08/12/09

Les extraordinaires aventures d'Alfred Kropp ~ Rick Yancey

Folio junior, 2009 - 350 pages - 7,10€
paru en Hors-Série en 2006 (la couverture était mieux !)
traduit de l'anglais par Jean Esch

J'ai souvent lu des romans d'aventure où le héros était un type charmant, courageux, intelligent, bref un surhomme qui ne peut exister que dans la fiction. Soupirs. Avec Alfred Kropp, la vérité est enfin avouée : aucun glamour, beaucoup de maladresse, un esprit pas très vif, un coeur gros comme ça, un bon gros nounours au physique hors du commun, et malgré tout, beaucoup de charisme, de l'humour malgré lui et une cascade de péripéties à suivre les cheveux au vent. Visez la couverture d'un mauvais goût assuré, sic, mais je suis sûre qu'elle branchera les jeunes lecteurs avides de sensations fortes (bon, je dis ça en toute innocence, accro aux jamesbonderies, je trouve que l'histoire ici s'inspire des clichés du genre, en plus de bonnes trouvailles et de mélange du genre, attendez que je développe, bref tout un programme !).

alfred_kropp_poche

Alfred Kropp a quinze ans. Il n'a jamais connu son père, sa mère est décédée d'un cancer, il a été recueilli chez son oncle (quarante ans, célibataire, gardien de nuit pour l'homme le plus riche de la ville), il déteste le foot, il n'a pas d'amis et encore moins de petite amie. Le parfait type de la loose.
Mais imaginez que son oncle et lui, contre un million de dollars, sont prêts à dérober une épée, tombent alors nez à nez avec trois moines armés d'une épée (décidément !) et mettent les pieds dans un beau traquenard... Car cette épée serait celle du roi Arthur et la rencontre avec Bennacio, le dernier chevalier, va entraîner Alfred, au volant d'une Ferrari Enzo, vers une palpitante course-poursuite depuis le Tennessee jusqu'au Canada, via l'Europe et le fantastique site de Stonehenge.
Au tournant, on trouve de la bastonnade, des crimes commis de sang-froid, de la fourberie, en plus de l'appât du gain, et en même temps se mêlent les légendes arthuriennes, la chevalerie, Excalibur, le code de l'honneur et de la loyauté, le courage, la fraternité, l'amour et mon coeur palpite à cent à l'heure.
Les Suzuki Hayabusa et les hélicoptères noirs peuvent pleuvoir et arroser l'intrigue en donnant dans la surenchère racoleuse, cela m'importe peu car j'ai tout lu d'une traite, j'ai beaucoup aimé, l'action est prenante, les personnages ne manquent pas de charme, il y a aussi beaucoup d'humour et Alfred Kropp prouve qu'un garçon ordinaire peut devenir un héros extraordinaire, et plus encore.
La fin suppose que Kropp will be back !

 

Posté par clarabel76 à 15:15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,


