29/11/08

L'invention de Hugo Cabret - Brian Selznick

Admirez ce regard envoûtant, qui vous hypnotise en un clin d'oeil (imaginez, imaginez)... Cette couverture illustrée en noir et blanc du visage d'un garçon aux grands yeux perdus est celle qui vous ouvre la porte d'un univers tout bonnement extraordinaire.

51iqKwpbUTL__SS500_

Il ne s'agit pas d'un roman, pas d'un livre d'images, pas d'un conte et pas d'un film, mais c'est tout à la fois ! Ce garçon mystérieux s'appelle Hugo Cabret. Il vit seul dans les combles de la gare où il s'occupe des horloges, et il se rend régulièrement près de la boutique de jouets pour voler quelques objets. Un jour, pris la main dans le sac, le garçon égare un carnet de croquis que le marchand refuse de rendre. Il veut comprendre pourquoi Hugo tient à ce carnet, pourquoi il refuse de raconter ce que signifient ces croquis d'automate. En colère, l'homme menace de brûler le carnet et rentre chez lui. Hugo n'abandonne pas et le poursuit, mais va rencontrer en chemin une jeune fille - Isabelle. Elle se présente comme étant la petite-fille du marchand de jouets et accepte de l'aider à récupérer son bien. Vont suivre des rendez-vous secrets dans une librairie ou au cinéma, les deux enfants deviennent amis et s'aperçoivent que les secrets de l'un et de l'autre peuvent s'entremêler pour obtenir une clef qui ouvrira la boîte aux merveilles.

Je n'en dis pas plus ! Ce livre est juste étonnant. C'est un clin d'oeil au cinéma, au pouvoir des images, à l'imagination et à l'amitié. On y trouve aussi de la magie, un voyage sur la lune, des illustrations par centaines, une foi inébranlable et un don légué par un papa disparu. On s'attache à tous les personnages qui forment une palette panachée : la demoiselle coiffée à la Louise Brooks, amoureuse des livres, privée de cinéma par son grand-père, sans savoir pourquoi, lequel est un vieux grigou austère et grognon, et le jeune garçon orphelin, qui cherche à décrypter un message caché.

L'ambiance est atypique, unique et originale. Les illustrations se fondent à merveille dans cette histoire incroyable, on y scrute le moindre détail pour bien saisir toute l'essence. C'est particulièrement troublant, car l'histoire en elle-même est simple, un tantinet énigmatique. La force du livre repose indiscutablement dans son atmosphère et l'aura dégagée est celle d'un charme décalé, délicieusement rétro et qui rend hommage à Georges Méliès.

Le livre a l'aspect d'une brique, les pages sont en noir et blanc, l'histoire prend une direction précise et intelligente, et c'est classé en jeunesse. Que ceci ne vous arrête pas, car il peut être lu par tout public. Je vous le conseille notamment, chipez-le à vos enfants !

Roman en mots et en images de Brian Selznick

Traduit de l'anglais (USA) par Danièle Laruelle

Sur le site de l'éditeur :

Un roman graphique d'aventure et de mystère, un voyage dans l'univers merveilleux du cinéma en hommage à Georges Méliès.

 
Hugo Cabret est orphelin. Son oncle l'héberge dans les combles de la gare dont il est chargé de régler les horloges. Or le garçon a une obsession : achever de réparer l'automate sur lequel son père travaillait avant de mourir dans l'incendie du musée où il était employé. Hugo est persuadé que cet automate a un important message à lui délivrer...
Brian Selznick, à la fois conteur, dessinateur et concepteur de livres, crée une forme de récit original où textes et images s'alternent et se complètent pour former la trame d'une aventure graphique inédite.
Il a reçu pour ce livre le prix le plus prestigieux des Etats-Unis : le prix Caldecott.
Retrouvez sur le salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (26 Novembre au 1er Décembre 2008) un petit spectacle autour du roman le Samedi 29 Novembre de 15h30 à 16h30 dans la salle de la librairie du salon.
www.salon-livre-presse-jeunesse.net

Cliquez ici pour feuilleter les illustrations de ce livre en ligne.


