08/01/16

Tout tout sur les Toutous, de Dorothée de Monfreid

Tout tout Sur les Toutous

Un imagier avec Carlos, Félix, Zaza, Youssouf et tous leurs copains ? Si, si, je vous jure. Ils sont tous là.

Dans cet album de grand format, nos toutous nous invitent à découvrir leur maison, leur école, leurs vêtements (eh oui) mais aussi les métiers, les couleurs, les saisons, la vie en ville ou à la campagne, le bain du matin, la cuisine du soir, le rituel du coucher...

Sur un thème a priori classique, cette lecture finit par transcender son sujet pour un rendez-vous cocasse et désopilant.

Et c'est clair que c'est inattendu de trouver un dalmatien enfiler son peignoir, un shi-tzu faire popo aux toilettes, un border collie ramasser des champignons dans son panier en osier, un teckel faire de la luge, un bouledogue français et un terrier écossais sous un parapluie, chaussés de bottes en caoutchouc ! 

Cette vie version toutou est définitivement mienne ! J'adopte. :)

Loulou & Compagnie  / L'Ecole des Loisirs ♦ Octobre 2015

Copyright : Dorothée de Monfreid

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Dans les bois, par Emily Carroll

IMG_5640

Amateurs de lectures frémissantes, voici pour vous une anthologie qui ne manquera pas de vous surprendre ! 

Une jeune fille passe les vacances chez son frère et sa fiancée, qui est d'apparence douce et attentionnée, avant de révéler une part plus sombre et effrayante. Durant son enfance, après s'être perdue dans la forêt, celle-ci a attendu seule dans une grotte pendant trois jours. Un drame non sans conséquence, dont la révélation vous fichera une frousse bleue et vous laissera également sans voix. Brrr... Les histoires qui suivent donneront également la pétoche, en vous racontant comment une écolière qui joue les apprentis spirites va être possédée par un esprit malin, ou le mystère de jeunes filles qui disparaissent la nuit, attirées par une cabane perdue dans la neige. Dans  une atmosphère terriblement oppressante, non sans évoquer l'influence des contes gothiques, à la Edgar Allan Poe, Neil Gaiman ou façon frères Grimm, Emily Caroll nous livre ici un sortilège de 5 contes horrifiques à faire dresser les cheveux sur la tête. La lecture est plus qu'angoissante, elle est carrément éprouvante, mais vous transporte dans un imaginaire fabuleux et fascinant. Les décors y sont sans fioriture, les couleurs neutres, seule une touche écarlate surgit sans prévenir, comme pour conforter cette sensation de malaise et d'épouvante. Alors que j'étais confortablement installée sous la couette, j'étais loin de me sentir en sécurité, hésitant même à éteindre les lumières pour m'endormir ! C'est vous dire si cette lecture est obsédante, frappée de folie, de passion, d'horreur et de tourment. Elle alimentera sans nul doute vos nuits de cauchemars préoccupants et continuera de vous hanter un petit bout de temps... ;-)