07/12/09

La Quête d'Ewilan, D'un monde à l'autre ~ Pierre Bottero

Rageot poche, 2007 - 280 pages - 7,50€
couverture : Jean-Louis Thouard

ewilan_couvEst-il encore besoin de présenter cette série ?
Ewilan, jeune héroïne de treize ans, est en fait Camille, une adolescente brillante, qui a été adoptée et qui vit dans une famille très riche mais pas très affectueuse. Sa vie est partagée entre l'école, où elle s'ennuie car son intelligence hors norme l'isole du reste de la classe, et la maison où elle est tenue de rentrer à l'heure, de ne pas bouger une oreille et de vouvoyer ses parents. Heureusement, elle peut compter sur Salim, son meilleur ami, seul véritable confident et soutien moral.
La vie de Camille bascule le jour où elle fait un pas de côté. Elle se retrouve alors dans une dimension fantastique et médiévale, où la jeune fille prend connaissance de ses véritables origines. En fait, elle possède le Don du Dessin et a un rôle à jouer pour sauver l'Empire de Gwendalavir de la menace ts'liche.
Ce premier tome installe les personnages, les lieux, le contexte et la mission de cette jeune héritière. D'habitude, c'est toujours un peu lent et on attend que ça se mette en place tout de suite pour entrer dans le vif du sujet, ma foi, c'est ce qui me surprend avec ce livre car l'action est bien présente, d'instinct et en force. On ne s'ennuie pas un instant, l'histoire coule tranquille, on tourne les pages avec un sourire de ravissement, on s'éprend tout doucement des héros, on frémit juste ce qu'il faut, on ne se triture pas les méninges pour comprendre les enjeux de l'intrigue, tout est opérationnel, fonctionnel et j'en passe.
J'avais très envie de lire cette série depuis des années, j'ignore pourquoi j'ai toujours remis à plus tard, et maintenant je me rends compte qu'il faut vivre dans l'instant parce que la vie est fichtrement trop courte.
Bref, n'hésitez pas à confier cette série à ceux qui sont fâchés avec la lecture, je n'en suis qu'au début mais je sens qu'elle est plus que passionnante !

A suivre : Les frontières de glace - L'île du destin.

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : ,

24/11/09

Bjorn le Morphir ~ Thomas Lavachery

Médium de l'Ecole des Loisirs, 2004 - 194 pages - 10,00€
photographie de couverture : Franck Juery

bjorn_morphirPrise au piège par une redoutable tempête de neige, la famille de Bjorn vit recluse dans sa maison, en compagnie de quelques-uns de leurs proches (Dizzir le demi-troll, Hari le pêcheur, Drunn le berger et Maga la cuisinière). Le siège peut commencer, la nature n'est pas simplement en colère, cette fois la neige est redoutable, elle tombe en gros flocons pendant de longs mois, elle se glisse par tous les interstices de la maison, elle cherche à les anéantir. Les Vikings sont habitués au froid, ils résistent et la structure de leur abri est solide, chacun prend son mal en patience. Mais vivre confinés à 11 finit par rendre marteau, le frère de Bjorn a son épée qui le démange et met au défi son cadet en lui infligeant une raclée - humiliante - devant tous.
Bjorn est un enfant chétif, faible, réservé. Il manque de courage, ne manifeste aucune curiosité pour les armes ou le combat, et pourtant il l'ignore encore, mais c'est un morphir, c'est-à-dire qu'il va se réveiller courageux et avec un destin à accomplir. Cela débute par des rêves où un garçon sans visage vient le forcer à se battre avec son épée, puis la menace d'une étrange créature de glace, venue dans leur refuge pour semer le chaos, voit la réalisation de ce secret éclater au grand jour. Bjorn le Morphir, se dit-il. Quelle ironie.
Son frère Gunnar lui porte désormais un autre regard, teinté de jalousie. Leur père Erik, un ancien guerrier redoutable, lui offre son précieux collier de dents de Vorages en récompense. Maga, la cuisinière, sombre dans la folie, et Drunn a presque la bave qui lui pend au bord des lèvres, l'oeil mauvais. Sigrid, la charmante cousine qui était restée muette, se glisse dans le lit de Bjorn en lui sussurant des mots d'amour. (!) Tsss. C'est du propre...
Bon, toute l'histoire ne se déroule pas non plus dans cette maison menacée par la neige, même si j'aimais l'idée, la tension est bien en place mais il faut faire évoluer tout ce petit monde vers d'autres aventures. Hélas, au même moment où l'histoire connaît de nouveaux rebondissements, introduit d'autres personnages et rend l'action plus palpable, j'ai commencé à me lasser.
C'est un bon roman, idéal pour les jeunes lecteurs (niveau collège) qui apprécient l'héroïc-fantasy, ici déclinée à partir du folkore viking (très bonne idée, d'ailleurs). Le roman est d'ailleurs devenue une série (cf. ci-dessous la liste des titres publiés) et même une BD publiée chez Casterman a été éditée dernièrement pour relancer l'attention du public pour ce héros sympathique.
C'est donc un bon roman, même je n'ai pas senti d'intérêt plus grand envers les personnages ou l'histoire. Et c'est aussi un détail, mais j'ai vraiment tiqué sur la partie qui concerne Sigrid, lorsqu'elle se faufile dans le lit de Bjorn (ils ont tout de même douze ans !). Heureusement l'histoire fait la part belle à l'incroyable épopée qui s'offre au garçon, le courage, la loyauté, l'amitié sont autant de valeurs qui rendent ce récit plus consistant. Je laisse néanmoins cette série entre les mains des lecteurs qui sont plus sensibles à l'aventure épique et fantasy.