Auteur et illustrateur : Brian Selznick
A partir de 9 ans.
Prix : 17,90 €
533 pages
Bayard jeunesse


08/11/08

Mon Plan de Destruction des Pouvoirs de mon Petit Frère - Mélanie Lafrenière

51d57intWFL__SS400_La sorcellerie, c'est une affaire de femmes.
C'est ce que pense Anségisèle von Wienenberg, dite Gigi. Elle a treize ans, beaucoup de tempérament et manque tomber à la renverse quand elle apprend que son petit frère d'à peine 7 ans a lui aussi des pouvoirs de sorcier. C'est une première, mais Gigi digère mal l'information tandis que toute la famille et le cercle de la sorcellerie s'extasient.
Jalouse, la demoiselle met en place le PDPPF. Ce qui veut dire : le Plan de Destruction des Pouvoirs de mon Petit Frère.
Compulsant les grimoires de sa mère et de sa grand-mère, Gigi concocte des potions, invoque un GénIX ou dorlotte une mandragore. Or, elle ne joue que de malchance. Alaric, son petit frère, devient un sorcier de plus en plus doué. Et plus il progresse, plus Gigi s'impatiente et double de maladresse.
Elle va miser sur le Sabbat des sorcières où elle pourra s'entretenir avec Monsieur le Diable en personne et obtenir une faveur de sa part pour faire disparaître les pouvoirs de son frère. Mais encore une fois, elle ne sera pas au bout de ses surprises !

Cette histoire de sorcière moderne est drôle, vraiment racontée pour tirer des éclats de rire auprès du jeune lecteur (dès 10-12 ans). Ce livre est destiné aux filles qui en ont marre de leur petit frère, c'est ce que nous indique la quatrième de couverture. Et aux autres filles aussi, solidarité féminine oblige !
En effet, la suprématie féminine dans le monde des sorciers est menacée. Un gamin de sept ans s'introduit dans le sérail, cela agace la narratrice - Gigi, 13 ans. Mais au lieu de trouver du soutien auprès de ses pairs, elle découvre que toutes les portes s'ouvrent et qu'un tapis rouge est déployé pour parfaire l'éducation de ce jeune prodige.
Trop, c'est trop.
Et le jeune Alaric est particulièrement épouvantable. Hystérique, capricieux, insolent et effronté, il pousse sa soeur à bout. Et le lecteur aussi. Quand bien même on vient à bout de cette chasse aux sorciers, on découvre avec étonnement que ... tel est pris qui croyait prendre !
La fin, assez risible, est un joli pied-de-nez à notre sorcière bien-aimée.
Légèrement éreintant pour un lecteur qui a dépassé les 30 ans, ce livre va beaucoup plaire aux plus jeunes, aux amateurs de sorcellerie et aux comédies burlesques.
Mélanie Lafrenière écrit avec un certain panache et se glisse dans la peau d'une adolescente pleine d'imagination et qui ne manque pas de culot et ce, avec une aisance remarquable. Recommandez ce premier roman à vos filles, petites soeurs, copines ou cousines !

Plon jeunesse / Novembre 2008 - 200 pages - 13€

Mélanie Lafrenière est née en 1979 près de Vancouver et a la double nationalité franco-canadienne. Aujourd'hui elle habite Bordeaux. Elle aime beaucoup les chats noirs, les crêpes salées au sirop d'érable et les jeux de rôle grandeur nature car elle adore se déguiser en magicienne, en elfe ou en barbare !
Elle déteste la routine, les gens qui se plaignent tout le temps et les maths.
Ce livre est son premier roman pour la jeunesse.

Posté par clarabel76 à 07:30:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/11/08

A la poursuite de l'enfantôme - Jean Baptiste Evette

La mère de Char ne croit pas aux fantômes ni aux maisons hantées, elle refuse donc de donner du crédit aux élucubrations de sa fille, Jazz, qui dit avoir une amie morte dans sa chambre. C'est un enfantôme, selon ses termes, qui se sent perdu et seul. Cela pourrait être attendrissant, or cet esprit donne des cauchemars à la fillette, ce qui réveille fréquemment toute la famille en pleine nuit. Ce mystère devient oppressant, Laura emprunte la voie médicale pour trouver une solution tandis que Char, 15 ans, tourne un film, "à la poursuite de l'enfantôme", avec la caméra de son père.