Casterman / Janvier 2016

IMG_5641   IMG_5642

IMG_5643   IMG_5644

IMG_5645

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/01/16

Goat Mountain, de David Vann

Goat Mountain

Automne 1978, dans le nord de la Californie. Quatre hommes, dont l'un à peine sorti de l'enfance (le narrateur), se rendent sur les terres de Goat Mountain pour l’ouverture de la chasse. Pour ce môme de onze ans, c'est un baptême attendu avec impatience, lui qui a grandi avec les armes et dans la culture de la chasse, initié par son père, son grand-père ou Tom, l'ami de la famille. Pour la première fois, il va pouvoir abattre son propre gibier. Alors qu'ils parcourent les centaines d'hectares du ranch, les quatre hommes tombent sur un braconnier qu'ils observent depuis la lunette de leur fusil. Un excès de confiance. Un soupçon de complicité. Un semblant d'initiation. Et là, la maladresse, le tressaillement, le drame... Nos chasseurs émérites s'effondrent, de dépit, de stupeur, d'effroi. La partie de chasse vire au chaos. C'est le règlement de comptes. Le pétage de plomb. L'enfant qu'on accuse et qu'on accule. La famille qui se dresse. Cela vire au cauchemar. Et très franchement, David Vann y prend plaisir. Petits meurtres en famille. Ou comment vous désillusionner sur les liens du sang, sur l'éducation, sur le dialogue et le partage. Le vide sidéral. La lecture nous plonge alors dans un profond désarroi, auquel je n'arrive décidément pas à m'habituer (cf. Sukkwan Island qui m'a également déplu). Ceci ne remet pas en cause les qualités du roman, « sa prose poétique, précise et obsédante », simplement je reste hermétique à cet univers, trop rude, trop opaque, trop rudimentaire. La description des paysages, de la nature belle et sauvage, côtoie une violence latente dans ce qui s'apparente être un parcours initiatique conditionné aux instincts primitifs. L'histoire n'est pas très longue, racontée par un Eric Herson Macarel éloquent et efficace. Seulement, la perspective que donne l'auteur de l'humanité n'est clairement pas glorieuse et me laisse de plus en plus déconfite. 

Sixtrid,  juin 2015 ♦ Interprété par Eric Herson Macarel (Durée : 7h 42) ♦ Traduit par Laura Derajinski pour les éditions Gallmeister

06/01/16

Le Trône de fer & Le Donjon rouge, de George R.R. Martin

En ces temps-là nimbés de brume, où la belle saison pouvait durer des années, et la mauvaise toute une vie, se multiplièrent un jour des présages alarmants. Au nord du Mur colossal qui protégeait le royaume, se massèrent soudain des forces obscures. Au sud, l'ordre établi chancela. Le meurtre et la corruption, la lâcheté et le mensonge enserrèrent inexorablement le trône convoité...

Trone de Fer

Comme probablement beaucoup de personnes, c'est après avoir vu la première saison de la série télé créée par HBO que ma curiosité a été piquée de lire le Trône de Fer de G.R.R. Martin. Et c'est au bénéfice du livre audio, à l'écoute du formidable Bernard Métraux, que j'ai choisi de me lancer dans l'aventureEt quelle aventure ! Certes, l'adaptation tv est très fidèle au roman et j'aurais pu zapper une lecture-fleuve et aller à l'essentiel, mais cela aurait été dommage de se priver de cette mise en bouche, pour la simple et bonne raison qu'on y découvre une introduction nécessaire à l'univers des Sept Couronnes, des familles aux liens inextricables, des ambitions politiques, des conflits en souffrance et des intrigues tarabiscotées qui annoncent le chaos, le sang, la guerre, la vengeance et la soif du pouvoir.  
Miam, miam.

Cela m'a également permis de me rafraîchir la mémoire, car j'ai vu la saison 1 il y a maintenant deux, trois ans (j'ai oublié, le temps passe si vite). Ce livre audio a donc été une aubaine et je n'ai pas boudé mon plaisir. 😏

L'histoire, en quelques mots. Au Nord du royaume de Westeros, vit la famille Stark de Winterfell, où Lord Eddard y mène une existence rangée, auprès de son épouse Catelyn et leur nombreuse marmaille. Tout bascule le jour où le roi Robert débarque en personne pour le nommer nouvelle Main du Roi et le convoque auprès de lui à la cour. La reine Cersei fait grise mine. Elle n'en peut plus de se débarrasser de son époux grassouillet pour placer sur le trône son fils Joffrey. Ned Stark n'est pas dupe et cherche à la confondre, confiant ses doutes auprès d'une audience au sens de l'honneur fort discutable. Sa femme Catelyn mène aussi ses propres combats, chevauchant le royaume pour réclamer la tête du tortionnaire de son fils handicapé. À force de désespoir, elle kidnappe Tyrion Lannister et fait frémir de rage sa sœur Cersei. Les esprits chauffent et cogitent des plans retors pour rendre la pareille, sauf que les dés sont pipés et chamboulent les destinées. Armez-vous de vos sels, âmes fragiles, ça va valser ! Sur ce grand échiquier, vient également s'ajouter le sort de la jeune Daenerys Targaryen, dont le père a été dépossédé par Robert Baratheon, au terme d'une guerre sans pitié qui a conduit la jeune fille et son frère à vivre en exil. Ses épousailles avec un seigneur dothraki sonnent leur retour imminent ... et fracassant. 

