La Reine de la comédieLa maman de Sasha, douze ans, s'est suicidée, laissant une famille vide et éplorée de douleur. Si le sujet vous semble effrayant, ce serait ignoré l'héroïne étonnante et tellement forte qu'il est possible de rencontrer. Après quoi, impossible de reposer le roman. On plonge dans son histoire et on s'attache définitivement.
Certes, Sasha n'a pas encore affronté son chagrin et son deuil en confiant réellement ce qui la touche. Elle ment à plates coutures et a même décidé de paraître tout le temps gaie et dynamique pour éloigner le malheur. En fait, elle a analysé la dépression de sa mère et fait la liste de tout ce qu'elle doit désormais renoncer - lire des romans, se promener dans la forêt, trop réfléchir...
Elle pense aussi qu'elle doit éviter de s'attacher à un autre être vivant et dit non au chiot que lui offre son père pour son anniversaire. Là, celui-ci comprend que ça ne tourne pas rond et s'adresse à une psychologue. Panique à bord pour Sasha qui prend cette visite pour un échec. D'où sa volonté de réussir son stand-up et prouver qu'elle est drôle jusqu'à la moelle !

J'aime beaucoup ce genre de petits romans qui font un triple salto dans mon cœur parce qu'ils me racontent des histoires adorables et néanmoins émouvantes avec des personnages qu'on aimerait serrer fort contre soi. Parce qu'on se reconnaît dans leurs histoires, parce qu'on partage un bout de leurs vies... Ça surgit sans crier gare, un mot, un signe, un souvenir... plouf ! C'est bouleversant.
Et pourtant le roman est aussi incroyable car il est débordant d'optimisme, de tendresse et de courage. Il vous raconte aussi qu'il n'existe peut-être pas de solution miracle pour soigner un chagrin immense. Mais en parler, c'est déjà un bon point. Bref. Ne vous fiez pas à l'emballage un peu cacophonique. Suivez votre instinct !

Seuil Jeunesse (2019) - Traduit du suédois par Rémi Cassaigne

« Et dans ma poitrine, c'est comme un arc-en-ciel de petites bulles effervescentes qui s'élèvent en tourbillonnant. Et en montant vers mon cœur, mon cerveau, elles éclatent, l'une après l'autre, avec un léger crépitement. Et dedans, il y a de l'amour. Rien que de l'amour sous sa forme la plus chaude, la plus pure. »