28/03/15

En poche ! # 40

Petite sélection non exhaustive des dernières nouveautés en format poche...

♦♦♦♦♦♦

Une saison à Longbourn   Le prix de l'innocence

Une saison à Longbourn, de Jo Baker

Le prix de l'innocence, de Willa Marsh

 

Percy Darling   Courir vers toi

Les joies éphémères de Percy Darling, de Julia Glass

Courir vers toi, de Rachel Gibson

 

DIX DE RETROUVÉS   COMME ONZE COMPREND

Dix de retrouvés, de Janet Evanovich ♦ INÉDIT ♦

Comme onze comprend, de Janet Evanovich ♦ INÉDIT ♦

 

M   Chers voisins

M. Pénombre, libraire ouvert jour et nuit, de Robin Sloan

Chers voisins, de John Lanchester

 

LA DISPARUE D’ANGEL COURT   Le passage du diable

La disparue d'Angel Court (Une enquête de Charlotte et Thomas Pitt #30), d'Anne Perry

Le Passage du Diable, d'Anne Fine

 

Un Goût de cannelle et d'espoir   La vie secrète

Un Goût de cannelle et d'espoir, de Sarah McCoy

La vie secrète d'Eve Elliott, de Diane Chamberlain

 

Calpurnia

Calpurnia, de Jacqueline Kelly

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


23/03/15

En poche ! # 39

Actualité florissante pour 2 auteurs que j'affectionne, Nathacha Appanah (En attendant demain, chez Gallimard) et Kazuo Ishiguro (Le Géant enfoui, aux éditions des Deux Terres). Pour l'occasion, Folio réédite 2 titres ... entre plaisir et découverte. ☺

 

Blue Bay Palace

Blue Bay Palace, de Nathacha Appanah 

Folio, rééd. 2015

Première parution en 2004

 

« Je me suis redressée brusquement et une goutte de sueur s'est échappée derrière mon oreille. Elle a suivi un moment la ligne de ma mâchoire, a glissé le long de mon cou pour trouver son chemin entre mes seins. Aujourd'hui encore, je la sens, cette trace première qui m'a marquée jusqu'au creux de mon ventre. Je regardais en silence ce garçon qui se tenait devant moi et tout ce que je sentais, c'était cette goutte de sel qui me caressait l'oreille, la mâchoire, le cou, la peau tendue entre les seins pour mourir dans mon nombril. J'ai eu l'impression stupide et pourtant si agréable que c'était son doigt qui descendait lentement, lentement... » 

Maya, une jeune beauté de dix-neuf ans, vit à Blue Bay où elle travaille au Palace, qui accueille les touristes fortunés. Folle amoureuse de Dave, patron du restaurant, elle découvre sa trahison en apprenant ses fiançailles dans le journal local. Dès lors, la jeune fille blessée décide de se venger en prenant pour cible “l'autre” qui a brisé son bonheur.

Cette spirale de la folie amoureuse est rapportée de façon étonnante, avec des termes lumineux et enflammés, qui entrent en symbiose avec le décor paradisiaque. Et pourtant, la réalité décrit une violence passionnelle, vouée à la tragédie, et les clivages sociaux de cette île qui ne vit que du tourisme. Quel contraste ! L'effet est saisissant, mais c'est magnifique et bouleversant. 

 

 

Auprès de moi toujours

Auprès de moi toujours, de Kazuo Ishiguro

Trad. de l'anglais par Anne Rabinovitch

Folio, Nouvelle édition 2015

 

Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années 90, une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part. Bien des années plus tard, Kath raconte cette enfance, en apparence heureuse, qui n'a jamais cessé de les hanter, au point de corrompre leurs vies d'adultes. 

La force de ce beau roman réside dans son charme mystérieux et romantique, alors que l'on découvre son histoire avec autant d'impatience que de curiosité. Personnellement j'ai à la fois été envoûtée, intriguée et décontenancée par les révélations distillées au compte-goutte. J'ai beaucoup aimé.

C'est une lecture sensible, d'une grande délicatesse, pudique et instinctive, servie par une plume classieuse et élégante (ah, Kazuo Ishiguro !...). À aborder avec la même minutie dont fait preuve l'auteur, sans attente particulière. 

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/03/15

En poche ! #38

Petite sélection non exhaustive des dernières nouveautés en format poche...

