21/06/21

The play (Briar Université #3), de Elle Kennedy

The playÇa a été un vrai plaisir de lire l'histoire de Demi et Hunter ! Quelle belle complicité - une amitié amoureuse qui se construit doucement et avec le sourire. Franchement, j'ai passé un super moment.

Hunter avait eu le cœur brisé dans The Chase et enchaîné les excès dans The Risk. Dans The Play, c'est un garçon repenti qui prône la chasteté pour se concentrer sur son équipe de hockey. De son côté, Demi est en couple depuis toujours avec Nico.

Elle rencontre Hunter sur les bancs de la fac en devenant son binôme pour un devoir en psychologie. Elle se sent super à l'aise avec lui. Aucun malentendu sexuel ou autre. Leur relation est sans complexe et franchement rigolote.

Mais ça se complique quand Demi réclame son lot de consolation après une grosse désillusion car la tentation de franchir les interdits va devenir de plus en plus irrésistible. Heureusement c'est plutôt cocasse. Hunter se tient à sa ligne de conduite avec un stoïcisme admirable. Demi est en roue libre, carrément sans filtre. (Et que c'est drôle.)

Dans cette série, de toute façon, les filles ont beaucoup de caractère : elles décident qui elles veulent et assument leurs désirs. Les garçons sont également à la hauteur (ouf). Franchement, c'est moderne et sans tabou. Zéro prise de tête. Et j'adore.

©2019 Hugo Publishing pour la traduction française. Traduit de l'anglais par Robyn Stella Bligh (P)2021 Audible Studios

  • Lu par : Vanessa WarmeLionel Monier
  • Série : Briar Université, Volume 3
  • Durée : 10 h 38
  • Bémol (tout petit) sur la voix masculine quand il joue un personnage féminin, sinon c'était top. Très bonne lecture audio. Une série qui se découvre pour le fun & qui se révèle distrayante à souhait.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


18/06/21

Un manoir en Cornouailles, par Eve Chase

Un manoir en CornouaillesEst-ce que je pouvais résister à une lecture se déroulant dans un manoir défraîchi, au fin fond des Cornouailles et abritant une famille brisée par un enchaînement de drames ? Absolument pas.

Je suis également plus que ravie de ma lecture. D'abord, parce que l'histoire est passionnante : construite sur deux époques, brassant les narrations (Amber en 1968 et Lorna trente ans plus tard).

On fait donc connaissance avec l'éblouissante famille Alton en vacances dans leur grandiose demeure : ils sont beaux, insouciants, comblés d'amour. Mais un soir d'orage, le jeune Barney tarde à rentrer à la maison. Sa maman part à cheval le retrouver. Et c'est le drame.

Les enfants ne se remettront jamais de cette soirée. Leur père, brisé par le chagrin, néglige la maison. Les dettes s'accumulent. C'est alors que Caroline Shawcross débarque avec son fils Lucian. Son arrivée va plonger la fratrie dans une grande confusion. L'union sacrée va se déliter et chaucn va chercher à fuir ces lieux frappés d'une terrible malédiction.

Lorsque Lorna découvre Pencraw, trente ans après, au hasard de ses pérégrinations, elle tombe immédiatement sous le charme mais ne soupçonne rien de son passé. La vieille Mrs Alton lui propose alors de séjourner quelques jours, au grand dam de son fiancé qui rentre seul à Londres. L'emprise du manoir sur Lorna est d'ailleurs perturbante car elle lui fait ressentir des émotions inédites mais bouleversantes. Elle aussi va puiser dans ses souvenirs enfouis pour faire ressortir ce qu'elle n'imaginait pas.

Enfin, tout ce que je peux en dire, c'est que le roman est captivant ! L'intrigue est bien ficelée, pas démentielle mais riche en suspense car elle accroche le lecteur du début à la fin. Certaines révélations sont poignantes et parfois attendues. Et ça m'a bien plu ! Je prévois de lire Les Filles du manoir Foxcote (le nouveau roman d'Eve Chase) très prochainement.