-) Lael a aimé, mais sans plus. Sylvie est plus enthousiaste.

  • Titres disponibles :

  • Bjorn le Morphir, 2004
  • Bjorn aux Enfers : Le Prince oublié, 2005
  • Bjorn aux Enfers II : La Mort du loup, 2005
  • Bjorn aux Enfers III : Au cœur du Tanarbrok, 2006
  • Bjorn aux Enfers IV : La Reine Bleue, 2008

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/11/09

Oscar Pill - La révélation des Médicus ~ Eli Anderson

Albin Michel, 2009 - 570 pages - 19€

oscar_pillVoilà un roman que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir !
Oscar Pill est un gamin de douze ans, aux cheveux roux et aux yeux bleus. Il n'a jamais connu son père, mort douze ans auparavant, et sa mère en parle rarement car cela lui cause encore beaucoup de chagrin. Sa vie est tout ce qu'il y a de plus ordinaire, au collège Oscar est un élève brillant mais dissipé, il se bagarre souvent avec une grosse brute, Ronan Moss. Du moins, Oscar n'est pas totalement commun puisqu'il a cette étrange faculté de soigner ses blessures rien qu'en passant la main dessus. Ceci est bien entendu un secret.
L'explication viendra peut-être de sa rencontre avec Berenice Whiters, une gentille mamie en apparence, contre laquelle la mère d'Oscar se heurte aussitôt. Hors de question, du balai, sortez de notre vie. Qui est cette femme ? Elle prétend avoir connu le père d'Oscar, et aujourd'hui elle souhaite inviter le garçon à Cumides Circle pour lui donner un apprentissage intensif de sa réelle condition... Oscar Pill est en fait un Médicus, soit quelqu'un capable de rentrer dans le corps de toutes espèces vivantes pour affronter et combattre les maladies infligées par les Pathologus. Ces derniers sont représentés par le Prince Noir et ses suivants qui veulent dominer le monde en mettant toute l'humanité en danger.
Berenice Withers a donc pour mission de rassembler tous les Médicus existants pour les préparer à la menace imminente. Le redoutable Laszlo Skarsdale s'est échappé du Mont-Noir, la prison où il avait été enfermé depuis treize ans, grâce à l'action héroïque de Vitali Pill.
C'est très tentant pour Oscar, qui brûle de mieux connaître son père, ou qu'on lui parle de lui. Quant à la charge d'être un Médicus lui-même, le garçon est encore trop naïf pour réaliser l'impact que cela représente dans sa vie.
Un roman d'aventure, où l'aventure se passe dans le corps humain ? C'est l'ambition de l'auteur, et c'est plutôt bien trouvé. J'ai beaucoup aimé, en embarquant sans relâche dans les 500 pages menées à un rythme passionnant. Même si j'ai retrouvé une ambiance chère à mon coeur (Harry Potter, pour ne pas le nommer), j'ai aussi savouré ce monde des Médicus, la promesse de l'exploration des cinq mondes (de l'univers digestif pour commencer, des poumons et du coeur, des chromosomes et des gènes, de la reproduction - ça promet ! - et l'univers du cerveau, pour les tomes prochains), les découvertes d'Oscar, les nôtres aussi, sa confrontation avec ses origines, sa famille, ses amis et ses ennemis. Un beau programme en perspective !
Cela fait également fortement penser à Il était une fois la vie, parce que sans être dans une vocation strictement éducative, l'exploration du corps humain est assez surprenante,  l'histoire est divertissante et drôle, mais promis j'arrête les références !
Ce premier roman s'inscrit dans une série de 5 livres au total. Et sous le pseudonyme d'Eli Anderson, on trouve l'auteur Thierry Serfaty ...