51MaDFcQ3ML__SS500_

Le roman se construit sur ce mélange : recherche des indices, retour vers le passé, anecdotes fantastiques. Le climat de l'histoire est d'ailleurs frileux, assez angoissant. On s'interroge sur cet enfantôme et progressivement on dépasse les frissons pour atteindre l'émotion. Le parcours est joliment travaillé, par l'acharnement d'un adolescent qui a besoin de trouver des repères dans sa propre vie. Ses parents viennent de se séparer, sa mère parfois ne sait pas imposer les bonnes limites et le père agit maladroitement, par faute d'être trop absent.

C'est un roman singulièrement captivant, hanté vraisemblablement par des figures hors du commun. Il y a la jolie bibliothécaire, celle qui lui vaut les premiers balbutiements émotionnels, il y a Vladimir, le poète qui vit dans un univers étrange et qui semble malsain, et il y a Serge, le projectionniste, qui prend sous son aile Char, passionné de cinéma (et principalement des films fantastiques, en noir et blanc). Par bien des aspects, on a l'impression d'être au coeur d'une ville coincée dans l'espace-temps, entre le passé et le présent. Le rendu participe au charme pittoresque du récit !
L'action se passe dans une petite ville en Normandie, qui a été reconstruite après la libération. Et ce détail aura son importance dans la trame romanesque.

D'un style simple et efficace, parfois piqué d'humour, Jean-Baptiste Evette nous propose une histoire captivante, riche en suspense et empreinte d'échos fantastiques fort appréciables !
A découvrir !
12 ans et plus

Illustrations de Sylvie Serprix
Gallimard jeunesse, coll. Scripto - Octobre 2008, 156 pages - 8,50€

L'avis de Francesca

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/10/08

Le premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie

Junior, un indien Spokane de 14 ans et résidant dans la réserve de Wellpinit avec sa famille, est souvent la cible des balèzes et des crétins qui l'entourent. Il collectionne les tares physiques, mais surtout a un potentiel intellectuel qui le démarque de ses congénères. Son prof le remarque et le pousse à quitter la réserve pour entrer au lycée de Reardan. Cela signifie se rendre dans le bourg voisin, celui des Blancs !

Cela implique beaucoup de choses : faire honte aux siens, à sa communauté. Devenir le traître. Aussitôt son meilleur pote, Rowdy, lui crache au visage. Il n'est pas le seul à le renier, l'insulter et le tabasser au coin d'une rue. Junior en bave mais il veut s'accrocher, ses parents le soutiennent, la réalité de leur misérable vie ne peut que les inciter à souhaiter le meilleur pour leur fils. Et puis il y a la grand-mère Spirit, la plus sage et la plus philosophe de Wellpinit, qui sait donner les bons conseils.

Alors Junior suit son bonhomme de chemin : à Reardan, rien n'est simple non plus. Il est amoureux de la jolie Penelope, il met k-o un élève de terminale qui cherche à l'humilier, il réussit à intégrer l'équipe de basket, vomit avant toutes les compétitions et récolte un trauma crânien lors de sa première rencontre face à son ancienne équipe.

A Wellpinit aussi, il y a du malheur, on ne s'en lasse pas, mais mieux vaut en rire (on enterre mieux ceux qu'on aime dans un grand éclat de rire, paraît-il). Les catastrophes s'enchaînent, surtout vers la fin, mais le temps n'est plus à l'apitoiement. En fait, on regarde vers l'horizon, on pousse un grand soupir et on cogite.

IMGP6162

Un roman qui porte bien plus loin qu'on le pense, et c'est un vrai régal ! Dès les premières pages, j'ai été séduite et touchée par Junior, son histoire est sordide, pas toujours gaie non plus, et pourtant on n'a pas du tout le moral dans les chaussettes. Il faut dire que l'histoire est racontée avec humour et comporte pas mal d'autodérision, ce qui décomplexe nos tendances à faire la grise mine. Et puis c'est un roman juste, qui ne fait pas dans la dentelle alors que Junior porte un jugement sur les indiens de la réserve, sur leur tendance à se réfugier dans l'alcool et la fainéantise, et sur la condamnation, presque jalouse, contre celui qui veut s'en sortir et qui semble commettre un acte de traîtrise (de quitter la réserve, quelle honte !). 