©2015 / 2021 Titre original : "Black Rabbit Hall" / NiL éditions, pour la traduction française. Traduit par Aline Oudoul (P)2021 Lizzie, un département d'Univers Poche

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17/06/21

À charge de revanche ! de Sophie Kinsella

À charge de revancheCe n'est pas un secret : j'adore Sophie Kinsella. J'aime beaucoup ses romans qui sont toujours de chouettes comédies truffées de chaleur et d'humour. Mais depuis Ma vie (pas si) parfaite et Surprends-moi !, j'avoue, Queen S. ne fracasse plus le genre. Déçue ? Non. J'espère toujours le miracle. En attendant, je passe aussi des moments plutôt cool. Dans ce roman, on tombe sur une histoire de famille proche du chaos.

Fixie Farr doit s'accorder avec son frère Jack et sa sœur Nicole pour tenir la boutique à flot, suite au malaise de leur maman (qui part en convalescence dans le sud de l'Europe). Or le business est fragile et chaque membre a une vision de développement très disparate - l'un vise une clientèle huppée et prévoit des articles hors de prix tandis que l'autre programme des séances de yoga en alimentant son compte Instagram. Au milieu, Fixie défend l'idée d'entretenir l'héritage de leur père décédé mais se heurte à des murailles infranchissables.

La tension va donc vite grimper dans les tours, d'autant que de vieilles rancunes remontent à la surface. Ajoutez également un ex qui fait un retour en fanfare (son béguin d'adolescence) et un inconnu qui lui doit une fière chandelle après avoir sauvé son ordinateur du déluge. Là, je suis au regret de dénoncer ce casting masculin très décevant. Entre Ryan et Sebastian, clairement, mon cœur n'a pas bondi hors de ma poitrine. J'ai été très, très déçue. Et puis Fixie aussi a tué le mythe de l'héroïne pétillante et fantasque. Elle est passive et crédule. Bouh. Quelle déconvenue.

Au final, la lecture est un peu inégale : trop d'éléments conformistes, manque de peps, clichés et personnages fadasses. Et pourtant, je dis amen car les romans de Queen S. possèdent une aura indescriptible à laquelle je suis hyper sensible. Moi, j'aime son humour, ses valeurs et ses messages positifs. Ça me suffit. Maintenant, je dois reconnaître qu'elle fait davantage du Madeleine Wickham que du Sophie Kinsella. Still the same old story.

©2020 Belfond, pour la traduction française. Traduit par Daphné Bernard (P)2021 Lizzie, un département d'Univers Poche

  • Lu par : Claire Tefnin
  • Durée : 11 h 50
  • Excellente lecture audio ! Une performance entraînante et juste.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14/06/21

Les deux vies de Lydia Bird, de Josie Silver

Les deux vies de Lydia Bird audibleLydia et Freddie. Plus de dix ans d'amour, auquel un terrible accident met brutalement fin.

Face au vide, à l'absence, Lydia se laisse sombrer, incapable de poursuivre le fil de sa vie. Jusqu'au jour où elle accepte d'avaler un médicament pour dormir et le miracle se produit : elle se réveille au côté de Freddie, bien vivant.

Alors, Lydia se met à vivre pour ses nuits. Chaque soir, elle avale un cachet et vole quelques heures, des morceaux de la vie qui aurait dû être la sienne. Et chaque jour elle s'éloigne un peu plus du monde des vivants.

⭐⭐⭐⭐

Encore une bonne pioche avec ce roman de Josie Silver !

Au départ j'étais plutôt méfiante comme je sortais d'une autre histoire de deuil avec le roman d'Anna McPartlin, Mon midi, mon minuit que j'avais adoré. Et puis le concept de vie parallèle me laissait perplexe.

Mais finalement, ce n'est pas du tout perturbant.

Au bout de quelques pages, on comprend que c'est aussi une forme de thérapie pour l'héroïne qui vient de perdre son fiancé et qui peine à remonter la pente. Ce n'est donc pas seulement une échappatoire ou un délire de la quatrième dimension (le phénomène survient lorsqu'elle prend des comprimés pour dormir).