♦♦♦♦♦♦

et soudain tout change    Martin de la Brochette

Et soudain tout change, de Gilles Legardinier

Martin de La Brochette, de Thierry des Ouches

 

La position    L'allée du Sycomore

La Position, de Meg Wolitzer

L'Allée du sycomore, de John Grisham

  

Humaine (tome 1)    Appelez la sage-femme

Humaine, de Rebeca Maizel

Appelez la sage-femme, de Jennifer Worth

  

Docteur Sleep    SIX ANS DEJA

Docteur Sleep, de Stephen King

Six ans déjà, de Harlan Coben

 

Delivrance    Yeruldelgger

Délivrance, de Jussi Adler Olsen

Yeruldelgger, de Ian Manook

 

HOLLYWOOD MONSTERS    DU SANG SUR ABBEY ROAD

Hollywood Monsters, de Fabrice Bourland

Du sang sur Abbey Road, de William Shaw

 

Les anges sont de mauvais poil    Simples mortels, passez votre chemin !

Les anges sont de mauvais poil (Felicity Atcock #3), de Sophie Jomain

Simples mortels, passez votre chemin ! (Midnight, Texas), de Charlaine Harris

 

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29/01/15

En poche ! #37

Seconde chance pour ces lectures, si vous étiez passés à côté ! ;-)

 

Le réveil des créatures

Le Réveil des Créatures, de John & Carole E. Barrowman

 

Legend

Legend, de Marie Lu

 

Je ne sais plus pourquoi je t'aime

Je ne sais plus pour je t'aime, de Gabrielle Zevin

 

Sublutetia - Tome 1 - La révolte de Hutan

Sublutetia, tome 1 : La Révolte de Hutan, d'Éric Senabre

 

Le bon Antoine

Le bon Antoine, de Marie Desplechin

16/01/15

En poche ! #36

Ont été lus et appréciés. Ils sont désormais disponibles en format poche ! 

 

LA CONJURATION PRIMITIVE

La Conjuration primitive, de Maxime Chattam

 

FÉTICHES

Fétiches, de Mo Hayder

 

La mort en rouge

La Mort en Rouge, de Pierre Gaulon

 

Les Choix secrets

Les choix secrets, d'Hervé Bel

 

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



23/10/14

Puzzle de Franck Thilliez

en poche ! 

puzzle

Pocket, octobre 2014

Ilan est tombé en dépression après la mort de ses parents et la rupture avec sa petite copine Chloé. Lorsque celle-ci refait soudainement surface, c'est pour le supplier de participer à un nouveau jeu, en faisant miroiter le pactole à décrocher (de quoi retaper la demeure familiale, par exemple). Le jeu, bien mystérieux, se présente comme une grande chasse au trésor et porte le nom de Paranoïa. Les épreuves sont tordues, mais conduisent un petit nombre de candidats à s'enfermer dans un ancien établissement psychiatrique, dans les montagnes, sous une tempête de neige. Dernière ligne droite, dernière chance pour remporter ce jeu démoniaque.

Et effectivement, tout, dans ce roman, est vicieux, tendu, complexe mais efficace. On se retrouve cloîtré comme les personnages dans un univers qui fait froid dans le dos, on est pris dans l'engrenage, bien malgré nous, et plus on cherche à comprendre, à briser les arcanes du jeu, plus on s'interroge sur les intentions de tous les participants, bref on vit un véritable enfer. Olé ! Rien que pour ça, l'auteur a réussi son coup. L'orchestration est brillante, inspirée du modèle des “Dix Petits Nègres”, donc peu de surprise à prévoir, et pourtant on se laisse embobiner à merveille.

Si vous êtes sensibles aux ambiances psychotiques, qui rendent nerveux et méfiants à tout bout de champ, plongez dans cet enfer et vous hésiterez un moment avant d'éteindre la lumière avant de vous coucher ! 

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/09/14

En poche ! #35

Ont été lus et appréciés. Ils sont désormais disponibles en format poche ! 

lecorchee

L'Écorchée de Donato Carrisi

L'Appel du coucou

L'Appel du coucou de Robert Galbraith

 

221163

22/11/63 de Stephen King

 

Une vie entre deux océans

Une vie entre deux océans de M. L. Stedman

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/06/13

Teaser Tuesday #47

Les chansons. Ah, elles peuvent être tellement parfaites... Une chanson. Une simple chanson. Trois minutes et demie d'instruments et de voix, rien de plus en général. Et pourtant ces trois minutes et demie peuvent vous faire voir le monde, dans toute son horreur ou dans toute sa gloire ; elles peuvent vous émouvoir aux larmes ou bien vous faire danser en pantoufles dans votre cuisine. Elles peuvent exprimer une émotion que vous n'aviez pas conscience de ressentir, ou bien une aspiration profondément ancrée en vous. Je sais que j'ai l'air de me la jouer quand je parle de musique, mais j'ai passé trop d'heures à écouter en boucle la même chanson, les yeux écarquillés d'émerveillement, pour qu'il en soit autrement.