Enfin bref, l'auteur a réussi un exploit à mettre dans la balance toutes ces considérations de valeurs et de place dans la société sans vilipender l'un plus que l'aure, l'histoire montre que tout le monde porte la responsabilité de ses erreurs. Et Junior apparaît comme un petit bonhomme courageux et trèèès attachant. J'ai aimé sa manie de gribouiller son journal, ses dessins sont cocasses et révèlent tant de vérités cachées... J'ai vraiment, vraiment apprécié ce qu'il y avait dans ce roman, c'est comme lire le journal d'un adolescent mal dans sa peau, avec une dose de tendresse et de cynisme, et surtout une volonté de ne pas accepter la fatalité. Junior est un gamin qui ne se plaint jamais, qui veut aller toujours plus loin, en se posant les bonnes questions, en reconnaissant que ce n'est pas rose tous les jours, après tout c'est la force d'y croire qui le fera sortir des situations les plus pathétiques. Toujours. En refermant ce livre, j'en étais plus que convaincue ! 

Albin Michel jeunesse, coll. Wiz / Septembre 2008, 280 pages - 13€
traduit de l'anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec
Illustrations de Ellen Forney

Gawou a bien aimé, Cuné pas du tout
Claire a adoré

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/10/08

Ghostgirl - Tonya Hurley

 

 

C'est la rentrée des classes et Charlotte Usher est déterminée à marquer cette année d'une pierre blanche. Elle ne veut plus être cette élève transparente, qui n'a pas d'amis et qu'on humilie pour le plaisir. Tout l'été elle a travaillé pour imiter Petula et les deux Wendy, les filles les plus populaires du lycée, et veut réussir à séduire l'objet de son affection - Damen. Elle croit en sa bonne étoile, mais ce premier jour signe aussi sa fin : elle meurt étouffée en mangeant un ourson en gélatine.

Devenue fantôme, Charlotte rejoint la classe des morts et apprend qu'elle doit accomplir un acte resté inachevé avant de basculer dans l'au-delà. Aucun doute possible pour l'adolescente, elle doit conquérir Damen et décrocher une invitation pour le bal. Devenir populaire. Obtenir tout ce qu'elle n'a jamais pu avoir de son vivant. Mais comment faire, surtout quand la seule personne capable de vous voir est Scarlet, la soeur de Pétula, accessoirement la petite amie de Damen !?

IMGP6148

Le roman en lui-même est très réussi (couverture, graphisme, pas mal de couleurs, de la fantaisie entre les chapitres, citations des plus grands auteurs anglo-saxons), pour cela le soin apporté au plaisir de la lecture est appréciable. Quant à l'histoire, c'est un autre dilemme. J'ai trouvé que c'était drôle, Charlotte est un sacré personnage, totalement obsédé par Damen, mais cela reste léger et plutôt indiqué à un jeune public, dès 12 ans par exemple. Le propos de vouloir exister aux yeux des autres est traité de façon pathétique pour commencer, puis avec énormément de dérision. On échappe à la farce grotesque, car Tonya Hurley (qui travaille dans le cinéma) (et oui, c'est la soeur de Liz) parvient brillamment à distiller de la fantaisie à ce qui ressemble fort à du flegme britannique !