De plus, le roman s'applique à montrer la détresse, les angoisses et l'espoir dans cette épreuve. Accepter la perte. Pour Lydia, l'objectif semble insurmontable. Elle peut toutefois compter sur des soutiens fidèles, une famille en or (sa mère et sa sœur), des collègues très drôles et un meilleur ami qui comprend ce qu'elle traverse.

Tout ça mis bout à bout donne un roman joyeux et bienfaisant ! Eh oui, contre toute attente, il n'y a aucune once de tristesse, mais un travail d'acceptation et de rétablissement fort bien mis en scène. Résultat, j'ai été portée par le courant : simple et évident.

Sinon j'ai découvert ce roman en format audio - lu par la talentueuse Alysson Paradis - son interprétation est pleine de sensibilité et de force. On vit à fond le tumulte de Lydia. C'était génial. J'ai beaucoup aimé.

©2021 Leduc.s (P)2021 Audible Studios

  • Lu par : Alysson Paradis
  • Durée : 9 h 42
  • Un roman puissant et bouleversant sur les choix que la vie nous offre.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/06/21

Soupçons et préjugés (Les Enquêtes de Lady Rose #2) de M. C. Beaton

Soupçons et préjugésLady Rose rêve d'indépendance, de liberté et d'aventures... jusqu'où ira-t-elle pour réaliser ses rêves ? 

J'aime beaucoup cette série pour sa fraîcheur et sa simplicité. Ce deuxième tome est d'ailleurs aussi plaisant à écouter que Meurtre et séduction.

Lady Rose est une jeune héritière qui ne supporte plus les conventions de son rang (elle veut être indépendante et courir après les criminels pour résoudre de bons petits meurtres). Ses parents sont ulcérés par son attitude et veulent l'obliger à se marier (en usant parfois de méthodes douteuses). Oui, ils choisissent de l'interner dans un asile ! Gosh.

Heureusement le Capitaine Cathcart n'est jamais loin pour lui prêter secours. Certes, il la trouve toujours capricieuse et elle juge qu'il est affreusement condescendant. Mais le duo marche du feu de dieu ! J'ai évidemment tapé des deux mains face à l'issue de l'histoire. Ça promet d'être croustillant pour la suite.

©2021 Editions Albin Michel (P)2021 Audiolib

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:50:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10/06/21

Rozenn, de Laëtitia Danae

Rozenn 1

Rozenn Kaplang est une princesse djinn ; une magie ancestrale coule dans ses veines. Pour cette raison et durant de longues années, ses ancêtres ont souffert de la domination des dagnirs. Depuis, la paix a été rétablie - une paix au goût amer et incertain.

Afin de tirer un trait définitif sur ce douloureux passé, le père de Rozenn accepte d'envoyer ses filles au palais du Sultan Maddy dans l'espoir de nouer une alliance entre héritiers. Toujours est-il que nul n'est dupe du piège tendu. C'est donc la méfiance chevillée au corps que les sœurs Kaplang se lancent dans un long périple.

Rozenn, Odeleen et Daire doivent cependant apprendre à résister aux charmes déployés : le sultanat de Pretamia recèle mille richesses et autres trésors cachés. Les princes sont séduisants. Chaque rendez-vous est une promesse de rêve et d'évasion. La tentation est grande, très grande.

Seule la cadette ne se laisse pas étourdir par ces faux-semblants. Rozenn refuse même farouchement de participer à cette mascarade, quitte à s'attirer l'animosité de la Sultane en personne. Sa rencontre avec Cameron ne la laisse peut-être guère indifférente, sauf que c'est auprès du prince Callum qu'elle se sent revancharde.