> vient d'être lu par Cuné !   

deux adresses, pour en savoir plus et pour s'amuser à attraper un petit canari : le blog de l'auteur et le site Oscar Pill

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

02/11/09

La plus belle fille du monde ~ Agnès Desarthe

Médium de l'Ecole des Loisirs, 2009 - 163 pages - 9,00€
illustration de couverture : Sereg

la_plus_belle_fille_du_mondeLa plus belle fille du monde vient de faire son entrée dans la classe de Sandra, quatorze ans, élève de seconde au lycée. Liouba Gogol est éblouissante de beauté, d'intelligence, de simplicité et de gentillesse. Son charisme est dévastateur, la petite bande que forme Sandra et ses amis (deux filles, un garçon) risque de ne pas résister à ce grand bouleversement. Mais en fait, au début, tout semble paisible... Liouba n'est pas une insupportable peste, le danger vient peut-être de là, elle a tout pour elle et elle est irrésistible. Sandra et ses amis n'osent pas reconnaître que cette nouvelle élève leur pose un problème, ou si, ils l'avouent en pointillés, et bien maladroitement. Pire ils se chamaillent bêtement et se lancent des propos vexants. Résultat, le groupe fait bande à part, avec haute trahison puisque l'un d'eux se lie d'amitié avec Liouba et, clash final, Sandra tombe malade et s'absente pendant trois jours. Elle vit mal ce champ libre imposé, c'est une défaite, elle sent que ses amis vont l'abandonner un par un et que Liouba Gogol va creuser son trou dans leur bande.
Quel est le problème, après tout ?
Il faut remonter aux origines de cette amitié pour comprendre les liens sacrés qui les unissent... mais ce qui est sacré ne signifie pas être exclusif non plus.
Avant d'en arriver à une conclusion joyeuse et réconfortante, Sandra - la narratrice de cette histoire - nous emmène dans une haute considération à moitié philosophique sur ce qu'est l'adolescence, l'amitié, les études, l'absence du père, l'écriture aussi. Car Sandra a choisi d'ouvrir son histoire comme un roman en pleine éclosion. La demoiselle rêve d'être écrivain, elle ne connaît ni les règles ni les tournures, et elle s'en moque un peu, aussi nous propose-t-elle un livre ouvert à toutes ses considérations, ses pensées, sa façon d'élaborer son récit, ses digressions (nombreuses !) et son histoire avec la plus belle fille du monde prend peu à peu une forme plaisante et jubilatoire.
Agnès Desarthe est un auteur qui m'enchante, et j'aime particulièrement ses écrits pour la jeunesse. Ce titre ne fait pas exception à la règle, et j'imagine qu'il trouvera écho chez les jeunes de 13 ans et plus.

 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,


01/11/09

Le Voleur de magie ~ Sarah Prineas

Gallimard jeunesse, 2009 - 335 pages - 13,50€
traduit de l'anglais (USA) par Jean Esch
illustrations : Antonio Javier Caparo