Plon jeunesse, octobre 2008 - 326 pages - 17,90€
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Myriam Borel

Le site : www.ghostgirl.fr

IMGP6152

(extrait)

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15/08/08

(lectures de vacances - 4)

Venise, Shakespeare, une grand-mère et sa petite-fille, la même passion du théâtre, le goût de l'exubérance. Ce sont des arguments imparables pour m'intéresser à ce petit roman, qui bénéficie d'une réédition (ce livre a préalablement paru en 2003).
Elisa et sa grand-mère Eia se voient tous les jours, pour parler de peinture ou réciter du Shakespeare. Cela casse la solitude de la grand-mère, qui est fâchée avec sa fille, laquelle s'inquiète car elle juge sa mère un peu folle. Elisa ne veut pas que sa grand-mère retourne en hôpital psychiatrique, alors elle édulcore la réalité et tente de dresser un portrait d'une mamie gâteau pour la paix des ménages.
Un jour, au hasard d'une promenade, grand-mère Eia trouve un peigne de cheveux en écaille de tortue. Elle ne le sait pas encore, mais dans les jours qui vont suivre, d'étranges signes de métamorphose vont apparaître. Et c'est en tortue qu'elle se transforme, sous les yeux incrédules de sa petite-fille.
Elisa garde le secret, fait quelques recherches sur internet, découvre quelle race de tortue il s'agit (un spécimen très rare, qui vit à Aldabra, au large du Pacifique) et rencontre un collectionneur passionné, Max, qui va crever d'envie de rencontrer la fillette et sa tortue.

Ce roman est un puits d'imagination, un voyage entre le réel et l'imaginaire. J'ai eu un peu de mal à m'embarquer, me mettre dans l'idée qu'une grand-mère puisse se transformer en tortue... Après tout, pourquoi pas ? Marie Darrieussecq avait bien fait sensation avec son héroïne qui devenait une truie ! Bref, dans ce livre destiné pour la jeunesse, je crois que l'auteur s'est servie de cette parabole pour parler d'une fuite qui tromperait la mort. Comme le dit la grand-mère, "L'astuce, c'est de se transformer."
Ce voyage dans l'imaginaire reste une exploration tour à tour déconcertante, charmante, drôle et sympathique, mais les esprits frileux pourront reprocher cet excès d'invraisemblances et/ou d'inepties. La lecture invite à voyager, ne l'oublions pas... 

Aldabra : La tortue qui aimait Shakespeare - Silvana Gandolfi

Seuil, coll. Chapitre - 158 pages - 9,50€

A partir de 10 ans.

IMGP5951

Demain l'année prochaine :

Ce livre me rappelle la cruelle difficulté de plonger dans une histoire qui ne s'adresse pas à vous, mais il faut faire comme si, et pourtant là non, je ne peux pas.
Je n'ai plus l'âge, je ne supporte plus les crises des adolescentes hystériques, qui se réveillent en petites femmes parce qu'elles viennent de passer leurs premières vacances en colo avec les copines et les copains.
On assiste aux scènes du genre "je bois du café comme une grande", "je dors des heures pour tromper l'ennui", "ma vie n'est qu'une somme d'injustices", et patati et patata.
C'est par le regard de sa jeune soeur, Mélanie, que se dessine le portrait de cette adolescente insupportable. Léna se rebelle, en fait baver à ses parents, lesquels ont aussi de gros soucis (plus de boulot pour le père, et trop de travail pour la mère). Il faut gérer toutes les situations, mais Mélanie ne nous donne pas l'impression que c'est chose faite.
Se sentant un peu transparente, coincée entre son aînée trop bruyante et le petit dernier qu'il faut occuper, surveiller, câliner, Mélanie cherche à exister. Elle n'est plus une petite fille - son corps lui donne les premiers signes - et la vie à la maison ne lui accorde pas le droit de lever le doigt, de montrer qu'elle existe. Son rôle, c'est d'être la plus discrète possible. Ecoute, vois, tais-toi.
A conseiller à toutes les adolescentes concernées par ce problème, à savoir : où se trouve ma place !?
On évoque les problèmes familiaux, les soucis d'argent, le sentiment de ne pas exister, les émois amoureux, les angoisses face à la puberté, la rentrée scolaire qui s'annonce... Un panel de sujets assez large est donc abordé, qui concerne aisément le lectorat visé (dès 11 ans).

(Je ne suis pas mécontente d'avoir franchi ce cap, par contre je crains de devoir remettre le couvert, pour ma fille, tôt ou tard... Malheur !)

Demain l'année prochaine - Estelle Lépine

Seuil jeunesse, coll. Chapitre - 122 pages - 7,50€

A partir de 11 ans.