Cette lecture, menée à fond de train, aura quelque peu ruiné ma vie sociale occupé de nombreuses heures de mes vacances, mais cela aura valu le coup car la découverte est franchement excitante. Et je le rappelle, il faut absolument lire les romans et regarder en parallèle la série tv, les deux programmes vous réservent un festival d'émotions fortes, avec haute probabilité d'addiction, au point de contaminer toute une maisonnée ! Damned. 

Gallimard, coll. Ecoutez Lire / 2014 ♦ Texte intégral lu par Bernard Métraux (Durée d'écoute : environ 17h & 20h) ♦ Trad. de l'anglais par Jean Sola

🐦🐦🐦🐦🐦🐦🐦🐦   

Volume 2 : Le Donjon rouge de l'intégrale I (J'ai Lu, 2010)

Le Donjon rouge

05/01/16

Avant toi, par Jojo Moyes

Avant toi

J'ai tenté d'entrer dans cette lecture de façon la plus neutre possible, mais c'était difficile de faire abstraction des nombreux commentaires répétant ô combien l'histoire est émouvante et qu'il faut se munir de mouchoirs en la lisant ! C'est donc avec une once d'appréhension que j'ai entamé le roman, boostée cependant par une curiosité bien piquée. Et de faire alors l'étonnante rencontre avec une héroïne simple, ordinaire, qui n'a ni ambition ni vie trépidante. Portrait peu folichon, mais intrigant.

Louisa Clark vient de perdre son boulot de serveuse, elle a 27 ans, habite chez ses parents, qu'elle tente d'aider financièrement, et vit un amour sans passion avec Patrick. Sur un coup de bol, elle décroche le poste d'aide-soignante chez la famille Traynor pour leur fils tétraplégique depuis deux ans. Or Will est imbuvable et n'accepte pas son handicap. Louisa devra donc déployer des trésors de patience pour gagner la confiance de cet homme brisé, aux envies suicidaires. Alors, oui, on peut redouter de verser dans le mélo, sauf que le roman s'en sort plutôt bien en évitant les écueils. L'histoire aussi s'échine à nous raconter autre chose qu'une banale rencontre amoureuse, qui finit mal. En effet, c'est surtout l'histoire d'une providence. Will, qui dispose d'un sursis de six mois avant le grand saut, veut mettre à profit cette parenthèse pour offrir à Louisa les mille opportunités qui lui ont fait défaut jusqu'à présent. Louisa est une jeune femme généreuse, qui a souvent sacrifié ses envies pour le bien-être des siens. Aussi, Will décide de lui servir le monde sur un plateau doré. Leur connivence est alors d'une telle douceur, se nouant dans un voile de pudeur et de subtilité, tissant sa toile en beauté. Louisa est également persuadée d'aider Will à surmonter sa détresse et ne se doute pas que c'est lui qui mène la danse et l'entraîne à explorer d'autres horizons. C'est là tout le sel de leur relation, une relation extrêmement touchante, jamais larmoyante. Je tiens à le préciser, j'avais sans doute le cœur gros à la fin, mais je n'ai pas versé ma petite larme. Et j'ai beaucoup, beaucoup aimé cette lecture qui est par-dessus tout attachante, avant d'être poignante. C'est un bel hymne à la vie et au droit à la dignité. À découvrir, effectivement.

>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible - uniquement disponible en téléchargement.

©2013 Milady (P)2015 e-Dantès ♦ Lu par : Émilie Ramet (durée : 12 h 28)

💢💢💢💢💢💢💢💢💢

Me Before you, le film, réalisation de Thea Sharrock avec Emilia Clarke, Sam Claflin & Matthew Lewis. 

