C'est une lecture toute guillerette, d'une famille particulièrement déjantée que nous propose Lisa Lutz. C'est sympa à lire, assez divertissant, pas forcément drôle (comme le stipule Lauren Weisberger, en couverture) mais ce n'est pas désagréable. Tout à fait rafraîchissant par cet été caniculaire... 

IMGP5931

Izzy Spellman, célibataire de vingt-huit ans, détective privée comme toute sa famille (à l'exception du fils aîné), vient de tomber amoureuse de Daniel, un charmant dentiste. Sur un coup de tête, elle lui ment sur son métier mais se trouve coincée lorsque son chéri souhaite rencontrer sa famille, laquelle n'est pas banale du tout. Les parents, Albert et Olivia, oscillent entre le laxisme et la réprimande pour modèles d'éducation, David, le fils, a choisi de faire des études et travaille dans un cabinet d'avocats, Rae, la petite dernière, est passée maître dans l'art du chantage, et l'oncle Ray, qu'on croyait condamné par son cancer et qui a miraculeusement survécu, ne jure plus que par l'alcool et les week-ends en tapis pour se venger de la vie. Entre Rae et lui, la guerre est pompeusement déclarée.

Bref, la rencontre ne se passe pas bien du tout, on s'en doute, et Izzy décide de rendre sa licence de détective. C'est décidé, elle quitte la boite familiale. Mais pour solde de tout compte, elle doit se charger d'un dernier dossier, l'affaire Snow, qui remonte à une dizaine d'années plus tôt et qui renvoie à la disparition d'un jeune garçon. 

Cette comédie policière réunit toutes les clefs de la réussite : des personnages extravagants, des aventures farfelues, des règlements de compte, en famille, pour pimenter un peu l'intrigue, sans oublier la petite touche sentimentale, avec les déboires d'Izzy, la narratrice de l'histoire. C'est de la littérature légère, sans équivoque, vite lue (et vite oubliée), mais idéale le temps d'un été !

Editions Albin Michel, 2007 / Livre de Poche, 2008 - 440 pages

traduit de l'anglais (USA) par Françoise du Sorbier

Un deuxième livre vient de paraître : Les Spellman se déchaînent (Albin Michel, juin 2008)