Moi qui ne vais pas au bout
Des choses,
Un jour j'irai au bout
Du monde
Pour voir si là-bas
Toutes les causes valent qu'on s'y penche
Et qu'on y tombe

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

25/07/08

Luern ou l'hiver des Celtes - Jean Côme Noguès

IMGP5844

Fils de tonnelier, Luern sait que son destin n'est pas de combattre auprès des guerriers celtes du village, mais de suivre la voie de son père. Pourtant, le garçon se sent différent, concerné par la tache violette qu'il porte dans le cou. D'une enfance heureuse et insouciante, Luern va brutalement connaître l'exil et les dangers d'une traque par suite d'un acte qu'il croyait anodin. Un jour, il croise le fils du chef qui manque se noyer avec sa monture dans un lac gelé. Luern le sauve, mais, blessé dans son orgueil, Cintos va chercher à se venger en tendant un piège au garçon.

Prétextant le remercier, il lui fait cadeau d'un bracelet en bronze. Dans le même temps, la troupe des guerriers s'échauffe pour la nouvelle bataille qui s'annonce. Une cérémonie rituelle est organisée, durant laquelle la devineresse Brenna (qui est aussi la soeur de Luern) doit bénir la victoire de Cintos et ses compagnons. Or, cette dernière réclame un sacrifice humain... en la personne du garçon au bracelet en bronze (sait-elle qu'elle vient de condamner son frère?). Obligé de fuir, Luern va chercher à retrouver son autre soeur, Eponina, qui est devenue prophétesse et vit en réclusion dans la forêt.

Jolie épopée se déroulant lors de l'époque de la Gaule et des Celtes, ce roman de Jean-Côme Noguès est bien renseigné, écrit avec style et fort riche dans son intrigue. Cette lecture s'appuie beaucoup sur les légendes et mythes celtes (les druides, les prophètes, les devins, etc.), les scènes de guerre ne manquent pas de verve non plus, et ajoutez à cela les descriptions pleines de poésie sur la forêt, les rites sacrés et la finesse des personnages. Luern est un garçon attachant, assez droit dans ses souliers, qui connaîtra la cruelle loi des trahisons et des secrets de famille. Bien mené jusqu'au dernier chapitre, ce roman gagne à être lu... et conseillé aux jeunes lecteurs dès 13 ans.

Gallimard jeunesse, mars 2008 - Coll. Hors Piste - 190 pages. 9,50€

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/07/08

Les Chroniques de Pont-aux-Rats - Tome 1 : Au Bonheur des Monstres

IMGP5864

Par une nuit de pleine lune, une silhouette se faufile de sous une plaque d'égout et s'envole aussitôt vers les toits des maisons. Avec son bonnet-casque et ses ailes mécaniques, jamais on ne soupçonnerait qu'il s'agit d'un petit garçon. On le connaît sous le prénom d'Arthur, il vit seul avec son Bon-Papa dans le monde de l'En-dessous. Il profite souvent du soir tombant pour aller à la cueillette, autrement dit chercher quelques victuailles dans les jardins du Dessus.

Mais cette mission va prendre un tour particulier, Arthur sera témoin d'une chasse aux Fromages sauvages, qui est pourtant devenue une activité prohibée. Poussé par sa curiosité et guidé par la prudence, le garçon suit de loin ce remue-ménage mais est surpris par Grapnard et sa clique. La bande lui confisque ses ailes et fonce sur lui pour le mettre sous les verroux, mais l'enfant parvient à s'échapper et trouve refuge chez Willbury Chipott, avocat de la couronne, en retraite. Ce dernier vit entouré de bricoliaux, de choutrognes et autres fifrelins.

Peut-être faut-il ouvrir une parenthèse pour présenter cette étrange cité qu'est Pont-aux-Rats... Un monde imaginaire, peuplé de créatures aussi loufoques que des vaches aquatiques, des blaireaux courvites, des lapinelles et des rats qui oeuvrent à bord de la Laverie Automatique Ratipontaine. Il existe aussi un monde souterrain où se cachent Arthur et Bon-Papa, mais où s'organisent des travaux d'entretien sur les canalisations et autres tâches maraîchères...