Ahlala, j'ai été totalement, irrémédiablement, fatalement ensorcelée. Et j'ai adoré ça ! Tout m'a (quasiment) plu : le cadre oriental, dont se dégage un parfum vénéneux de pouvoir et de tromperie. La beauté des personnages, qui ne masque pas leurs ambitions cachées. La nonchalance de la mission, qui filtre les horreurs en place.

Bref. On obtient un mélange subtil mais fascinant dans ce premier tome où les éléments s'organisent. Ce n'est pas débordant d'action, c'est juste bien dosé et énigmatique comme il faut pour donner envie de connaître la suite. Je soupçonne d'ailleurs la lecture de posséder des effets d'hypnose méconnus. 

Maintenant, je suis à deux doigts de craquer pour le deuxième tome (papier) alors que j'aimerais également patienter jusqu'à la parution du format audio. Ce terrible dilemme qui ronge mon existence... Je ne peux que vous le conseiller.

©2021 SAGA Egmont (P)2021 SAGA Egmont pour la version Audio

  • Lu par : Anne Durandy
  • Durée : 8 h 30
  • Repris en format poche chez J'ai Lu (2020)

 ⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07/06/21

Ancestral (Rebecca Kean #4), de Cassandra O'Donnell

AncestralCe quatrième tome était très attendu après le final de Potion macabre et offre ainsi un démarrage en fanfare. Waouh, que d'émotions !

Après quoi, l'histoire stagne, plouf, nous laissant une intrigue criminelle peu consistante. Une mère de famille a été massacrée. Sa fille rescapée est choquée. Le fils et le père ont disparu. Pour l'occasion, Rebecca doit se rendre chez les Muteurs et composer avec leur chef, le très sensuel Aligarh.

Finalement, dans cet épisode, les cartes sont redistribuées : les prétendants vont et viennent. Ce n'est pas non plus un harem. Rebecca est fidèle à sa ligne de conduite. Pourtant, rien n'est jamais acquis. Bien malin celui qui pourrait prédire la suite.

De plus, Rebecca a changé depuis ses débuts. Elle n'est plus la sombre garce impitoyable. Son tempérament est certes toujours volcanique (et tyrannique) mais la jeune femme a réalisé que sa vie à Burlington avait quelque peu modifié son rapport aux autres. Et c'est tant mieux. J'aime la découvrir sous d'autres aspects, moins égocentriques ou vaniteux.

Sa fille Leonora prend également davantage de place - on n'en attendait pas moins de la fillette au patrimoine génétique hors du commun (et au caractère affirmé). Chaque livre réserve son lot de surprises et je m'en frotte les mains d'impatience. Le point fort de la série réside aussi dans son casting cinq étoiles. Bruce est mon chouchou. Ali attise ma curiosité (un beau mâle au charme sensuel) et tire son épingle du jeu dans ce quatrième tome. Quant à Raphael, le mystère s'épaissit !

Que de révélations et que de promesses à venir. Quelle fin aussi. C'était prévisible, mais tout de même. Ô frustration. Comme à chaque fois, dès que je termine un roman de cette série, j'ai envie de bondir sur le suivant. C'est terriblement addictif : écriture simple, mais scénario redoutable. J'aime, beaucoup.

©2013 Les éditions J'ai lu (P)2016 Audible Studios

  • Lu par : Caroline Klaus
  • Série : Rebecca Kean, Volume 4
  • Durée : 11 h 
  • Très bonne lecture faite par Caroline Klaus, à l'exception du personnage de Raphael dont la voix est beaucoup trop glaçante. C'est exagéré et un peu agaçant. Je ne comprends plus ce changement de cap. Par contre, j'aime son interprétation de Rebecca, vraiment excellente !

⭐⭐⭐⭐

21/05/21

La Symphonie du temps (Les Brumes de Cendrelune #2), de Georgia Caldera

La série suit son cours et reprend exactement où nous en étions, à la fin du Jardin des âmes

La Symphonie du temps

Céphise a agi sous le coup de la vengeance, mais semble désormais regretter son geste. Elle ne s'enfuit pas, n'est pas non plus condamnée. Au lieu de ça, elle bénéficie de la protection des dieux. Elle se retrouve propulsée au poste de Premier Violon de l'orchestre impérial et côtoie maintenant le gratin de la cour. Une véritable aubaine pour ses plans de destruction massive.