le_voleur_de_magieConnwaer est un garçon des rues et un voleur. En fouillant les poches d'un passant, la chance va peut-être lui sourire puisqu'il vient de mettre la main sur une étrange pierre noire. Hélas, son propriétaire le retrouve mais ne paraît pas en colère. Il s'agit du magicien Nihil et il invite le garçon à le suivre dans une taverne pour casser la croûte. Méfiant mais affamé, Conny accepte et se remplit le ventre. Il apprend alors que c'est un miracle s'il est toujours en vie car cette pierre est en fait une locus magicalicus et qu'il aurait pu mourir simplement en la touchant.
Connwaer n'est pas au bout de ses surprises. Il est engagé par Nihil pour le suivre dans cette étrange demeure, Ataraxie, qui appartient à sa famille depuis des générations et qu'il a été contraint d'abandonner durant les vingt années de son exclusion de la ville de Wellmet.
Son retour s'explique parce que les magistères ont besoin de lui, ils comptent sur lui pour expliquer pourquoi la magie est en train de disparaître, affaiblissant Wellmet qui serait condamnée à mourir si le phénomène ne cesse d'amplifier. Pour cela, Nihil doit acquérir l'approbation de la duchesse Cedra Forestal, qui bien évidemment le déteste, et veiller à ne pas accorder sa confiance à tous les magistères, Connwaer lui-même émet une mise en garde immédiate contre l'un d'eux mais Nihil n'est pas encore prêt à écouter le gamin.
La présence de ce dernier va cependant s'avérer utile et étonnante, car il n'est pas le vulgaire pickpocket qu'on pourrait penser. Ses origines sont mystérieuses, et il démontre, en plus d'une grande intelligence, une certaine réactivité à la magie qui rend perplexe Nihil. Finalement, lui qui rechignait de s'encombrer de ce garçon des rues va le choisir comme apprenti. Mais pour y arriver, Connwaer doit à tout prix trouver sa propre pierre magique (sa locus magicalicus), à moins de retourner croupir dans les sombres quartiers du Crépuscule et tomber sous les coups des sbires de l'Underlord.
C'est un très bon premier roman, écrit par l'américaine Sarah Prinéas, où l'on plonge dans un univers victorien imprégné de magie. Certains détails font implicitement penser à Harry Potter, sans pour autant donner l'illusion d'une copie, cela reste une lecture entraînante et pleine de surprises, servie par une intrigue dynamique, teintée d'humour et d'ironie. Les personnages gagnent à être connus, car s'il s'agit là du premier tome d'une série, le livre trouve une fin en soi mais la richesse des personnages tend à vouloir en savoir plus et découvrir davantage sur le passé de Connwaer ou sur celui de Nihil. 
Le Voleur de magie est à l'origine une trilogie, qui devint une série de quatre volumes, voire plus, compte tenu de son succès international. Le tome 2, publié en mai 2009 aux USA, sortira en France en 2010.
www.sarah-prineas.com

 

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

31/10/09

Le livre maudit ~ Anne Ferrier & Régine Joséphine

Editions Mic_Mac, coll. Même pas cap', 2009 - 62 pages - 5,50€
illustrations Loïc Méhée

Les deux coupables ont été bien mystérieuses ... Régine Joséphine a dit :

Encore une belle tranche de rigolade avec ma copine Anne Ferrier ! Oui, on s'est bien amusées à écrire cette histoire de Salsifis qui dévore les enfants de l'intérieur à cause de son petit coeur d'artichaut ! Heureusement qu'un copain comme on en fait peu va partir en guerre contre une jolie jeune fille et va s'aventurer dans l'antre de la sorcière !

Quoi ? Elle est pas claire mon histoire ? Mais si !!!  Une maison bizarre et pleine de créatures horribles, un livre dévoreur, des enfants qui se transforment en zombis ! Je vous préviens : coeur sensible s'abstenir ! Si vous osez ouvrir ce livre, prenez garde ! Vous risquez de ne pas en ressortir indemne !

livre_maudit_couv

et Anne Ferrier a surenchéri :

Vous y croiserez, dans le désordre, une sorcière, un libraire, un caïd devenu doux comme un agneau, l'amour (oui oui, Cupidon himself. Enfin, presque), une maison hantée, un grimoire magique et un jeune Eloi fort courageux, ma foi.