Depuis le Grand Krach Fromager, la chasse aux fromages sauvages est donc formellement proscrite, entraînant la dissolution de la Guilde Fromagère Ratipontaine. Tout cela est bien obscur et il semblerait que Grapnard combine quelques vilains tours pour contourner les règles établies. Arthur et son nouvel ami Mr Chipott découvrent avec horreur que toutes les plaques d'égout ont été condamnées avec de la forte glu. Il se passe vraiment de drôles de choses à Pont-aux-Rats, avec notamment des disparitions, des enlèvements et des mascarades à la barbe du peuple nigaud (Madame Froufrou et sa mode de Parii). Cela devient plus qu'inquiétant quand Mr Chipott constate avec tristesse que ses fidèles compagnons sont tous portés disparus, avec une maison mise à sac.

Ce sont 540 pages du même registre que nous offre Alan Snow, auteur totalement déjanté - si l'on se base sur le contenu de cette brique jaune !  Auteur, mais illustrateur de renom, car Alan Snow fournit son texte d'une centaine d'illustrations qui allège l'impression de lecture. Le jeune lecteur sera happé par l'ambiance et aura maille à quitter cet univers farfelu. La folle du logis a sorti ses plus belles parures pour s'étaler de long en large et en travers dans ce premier tome. On ne se lasse pas de tourner les pages, impatient de découvrir ce que nous réserve le chapitre suivant. Et c'est hallucinant la somme d'imagination que nous sert l'auteur, ce n'est jamais redondant ou gavant, il n'y a pas de surenchère non plus, et c'est encore moins débile. C'est un joyeux fourre-tout, avec un côté rétro qui pourrait laisser penser que l'histoire se passe au 19ème siècle... mais un autre détail nous rattrape et nous fait revoir nos calculs élémentaires.

Finalement, il faut se laisser porter par ce livre, aussi beau et chouette à l'intérieur qu'à l'extérieur, original par son contenu (et pas seulement), bien écrit et traduit, étourdissant par sa fantaisie et son lot d'aventures. On ne s'ennuie pas, on rigole beaucoup et on devient forcément curieux de ce que l'auteur peut nous réserver à l'avenir !

Les Chroniques de Pont-aux-Rats, tome 1 : Au Bonheur des Monstres - Alan Snow

Editions Nathan, (mars) 2008 pour la traduction - 540 pages. 19,50€

traduit de l'anglais par Rose-Marie Vassallo

Le site : http://www.nathan.fr/chroniquesdepontauxrats/ (avec le premier chapitre à découvrir)

IMGP5865

(aperçu)

Pour acheter :

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

29/06/08

Frères - Bart Moeyaert

Quatrième de couverture

Une famille de sept garçons, forcément, c'est pas triste. Mais quand on est le benjamin, c'est pas toujours drôle. Bien sûr, on peut se glisser plus facilement dans les cachettes, on a le droit d'aller dans les cabines des filles à la plage, on est toujours le plus mignon et le plus dorloté des enfants. Mais on est aussi celui qui se fait mener en bateau, celui qu'on envoie en éclaireur pour les bêtises et qu'on laisse de côté pour les aventures. On est trop petit pour ceci, pas assez grand pour cela, on ne court jamais assez vite et on ne connaît pas encore assez de choses. Mais on fait partie d'une bande de frères, et ça, c'est pas rien, surtout si on veut être à la hauteur.

IMGP5775

Lorsqu'on est soi-même issue d'une famille de sept enfants, on s'attache inexplicablement aux livres qui parle des fratries, j'ai en tête les livres de Jean-Philippe Arrou-Vignod (L'omelette au sucre, Le camembert volant & La soupe aux poissons rouges) et celui de Dominique-Louise Pélegrin (Le crocodile rouillé).