Gracie Flowers, la petite vingtaine, agent immobilier à Londres, avec une voix en or (et l'incapacité de se produire en public pour chanter depuis la mort de son père), a tracé son avenir selon un Plan en 5 ans, mais celui-ci mord la poussière sitôt qu'elle loupe sa promotion au boulot. Les ennuis ne cessent de s'enchaîner : elle court dans toute la ville pour s'acheter la pilule du lendemain, vole au secours de sa mère au bord de la banqueroute, veut sauver le lopin de terre où est enterré son père, loin des griffes de promoteurs avides, et cerise sur le gâteau, reçoit un coup de fil de sa belle-mère lui annonçant que son petit copain la quitte !

Mais Gracie Flowers ne manque pas de ressources et nous entraîne dans sa course folle avec une fraîcheur et un bonheur qui donnent des étoiles dans les yeux. En effet, cette lecture m'est apparue pétillante, tartinée de belles réflexions sur l'amour paternel et sur la musique, les chansons, l'amour aussi... C'est un régal à lire !

Marilyn, Elvis, le prince William et moi, par Lucy-Anne Holmes
Pocket, 2013 - traduit de l'anglais par Odile Carton

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18/07/12

"... on devient dingue à force de penser à toutes les vies qu'on aurait pu mener."

IMG_7708

Ce roman se veut une introspection sans prétention de la vie d'une femme de quarante ans, mariée depuis vingt ans et mère d'un garçon de neuf ans, le tout sur une année entière, avec un humour grinçant et une lucidité avérée. Melanie a quitté le Maine pour s'installer en Californie, et souvent elle a le mal du pays en téléphonant à sa soeur qui la cajole en lui parlant de la pluie et du beau temps.

Mois après mois, Melanie s'interroge sur son existence rangée, avec tous les défauts qu'elle comporte. Loin d'être une femme au foyer accomplie, elle déteste cuisiner, se revendique maman poule, limite étouffante, tandis que son mari, complètement ravagé par l'acquisition d'un énorme camping-car, tend à laisser couler, veillant au loin, supportant les tendres excentricités de sa femme, peut-être au bord de la crise de la quarantaine.

C'est une lecture sans prétention, fluide, légère, un peu superficielle aussi, on y aborde des sujets aussi délicats que la perte du chien ou le blues d'un mariage quelque peu fané par le temps, mais cela traite aussi de thèmes aussi artificiels que l'achat d'un matelas, des ronflements du mari, des cheveux qui frisent, d'une séance chez le coiffeur qui s'éternise... Au final, heureusement, l'auteur rappelle que si tout n'est pas parfait ni conforme à ses rêves de jeune fille, sa vie d'aujourd'hui n'est finalement pas si mal, "les ventres sont remplis de bonne nourriture et de bon vin, les vêtements sentent le feu de bois et les cheveux l'océan, les changements sont devant nous".

La vie en pente douce, par Melanie Gideon
chez 10-18 (2012), traduit de l'anglais par Séverine Quelet
couverture : Amélie Rigot
du même auteur : La vie romantique d'Alice B.

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/07/11

Sur le chemin des vacances #5

IMG_4697

Cinq ans après, Clémentine, reporter photographe, revient dans le quartier de Monsieur Madone. C'était l'homme de sa vie, son grand amour. Il s'est tué et la jeune femme n'a jamais pu surmonter son chagrin. Elle retrouve aujourd'hui la famille de son amant, fait une promenade dans le parc de Versailles en compagnie du jeune frère et tous les deux, sous leur parapluie, parlent du deuil, de la douleur, du spleen et du vide.
Ce n'est pas un roman triste ni mélancolique, c'est au contraire une histoire attendrissante autour d'une femme inconsolable, dont le corps trahit les émotions et les blessures mal cicatrisées. C"est aussi l'histoire d'une famille incroyablement belle, au sein de laquelle on se sent à l'aise, à tel point qu'on aimerait y être définitivement adopté. Et puis ça parle d'amour, qu'on perd, qu'on trouve, qu'on gagne et qu'on reconquiert. Je ne voudrais pas en dévoiler davantage, ne cherchez pas non plus à trop apprendre sur ce livre, allez plutôt vers lui et laissez-vous porter. La plume de Maïté Bernard, qui m'avait été révélée avec Et toujours en été, possède une sensiblité et une justesse qui me touchent à juste titre.