 

Quant à la charmante bêbête de la couverture, je ne comprends pas : avec Régine, on avait bien fermé tous les bocaux de l'atelier de la sorcière (vous pensez bien, on ne rigole pas avec ces choses-là), les yeux de loup (excellents contre les problèmes de myopie) cotoyaient les boyaux de souris (pour fabriquer la poudre d'escampette), la poudre de dragon (là, on ne peut pas vous expliquer, c'est top secret) et les oeufs de poule (ah non, ça c'est pour l'omelette, tout bêtement. Notre sorcière manque un chouïa d'organisation).

Bref, le serpent rayé (les plus dangereux) aurait dû rester dans son bocal, mais visiblement, il s'est fait la malle. Il va de soi que nous déclinons toute responsabilité au cas il décide de s'installer chez vous, dans le pot à côté de la farine ou des spaghetti.

Pas besoin d'en rajouter une couche : je l'ai lu, même si ce livre est avant tout destiné à ma fille (or cette demoiselle n'est pas là et ne rentre que dimanche, en attendant il faut bien que je me dévoue pour connaître le contenu de ses lectures, sait-on jamais, ce livre est maudit comme l'affirme son titre !).
Bref, je l'ai donc lu et j'ai beaucoup rigolé. Désolée si ce n'était pas son intention, mais je parie que les chères têtes blondes, brunes, rousses vont frissonner de plaisir car mesdames Anne Ferrier et Régine Joséphine, vous avez commis là un livre absolument charmant et pétillant de malice.
J'ai aimé le personnage aux yeux verts et aux cheveux fous, sa façon de parler et son terrible dilemme, arf c'était bien trouvé, de même quel suspense ! La cave terrifiante avec les bocaux remplis de ... beurk ! l'illusion est parfaite !
Ce roman brasse les codes du genre (sorcière et sorcellerie) mais distille sous couvert une bonne dose de facétie, cette lecture nous apparaît alors terriblement espiègle, drôle et déjantée. Si les auteurs ont prétendu avoir bien ri en l'écrivant, elles ont réussi à communiquer cet enthousiasme à leur lecteur !

Pour en savoir plus, ce livre coûte la bagatelle de 5,50€. N'hésitez pas à l'offrir !

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

29/10/09

Malo de Lange, fils de voleur ~ Marie-Aude Murail

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2009 - 275 pages - 11,00€
illustration de couverture : Yvan Pommaux

malo_de_langeUn bambin de deux ans, blond aux yeux bleus, orphelin abandonné à l'hospice, est recueilli par deux soeurs, deux vieilles filles qui rêvaient d'une petite fille en parfaite santé, ni trop grande ni trop petite, propre, sage, intelligente, sans croûtes sur la figure. Et c'est comme ça que Malo devient le protégé des demoiselles de Lange. C'est un enfant charmant, intrépide et frondeur, qui n'hésite pas à creuser dans les murs séparant son jardin des voisins pour faire connaissance avec la ravissante Léonie de Bonnechose puis avec La Bouillie, qui n'a pas sa langue dans sa poche et avec laquelle Malo va apprendre l'arguche.
Car malheureusement son bonheur sera de courte durée, un type dénommé Riflard se présente chez les demoiselles de Lange en prétendant être son père. Ni une ni deux il kidnappe le blondinet, le séquestre dans un coffre d'où Malo découvre le sinistre plan de Riflard et sa bande de voleurs. C'est un usurpateur, le chef d'une bande qui pille les riches familles en usant de violence et de vice. Les origines du garçon sont jusqu'alors inconnues, mais elles constituent la pièce maîtresse de toute l'intrigue du roman.
En effet, Malo porte en tatouage dans le dos la marque de la fleur de lys, ou le symbole des criminels. C'est assez pour qu'il se sente impliqué dans un destin à mille lieux de celui offert par les demoiselles de Lange, Malo devient un grinche (= un voleur) et s'entoure de garçonnets aussi perdus que lui. De plus, les rues de Paris renferment d'autres dangers qu'un gamin de son âge aurait tort de sous-estimer, malgré son art pour le déguisement et la comédie, Malo doit prendre gare là où il met les pieds.
Ce délicieux roman, à la mode des feuilletons du 19°siècle, nous fait partager un tourbillon d'émotions et nous plonge au coeur de l'action, aux trousses d'un enfant attachant. Malo de Lange, fils de voleur ? C'est ce que le lecteur brûle de savoir, en attendant la grande révélation dans les toutes dernières pages. 
Ce livre pourra être lu par des lecteurs de la tranche 9-12 ans (et plus). Car c'est un livre qui appartient à la collection Neuf de l'école des loisirs, donc il est parfaitement accessible. L'histoire est essentiellement écrite en argot (ou arguche) qui donne un ton original et bien senti à cette histoire, racontée à la première personne par Malo himself. C'est vraiment bien, drôle et ça ne manque ni de rebondissements ni d'action.