Sortie en salle US : 3 juin 2016

Afficher l'image d'origine   Afficher l'image d'origine

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


04/01/16

Veux-tu m'épouser 100 fois ? par Holly Martin

Veux tu m épouser 100 fois

Vendre du rêve et de l’amour, voilà le travail de Suzie. Et son agence La Proposition Parfaite fonctionne plutôt bien – c’est même la seule chose qui tient la route dans sa vie. Jusqu’à ce que Harry, son meilleur ami et associé, décide de l’embarquer dans un plan de communication complètement FOU.
100 jours.
100 demandes en mariage.
Elle et lui dans le rôle des fiancés.
Un jeu qui pourrait être divertissant si Suzie n’était pas désespérément et secrètement amoureuse de Harry. Quoi de pire que de se faire demander en mariage non-stop pendant trois mois par l’homme que l’on aime depuis des années ?…

🌟🌟🌟🌟🌟🌟

Cette lecture possède un charme fou et n'usurpe nullement son titre de comédie adorable avec des personnages très attachants. Pendant 430 pages, grosso modo, Suzie et Harry partagent avec nous les hauts et les bas de leurs émois, dans une aventure qui ne manquera pas de vous surprendre, de vous agacer, mais surtout de vous éblouir. Suzie et Harry sont les meilleurs amis du monde. Lui est gentil, attentionné, charmeur et patient. Elle est rigolote, jalouse et soupe-au-lait, mais surtout très à fleur de peau depuis le décès tragique de son frère. Lorsque Suzie réalise qu'elle est tombée amoureuse de Harry, elle s'en mord les doigts, hésite longuement avant de l'accepter, puis de partager ses sentiments. Et si ce n'était pas réciproque, est-ce que cela ne ruinerait pas une amitié exceptionnelle ? De son côté, Harry masque aussi son attachement derrière des démonstrations de tendresse et de dévouement qui en feraient fondre plus d'une. Ce type est d'une délicatesse exemplaire. Lui aussi tente de se protéger derrière des pirouettes, parfois maladroites, et qui font souvent tourner en bourrique notre héroïne. Grand séducteur, Harry a tendance à collectionner les aventures sans lendemain, au grand dam de Suzie. Leur histoire n'est donc pas toute tracée, toute simple, toute douce et mielleuse. C'est au contraire particulièrement mouvementé, avec des éclats de rire, et de grands éclats de voix. J'étais verte de les voir se chamailler pour des malentendus, d'autant plus que cela malmène l'histoire, de façon puérile, avec l'impression de longueurs inutiles... Sans quoi, la lecture est féerique à souhait. Suzie et Harry vont s'embarquer dans un tour du monde sponsorisé par des tours-opérateurs, en échange d'un compte-rendu détaillé sur un blog qui rencontre un succès fou. On y découvre surtout les mises en scène inventées par Harry pour demander la main de Suzie, lesquelles sont toutes plus extraordinaires les unes que les autres, bien qu'irréalistes, elles participent au rêve en rivalisant de fantaisie, de romantisme et de splendeur... Cette lecture possède une touche de magie sur fond de comédie romantique enlevée et pétillante, à déguster sans culpabiliser. C'est franchement trop bon ! 

Harlequin / Coll. &H ♦ Octobre 2015 ♦ Traduit par Charlotte Demanie (One Hundred Proposals)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31/12/15

Bilan de l'année : Heurts et bonheurs de la turbulente 2015 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Xmas Socks

Il y a eu les coups, les larmes, les pertes, les abandons, la lassitude, l'envie et le paraître. Et il y a eu cet éternel refuge qu'est la lecture, source d'éblouissement, d'enchantement et d'étonnement. De cette année livresque, nous retiendrons donc ce palmarès tout à fait personnel, sans jugement de valeurs, simplement sur la base du ressenti et des émotions (mon baromètre à moi) :

 