Cependant, les sentiments qui l'unissent à Verlaine ne cessent de la troubler. Tous deux ont un passé en commun. Une histoire à fouiller. Pour ce faire, ils doivent plonger dans un outre-monde à travers des rêves qui explorent cette vie antérieure. Ils ont alors de nouvelles identités et évoluent dans une dimension précédant le monde qu'ils connaissent. Les premiers pas sont donc perturbants avant de trouver leur sens.

Mais ces expériences affaiblissent le jeune homme. De plus, l'Ombre remet en question l'autorité de son père et ne se plie plus aux exécutions hebdomadaires. Son frère Héphaïstos va toutefois le surprendre, en plus de couvrir la jeune Rapiécée aux yeux de l'Empereur (de plus en plus méfiant). Dans le même temps, des heures sombres s'annoncent, car la rébellion est plus farouche que jamais.

Au cœur de la Cité d'Acier, la pauvre population prend à revers la légion et monte une solide résistance. Céphise elle-même se fera surprendre. Consciente d'être prise entre deux feux, elle cautionne un rôle discutable (et suspect). Entre les alliances d'hier et les enjeux à venir, les faux-semblants et les complots, les trahisons, les meurtres, les sacrifices... l'étau se resserre.

Si j'ai certes trouvé l'action plus lente dans ce deuxième tome, je n'ai bien évidemment pas regretté les rebondissements qui rendent la lecture stupéfiante. À travers les nombreux flashbacks, ce sont aussi des occasions pour peaufiner l'intrigue, les personnages et l'univers. Cela renforce le mélange romantique et poignant, le fait d'évoluer dans un monde gothique et désespéré. Oui, les masques tombent et font trembler nos certitudes. Mais c'est fascinant. Je suis impatiente de découvrir la suite et fin de cette série !

©2020 Les éditions J'ai lu (P)2021 Audible Studios

Petite note technique : je n'aime pas les voix des comédiens car elles ne correspondent pas à l'idée que je m'étais faite de Céphise, de Verlaine et des autres. Sans être une atteinte à leur travail (très bon), ceci est une simple observation personnelle.

De plus, la sélection des comédiens revient souvent dans le catalogue Audible, si bien que j'associe leurs voix à d'autres personnages, d'autres séries. Soit c'est perturbant, soit c'est lassant. C'est mon seul bémol mais ça a plombé parfois ma lecture.

⭐⭐⭐⭐

Anthony (La chronique des Bridgerton #2), de Julia Quinn

Anthony

Ce tome est plus drôle, plus espiègle, plus charmant. Le personnage d'Anthony a de quoi faire tourner les têtes : la droiture d'un Darcy avec un esprit libertin. J'adore !

Les Bridgerton sont stupéfaits : l'aîné de la famille a l'intention de se ranger. Trouver une épouse, fonder une famille. Surtout pas tomber amoureux. L'amour, c'est accessoire. Secondaire. Voire, périlleux. Car la crainte d'Anthony, c'est de mourir jeune comme son père. Il a gardé l'image de sa mort soudaine et a bâti une angoisse au fil des ans sans jamais se confier à personne.

La saison des bals s'annonçant joyeuse et insouciante, le vicomte a décidé de jeter son dévolu sur la nouvelle reine qui alimente les commérages, car Edwina Sheffield est incontestablement la plus belle des prétendantes et fait tourner toutes les têtes. Ce sera donc son élue. Mais Anthony doit d'abord convaincre la grande sœur qu'il est un bon parti et digne de confiance.

Ahem. Kate Sheffield s'esclaffe vivement. Elle n'ignore point la réputation du vicomte - Anthony Bridgerton est un débauché. Il est donc hors de question que sa chère Edwina s'ajoute à sa collection ou s'enferme dans un mariage sans amour et plein d'amertume. Kate lui oppose un non ferme et définitif.

