l'oubli, ou espèrent un éternel chef d'oeuvre inaccessible à lire, de ceux qui flirtent avec la presse ou des jurés littéraires, des écrivains en devenir, des écrivains bien assis mais lassés de cette reconnaissance et qui cherchent un renouveau... Il y en a pour tous les goûts, c'est plaisant et jouissif, un pur concentré de "tombons les masques" du monde cruel de l'édition. Oui, cruel ! On s'en rend compte, car le fond de l'écriture, au-delà de l'humour et la légèreté, est passablement cynique et piquant. Il ne faut pas s'en laisser conter, écrire exige beaucoup, et les plus récompensés ne sont pas les plus méritants, etc. J'ai énormément apprécié ce recueil de Laurence Cossé, beaucoup aimé le style et la forme en général, ce n'est pas souvent de trouver en un seul livre le même thème à travers les différentes nouvelles; donc ici c'est le cas et on baigne dans l'écriture sous toutes ses coutures. C'est à chaque fois bien constaté, bien analysé et c'est un regard, sinon neuf, plus réaliste du statut de l'écrivain. Bien vu, bien écrit, excellente lecture en général.

Gallimard

Posté par clarabel76 à 21:42:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]