  1. Et je danse aussi, de M-L Bondoux & J-C Mourlevat
  2. L'Histoire épatante de M. Fikry & Autres trésors, de Gabrielle Zevin
  3. La Bibliothèque des cœurs cabossés, de Katarina Bivald
  4. Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables, d'Annie Barrows 
  5. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, de Harper Lee
  6. Le Goût de la vie, d'Anouska Knight
  7. Ça peut pas rater ! de Gilles Legardinier
  8. La briscola à cinqUn tour de passe-passe, de Marco Malvaldi
  9. Temps Glaciaires, de Fred Vargas
  10. Du sang du Abbey Road, de William Shaw

 

  1. Les Autodafeurs, de Marine Carteron
  2. Les Incorrigibles enfants de la famille Ashton, de Maryrose Wood
  3. Les Affreusement Sombres histoires de Sinistreville, de Christopher William Hill
  4. Lucile Finemouche & le Balafré, de Juliette Vallery, Annabelle Fati & Yomgui Dumont
  5. L'Ultramonde : Les trois pierres du Fâark, de Stéphane Tamaillon
  6. Détectives de père et fils, de Rohan Gavin
  7. Le ciel nous appartient, de Katherine Rundell
  8. Animale: La Malédiction de Boucle d'Or, de Victor Dixen
  9. Celui qui sera mon homard, de Tom Ellen & Lucy Ivison
  10. Broken Soup, de Jenny Valentine

 

Cette liste aurait également pu compter : La vérité et autres mensonges, de Sascha Arango ;  Dernière conversation avec Lola Faye, de Thomas H. Cook ;  Diable Rouge, de Joe R. Lansdale ;  Ici ça va, de Thomas Vinau ;  À la vie, à la mort, de Colette McBeth ; Nos mensonges, de Louise Douglas ;  Les dix plus beaux jours de ma vie, d'Adena Halpern ;  L'Allée du Bout du Monde, d'Isabelle Wlodarczyk ;  Max, de Sarah Cohen-Scali ;  La fille qui avait deux ombres, de Sigrid Baffert ;  La Prophétie du Paladin, de Mark Frost ;  Stone Rider, de David Hofmeyr ;  California Dreamin, de Pénélope Bagieu ; la BD Chaque soir à onze heures, de Camille Benyamina & Eddy Simon ...

Toutes mes préférences sont à piocher dans les rappels mois après mois, ainsi que mes sempiternels  en tag ... 

 

✨ Bienvenue à 2016 !

Afficher l'image d'origine

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

Bilan du mois : Décembre 2015 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Xmas mary xmas

L'année se termine, sur ces dernières rencontres littéraires... (en attendant notre bilan)

🎅 La Pyramide de glace, de Jean-François Parot

🎅 Le Doute, de S.K Tremayne

🎅 Le retour du capitaine Emmett, d'Elizabeth Speller

🎅 Le condamné de Noël, d'Anne Perry (et autres contes criminels)

 

❄❄❄❄❄❄❄

Côté salon, des séries TV ont encore occupé mes soirées : 

Upstairs Downstairs (2010 BBC) écrite par Heidi Thomas

Upstairs Downstairs2

Upstairs Downstairs3

Cette série a tenté de réveiller les souvenirs enfouis d'une série à succès dans les années 70 mais a vraisemblablement souffert de la concurrence avec la mythique Downton Abbey. L'histoire, pourtant, est assez excitante. Nous sommes à Londres, en 1935 (que les décors et les toilettes sont magnifiques !). Les portes du 165 Eaton Place, abandonné depuis six ans, s'ouvrent sur l'arrivée des nouveaux propriétaires : Sir Hallam Holland, diplomate de haut-rang, et sa femme Lady Agnes (Keeley Hawes). Ils font aussitôt appel à l'ancienne gouvernante, Rose Buck, afin qu'elle recrute le personnel adéquat et redonne à l'adresse son lustre d'antan. Disons-le d'office, on ne retrouve pas ici le charme, la tendresse et l'émotion qui ont fait le succès de Downton Abbey. Aussi est-il vivement préférable de s'abstenir de toute comparaison pour apprécier les intrigues des “maîtres et valets” de cette prestigieuse demeure. Et de découvrir que tout repose sur une intensité dramatique surprenante et parfois inattendue. De plus, le contexte politique de l'époque étant particulièrement riche, celui-ci va particulièrement malmener la vie trépidante de la haute-société londonienne, avec la montée des ferveurs nationalistes, la persécution des juifs en Allemagne, le scandale Wallis Simpson...