Le mot de l'éditeur : On lit les premières lignes, on s'emballle, et très vite on cavale derrière Malo, ce fils de grinche à la recherche de son daron ! On tremble, on rit, on accepte de bonne grâce les situations rocambolesques et les coincidences en pagaille. On dévore à belles dents un vrai roman d'aventures, trop heureux de le lire d'un trait et pas découpé en feuilleton dans le genre de presse populaire où Malo de Lange aurait eu toute sa place au XIX°siècle.

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/10/09

Les sortilèges du passé ~ Marianne Curley

Folio junior, 2002 - 550 pages - 7,90€
traduit de l'anglais par Valérie Mouriaux
titre vo : Old Magic

 

 

old_magicJ'ai d'abord connu le roman en anglais avant de découvrir qu'il avait été traduit en français et qu'il existait une version en format poche chez folio junior, hélas la couverture est repoussante comme ce n'est pas permis (je vous en fais grâce, par souci de préserver votre sensibilité). Bref, l'histoire sur le papier avait tout pour me séduire et je n'ai pas hésité un instant.

C'est donc l'histoire d'un garçon très, très beau, Jarrod Thornton, qui fait son entrée dans la classe de Kate Warren au lycée d'Ashpeak, une petite ville paumée dans les montagnes. L'arrivée de ce garçon ne passe pas inaperçue, tous les regards sont braqués sur lui, l'apparition semble irréelle, Kate elle-même est subjuguée. C'est une jeune fille différente des autres, avec une beauté atypique, elle a un teint diaphane, des cheveux longs très noirs et des yeux bleus translucides, qui font frissonner son entourage, les quolibets ne manquent pas et Kate est souvent mise à part, rendue invisible et ça lui va très bien puisqu'elle est sorcière, c'est un secret bien sûr, concrètement cela s'explique par des dons qui lui permettent de sentir les émotions des autres, de se glisser dans leur tête pour deviner leurs pensées. Elle tente de cerner le nouvel élève, mais son esprit se ferme. Qui est-il ? Kate sent un pouvoir immense chez Jarrod, dont il ne semble pas avoir connaissance, et très vite ça se vérifie puisque, sous le coup de la colère, le garçon provoque une tempête avec éclair, tornade etc. dans la classe de chimie !
Kate n'hésite pas une seconde et veut lui expliquer l'importance de son don. Elle l'entraîne chez sa grand-mère, également sorcière, et lui parle de magie et de sorcellerie, mais sans se rendre compte de la frayeur de Jarrod. C'est un garçon ultra rationnel, il refuse de la croire, il a le désir de mener une vie normale, d'être accepté au lycée et de faire partie de la bande des branchés, bref il l'envoie balader.
Kate ne va pas renoncer aussi facilement, d'autant plus qu'elle réalise qu'elle est tombée amoureuse de Jarrod et qu'elle ne supporte pas de le voir fréquenter les deux filles les plus populaires de l'école. C'est alors qu'un drame va frapper la famille de Jarrod, et ainsi le garçon va écouter les théories de Kate, selon lesquelles il serait maudit depuis des siècles et devrait effectuer un voyage dans le passé pour anéantir cette malédiction.