Monsieur Madone - Maïté Bernard (Pocket, 2011)

IMG_4698

Rien ne prédestinait ces quatre femmes à se rencontrer et à unir leurs ambitions, si ce n'est cette commune soif de vengeance envers le même individu. Olympe d'Avremont est une baronne kidnappée qui ruse de mille roueries pour échapper aux convoitises du Commodore. Sylvine La Violette, la cuisinière, a choisi d'entrer au service du pirate pour lui faire payer les vies volées de son époux et de ses enfants. Agathe La Boissière, fière et redoutable fine lame, a juré de venger l'honneur de son père, quitte à perdre un peu plus de sa réputation en se comportant comme un garçon manqué. Nagîna, princesse du désert, porte un voile pour cacher son visage défiguré et compte bien remettre la main sur le diamant que lui a volé son ennemi. Le Commodore, donc, est l'homme à abattre. C'est un pirate rustre et violent, qui vit actuellement caché dans des grottes au pied des falaises de la Gironde, avec sa bande de malfrats stupides.
C'est un revigorant roman d'aventures que nous propose Florence Thinard, un roman où se mêle le souffle de la piraterie dans un décor soigné, finement travaillé à force de recherches scrupuleuses pour mieux dépeindre l'époque et les lieux qui dépayseront le lecteur. Ambition hautement réussie ! C'est un roman historique luxuriant de détails, l'auteur nous renvoie à une adresse internet pour découvrir l'Hermione par exemple. A noter également que les personnages endossent ici des personnalités atypiques, qui se distinguent bien les unes des autres. En tête, le quatuor des femmes. Et même l'horrible Commodore montre un visage de pirate bien plus réaliste qu'un Jack Sparrow séduisant et sympathique. 
Ce roman captivera les lecteurs dès 14 ans qui apprécient les récits historiques truffés d'action, avec une pincée de mer et d'amitié pour pimenter le tout.
Les illustrations sont l'oeuvre de François Place.

Mesdemoiselles de la Vengeance - Florence Thinard (Folio junior, 2011)

IMG_4701

Miles Halter, 16 ans, est un lycéen studieux qui décide de quitter sa Floride natale pour rejoindre Culver Creek en Alabama. Il s'agit d'une pension dirigée par l'Aigle, directeur pointilleux qui proteste contre le tabac, l'alcool et la transgression du couvre-feu. L'école est un établissement pour petits génies qui comprend deux groupes : les pensionnaires normaux et les weekendeurs, des gosses de riches qui rentrent chez eux en fin de semaine. 
Miles se lie d'amitié avec son camarade de chambre, le Colonel, puis rencontre Takumi et la délicieuse et sexy Alaska Young. Ensemble, ils vont vivre une amitié très forte, bien qu'elle sera aussi éphémère. Alaska, brillante jeune fille auréolée de mystères, fascine notre jeune narrateur. Pourtant celle-ci est lunatique, "cafteuse" et insaisissable. 
Un drame va frapper le petit groupe, qui sera également une remise en question personnelle et délicate, les uns se sentant coupables, les autres rancuniers. Miles et son copain le Colonel vont alors mener leur enquête, mais très vite ils seront persuadés de courir après un fantôme qui fuit, tout le temps. 

Difficile de faire bref avec ce roman, tant il m'a semblé très dense et intelligent sur les rapports de l'adolescence concernant l'amitié, l'amour, le désir sexuel et l'enfance. Dès le début, on a déjà le goût de l'originalité et de la subtilité, ce n'est pas qu'un banal roman pour la jeunesse parmi d'autres, celui-ci me semble sortir du lot. Pourquoi ? D'abord l'histoire est bien écrite, l'auteur est un jeune homme qui signe là son premier roman, prometteur et encourageant. Il a su créer dans l'univers de Culver Creek un milieu érudit et confiné où l'on partage les farces, les leçons et les petites bravades contre l'interdit. (Cela m'a fait penser au roman "Le Maître des illusions" de Donna Tartt.) Ce lieu clos exacerbe les désirs et les passions : les amitiés sont fusionnelles, la perte devient ainsi une épreuve intolérable et douloureuse. Ce qu'il se trame à Culver Creek est secret. Les adolescents entre eux adoptent des noms de code, ils dégagent aussi une image plutôt positive avec leurs réussites scolaires et leur érudition exemplaire. Miles, par exemple, cultive la passion des dernières paroles de morts célèbres, et a débarqué en Alabama guidé par le précepte de Rabelais « Je pars en quête d'un Grand Peut-Être ». Enfin bref, c'est un roman singulier et passionnant, assez flamboyant par ses excès, on passe facilement du rire aux larmes, sans rien y comprendre !

Qui es-tu Alaska ? - John Green (Gallimard jeunesse, coll. Pôle Fiction, 2011)

Posté par clarabel76 à 10:55:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



  1  2  3  4  5    Fin »