C'est une série qui se laisse regarder sans déplaisir, et dont j'ai follement apprécié le raffinement et l'admirable mise en scène (le travail de la BBC est irréprochable), toutefois Upstairs downstairs ne possède pas cette petite étincelle qui la rendrait quasi éblouissante et nous verrait intarissable devant ses mérites (certains) mais hélas trop faibles. C'est bien dommage car ce programme était alléchant mais a été sacrifié au jeu des concurrences artificieuses et de la rentabilité à tout prix... 😩

❄❄❄❄❄❄❄

South Riding (2011 BBC) d'après le roman de Winifred Holtby, adapté par Andrew Davies 

South Riding

South Riding 3

Sarah Burton (Anna Maxwell Martin) retourne dans sa ville natale de Kiplington dans le Yorkshire pour postuler en tant que directrice de l'école pour filles, avec des idées révolutionnaires plein la tête. Mais la réalité est beaucoup plus amère, dans ce coin paumé où les divisions sociales sont de plus en plus prégnantes et la société en perpétuelle évolution. Sarah doit se battre pour défendre ses convictions et se heurte ainsi avec l'irrascible Robert Carne (David Morrissey), lui-même hanté par ses propres démons et en lutte contre une faillite personnelle.

Cette mini-série de la BBC est en fait une incroyable surprise, dans le sens dramatique, poignant, un peu déprimant aussi (il y a des pauvres, oui, qui vivent dans des conditions misérables et qui doivent sacrifier leur avenir, renoncer à une instruction, pour subvenir aux besoins de leur famille). Je ne m'attendais pas forcément à du glamour, mais cette réalité mélancolique m'a rendu assez perplexe. Nul reproche sur la réalisation, l'interprétation et la reproduction de l'époque, qui sont tous impeccables de justesse. Simplement, je n'ai pas été touchée par l'histoire, dont j'attendais, à défaut d'un dénouement heureux, une perspective nettement moins douce-amère... Une déception, donc.

❄❄❄❄❄❄❄

 

Ah, j'ai aussi vu la version 2013 d'Angélique (Marquise des Anges) par Ariel Zeitoun... 

Angélique

Et je ne m'en suis toujours pas remise !  😂 😱 😠

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/12/15

#Séance de rattrapage : Femmes & Filles (Wives & Daughters)

FEMMES & FILLES

D'après le roman d'Elizabeth Gaskell, série réalisée par Nicholas Renton, sur un scénario adapté par Andrew Davies (BBC, 1999).

Molly Gibson est la fille unique d'un médecin de campagne, veuf depuis quelques années. Elle entretient avec lui une relation très fusionnelle. Son remariage avec Mrs Kirkpatrick, une ancienne gouvernante, chamboule quelque peu son existence, mais lui apporte aussi la compagnie de Cynthia, une jeune fille expansive et coquette, qui apprécie les bals et les rencontres. Molly, pourtant de nature calme et rêveuse, se lie aussitôt d'amitié pour sa nouvelle sœur, jusqu'au jour où Cynthia accepte la demande en mariage de Roger Hamley, que Molly aimait secrètement.