La version française aurait besoin d'une relecture et d'une nouvelle traduction pour offrir un texte plus peaufiné (avec moins de coquilles aussi) et plus élégant afin de mettre en valeur cette histoire qui pourrait être passionnante et captivante. C'est un roman qui en a toutes les capacités, même si la première partie est parfois lente et les personnages agaçants (Jarrod s'entête à être lâche et à le revendiquer) tandis que Kate s'obstine dans son rôle de fille solitaire, forte de sa personnalité cachée et qui rêve de partager son univers excentrique.
Un bon point, concernant la construction, c'est l'alternance des points de vue. L'histoire est racontée à la fois par Kate, puis par Jarrod, chapitre après chapitre, ce qui permet de savoir ce que les deux personnages pensent au même moment, et c'est vraiment très bien. L'histoire évite de piétiner, même si la deuxième partie arrive tardivement, avec son voyage dans le temps, sa plongée dans l'Angleterre du 13° siècle, l'affirmation des pouvoirs de Jarrod et sa prise de confiance en lui.
Et bonne nouvelle, ce livre ne s'inscrit dans aucune série ! Il se suffit à lui-même, il est même le premier roman de l'australienne Marianne Curley, auteur d'une trilogie The Guardians of time (pas traduite, à ce jour). C'est un roman qui n'est pas désagréable, mais qui mériterait (pour ceux qui souhaitent le découvrir en français) d'être rafraîchi. Un bon coup de neuf pourrait lui donner une seconde chance d'élargir son lectorat, actuellement friand des histoires d'amour entre lycéens qui possèdent des pouvois paranormaux.

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/10/09

Frères de sang ~ Mikaël Ollivier

Editions Thierry Magnier, 2006 - 142 pages - 7,50€
Ce roman a été publié aux éditions J'ai Lu jeunesse en 2003.

Ce mercredi 21 octobre, le téléfilm réalisé par Stéphane Kappes, d'après le roman de Mikaël Ollivier, sera diffusé sur France 2 à 20:35.
L'auteur a lui-même écrit le scénario.

freres_de_sangC'est l'histoire d'une famille banale, les Leumenier (le père, la mère et les deux fils, Martin, 14 ans, et Brice, 19 ans). Ils vivent dans un lotissement très cossu, pour famille chic au train de vie confortable et tranquille. Un soir, cette existence dorée bascule dans le cauchemar lorsque la police sonne à la porte pour arrêter Brice, suspecté d'avoir tué cinq personnes. Très vite, les preuves accablent le jeune homme. Il est devenu le coupable idéal, même aux yeux de ses parents. Seul son frère Martin décide de se battre pour prouver son innocence. Son obstination viendra-t-elle à bout de la machine judiciaire ?
L'histoire étant racontée à la première personne, il est très facile de se glisser dans la peau de Martin, de ressentir sa colère et son incompréhension. Il va mener sa petite enquête (c'est la partie qui me semble trop facile, mais qui ravira les plus jeunes car l'ensemble est lisse, riche en rebondissements et en suspense) et ainsi conduire le lecteur dans les méandres d'une sombre affaire de meurtres et de secrets de famille.
Malgré quelques situations étourdissantes de facilité et des dialogues récités sans âme, ce roman a su remporter toute mon adhésion avec son scénario bien ficelé et son histoire de deux frères qui luttent ensemble contre le système. C'est poignant, captivant. Une base idéale pour convenir à un téléfilm divertissant.

*** Ce soir, 21 octobre sur la 2ème chaîne ! ***

 

 

Posté par clarabel76 à 18:15:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,