Sacrebleu, se dit-il. Jamais une femme n'a monté aussi farouche détermination à ses avances. Qu'importe, Anthony va briser ses barrières et lui prouver qu'elle a tout faux. Accrochez-vous, chers lecteurs, la relation s'annonce piquante et facétieuse. Kate et Anthony forment un duo explosif au fil de situations cocasses et hilarantes - la partie de campagne, l'abeille compromettante ou les interludes dans le bureau.

Quel plaisir à partager cette lecture en compagnie de Clotilde Seille (par ailleurs, voix de La Passe-Miroir) ! C'est un rendez-vous délicieux, un deuxième tome très enthousiasmant, pour une lecture pimpante et pleine d'esprit. J'ai beaucoup aimé !

©2008 Editions J'ai Lu (P)2021 Editions Gallimard

  • Lu par : Clotilde Seille
  • Série : La chronique des Bridgerton, Volume 2
  • Durée : 10 h 
  • France Loisirs reprend la parution des romans en format poche ! Cela donne du choix aux lecteurs, avec les intégrales chez J'ai Lu. Et non plus de l'occasion hors de prix ! 😂
  • Bridgerton Anthony

 ⭐⭐⭐⭐

Le royaume en danger (Les héritiers #5), par Erin Watt

Le royaume en dangerArgh. Rien ne va plus ! Ce dernier tome est mou et ennuyeux. Trop de drames ou d'atermoiements. C'est sans limite mais ça devient lassant.

Easton Royal doit faire face à son irresponsabilité. Après une soirée trop alcoolisée, toujours pour noyer sa frustration, il a déboulé chez le père de Hartley pour lui dire ses quatre vérités mais a reçu un uppercut en retour. Résultat, il se retrouve à l'hôpital en train de pleurer son frère.

Hartley Wright est aussi en pleine tourmente. Suite à son accident de voiture, elle souffre d'une amnésie ayant effacé les événements des dernières années. Elle n'a pas connaissance de sa relation avec Easton, de ses rapports avec sa famille, de ses actes au cours du carambolage.

Certaines personnes vont donc s'immiscer dans la brèche et profiter de ses faiblesses pour empoisonner son esprit. Spectateur impuissant, Easton est dans l'impasse. Mais miracle, le garçon ne cède plus à ses démons. Ou de moins en moins. Serait-ce possible que le destin lui ait mis du plomb dans la tête ? Espérons.

Résultat, la relation entre Easton et Hartley peine à éclore ou s'épanouit différemment. Je n'ai cependant pas été touchée par leur histoire. Lui se montre prévenant et patient, sans être clairement démonstratif. Elle se sent paumée mais observe son nouveau monde en triant le bon du mauvais.

Cela nous donne encore des passages bêtes, agaçants, longs et rageants. Les parents, les élèves d'Astor Park sont tous cinglés. L'histoire se boucle sur un dénouement hâtif et loupé. Non seulement les événements se précipitent, mais les dossiers sont classés en un tour de main, pfff c'est ridicule.

Je suis déçue de terminer la série sur une note aussi amère. J'ai le sentiment d'avoir enchaîné les déconvenues depuis La Prison dorée / tome 3. Cela m'attriste car j'avais beaucoup aimé les premiers (La Princesse de Papier et Le Prince Brisé). En fait, je préférais Easton de loin et pas vivre dans sa tête. Le garçon est tellement ravagé. À côté, sa nana est quelconque. Et je n'ai pas vibré à leur histoire. 🥺

©2018 Hugo Roman (P)2018 Audible Studios

  • Lu par : Benjamin JungersBénédicte Charton
  • Série : Les héritiers, Volume 5
  • Durée : 9 h 
  • Ce n'était pas la meilleure performance audio entendue, non plus. B. Jungers tombe facilement dans la caricature, B. Charton revient souvent dans le catalogue donc se mélange à d'autres séries et c'est perturbant.

⭐⭐⭐