Au départ, j'avoue n'avoir pas été immédiatement conquise par la série, notamment à cause du jeu d'actrice de Justine Waddell (Molly Gibson), qui m'apparaissait inexpressive et terriblement niaise. Puis, l'histoire et sa trame romanesque ont réussi à me transporter au cœur de cette fresque au charme bucolique, qui raconte les bonheurs et désillusions d'une petite communauté de la province anglaise, dans les années 1830. Molly Gibson en est la figure centrale et rayonne de pureté, de douceur, de grâce et d'innocence. C'est une jeune fille au caractère placide, assez ordinaire, dont l'auréole est cependant éclipsée dès lors qu'apparaît Cynthia (Keeley Hawes). Sa vivacité et son goût pour le badinage font de suite tourner les têtes (et alimenter les ragots). Car Cynthia est habile dans l'art des intrigues, avec un goût prononcé pour les secrets, mais n'en demeure pas moins pimpante, victime des ambitions de sa propre mère (Francesca Annis), à toujours vouloir la pousser dans les bras de prétendants fortunés. Même Roger (Anthony Howell) n'est pas insensible aux flatteries de Cynthia et lui fait sa déclaration en bonne et due forme peu avant son départ pour l'Afrique et son expédition scientifique de deux ans. Second fils d'une famille qui porte aux nues l'héritier du domaine, Osborne, lequel va sans le faire exprès infliger aux siens une terrible déception, Roger Hamley a longtemps considéré Molly comme une tendre amie, et non comme une soupirante attitrée. C'est donc le cœur meurtri qu'elle le voit s'enflammer pour une autre, sans jamais manifester la moindre amertume ou un quelconque ressentiment pour l'un ou l'autre. Sainte Molly. Cette bonté d'âme est limite exaspérante, car elle empiète sur l'ambiance générale et rend souvent l'histoire ronronnante, proche de l'ennui. Mais l'époque, les costumes, le cadre ont chassé toute trace de monotonie. Et c'est toujours avec beaucoup d'admiration que je me consacre à une série produite par la BBC. Les amateurs d'Elizabeth Gaskell n'ignorent pas qu'il s'agit là du dernier roman de l'auteur, inachevé pour cause de décès soudain, mais les nombreuses notes laissées par l'auteur ont permis au scénariste de fignoler un dénouement adéquat et pertinent. La scène finale - ou disons, le moment crucial - est merveilleusement romantique et ne manquera pas de faire chavirer les cœurs ! 

KOBA FILMS (date de sortie du DVD : 4 novembre 2015) ♦ Version anglaise sous-titrée en français, uniquement. ♦

Wives and Daughters 3

Wives and Daughters 2

Wives and Daughters

Wives and Daughters 9

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

#Challenge Il était trois fois Noël : La Magie du bonheur, de Kristin Hannah

La Magie du bonheur - Kristin Hannah

Joy est une femme brisée, récemment divorcée, trahie par l'homme qu'elle aimait et qui la trompait avec sa sœur cadette. Pour elle, Noël s'annonce avec un goût amer, aussi choisit-elle de partir le plus loin possible, pour tout oublier. Mais son avion s'écrase au milieu d'une forêt très dense. Par miracle, Joy échappe à la mort. Elle décide alors de s'éloigner pour de bon. Couper les ponts avec sa vie. Disparaître. Ne plus exister. Elle s'enfonce dans la forêt, arrive près d'un lac où se tient une auberge isolée. Elle y rencontre un garçon de 8 ans, Bobby, et son père Daniel. Ce couple aux ailes brisées va inspirer des sentiments multiples chez Joy, elle est émue par la détresse de l'enfant, perplexe face au caractère ténébreux de l'homme à l'accent irlandais, transportée par la présence fantôme de la maman défunte. C'est une aura qui se dégage, un feu de paille. Et on devine beaucoup de choses, pensant même pouvoir déjà écrire la fin. Mais non. La seconde partie s'annonce imprévisible, elle remet les pendules à l'heure. Et le roman se finit, sur une touche de magie... oui, oui le titre trouve bel et bien sa signification.

La magie du bonheur ressemble à un téléfilm de l'après-midi, à consommer dans un but strictement distractif. On pourrait aussi très bien s'en passer, si ce n'est que l'esprit de noël est dans les airs, que l'envie de lire une histoire gentille, honnête et optimiste peut faire pencher la balance vers le “pourquoi pas?”. La lecture est sans prétention et affiche haut ses couleurs scintillantes. Voilà qui colle magnifiquement à la saison et à l'esprit des fêtes.

Presses de la Cité / Novembre 2008 ♦ Traduit par Francine Siety (Comfort & Joy)

Challenge Noel Logo Chicky Poo 2015

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,