Frères ne fait pas exception à la règle, on trouve ici 42 courtes nouvelles (ou chapitres) d'inspiration autobiographique (l'auteur ne s'en cache pas, il est le dernier-né d'une famille de sept garçons). Il s'est souvenu de son enfance pour écrire ce roman plein d'humour, fait de tendresse et d'affection. C'est un clin d'oeil aux bons moments vécus au sein d'une couvée, sous le regard bienveillant de papa-à-nous et de maman-à-nous (cette dernière est une coquine, toujours prête à prendre au piège ses bambins qui dévorent à table et ne se rappellent plus du tout ce qu'ils ont ingurgité !).

Il n'y a pas d'intrigue, concrètement. Mais je pense qu'en ouvrant ce livre, ce n'est pas ce qu'on recherche, tant la lecture est reposante et renvoie une image sympathique et qui donne le sourire. De plus, la plume élégante de Bart Moeyaert a été pour moi une belle découverte.

Editions du Rouergue, mars 2008 pour la traduction française - Coll. doAdo - 223 pages, 10€

traduit du néerlandais par Daniel Cunin.

Le site de l'auteur : http://www.bartmoeyaert.com/

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

26/06/08

Powerboy - Jean Cavé

Jehan a rencontré son destin dans le métro, du moins c'est ce qu'il s'imagine. Il faut dire aussi que la suite des événements peut prêter à confusion et laisser croire qu'il a bel et bien raison !.. Un jour, donc, il croise le regard d'un type, très grand, habillé en noir, qui le fixe en retour. Un drôle de picotement gagne le garçon qui ne lâche pas des yeux cet individu, c'est comme si un fil invisible les reliait, pense-t-il. Suite à cela, Jehan est convaincu de détenir un étrange pouvoir : celui de convaincre les autres, de prendre le contrôle de leur subconscient et de les faire agir suivant ses désirs. Il décide de faire un essai sur cet homme un peu louche en lui ordonnant, mentalement, d'ouvrir la bouche.

Et alors, l'autre lui obéit ! Paniqué, Jehan se sauve du métro. Il n'a pas réussi à annuler son ordre et regarde avec effroi le pauvre malheureux avec la gueule cassée. Peu de temps après, le cauchemar le rattrape dans une chambre d'hôpital. A la suite d'un malaise à l'école, Jehan est envoyé pour des examens de routine au centre hospitalier. Groggy, il pique un petit somme et, à l'heure de son réveil, il croise son voisin de chambre qui n'est autre que... Bouche Ouverte ! Cri d'horreur, panique, tentative de s'échapper, bref notre adolescent vire de toutes les couleurs.

IMGP5789

Mais qui est cet inconnu ? Il se présente comme étant le grand Parrain des Magiciens et vient annoncer une bonne nouvelle à Jehan. Un peu sonné, celui-ci l'écoute vaguement mais se force à adhérer à sa démonstration lorsque tous deux s'adonnent à un travail pratique en direct. Ainsi, Jean a des pouvoirs exceptionnels, il peut hypnotiser son entourage ! Il en profite sans vergogne et ses premières victimes sont ses professeurs, ses camarades de lycée et même une jolie demoiselle qu'il aimerait beaucoup embrasser. Soit, parfois ce don n'a pas l'air au point et provoque des catastrophes en série. Est-ce une raison suffisante pour s'en priver ? Non. Mais jusqu'où notre Powerboy va exercer son ascendant ? Et possède-t-il vraiment des pouvoirs particuliers ?

Avec humour Jean Cavé démontre qu'au moment de l'adolescence, quand on doute un peu de soi, on devient la proie de ses propres superstitions. Plonge-t-on franchement dans le paranormal ? Ce roman paraît en détenir les ingrédients mais la recette n'est pas miraculeuse et l'explication à la fin pourra grandement décevoir les allumés du pouvoirs de l'Impérium (Harry Potter, à jamais dans nos coeurs !!!). En somme cette lecture sympathique délivre davantage un message de confiance en soi, sous couvert d'effets extraordinaires et de coincidences étranges. Cela se lit, mais le lecteur est en droit d'en réclamer plus ! Je ne suis pas convaincue, mais simplement parce que je ne corresponds pas à la cible visée. Par contre, dès 11-12 ans c'est sans souci !

Plon jeunesse, janvier 2008 - 178 pages - 10€

Powerboy

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,