Quand je suis toi et tu es moi

Ambiance limite hystérique pour cette histoire à la Freaky Friday - deux camarades qui se détestent se réveillent dans le corps de l'autre... sauf que l'un est un garçon (Ezra), l'autre une fille (Wynonna). Le cauchemar peut commencer.

Entre les fabuleux mystères de la machine corporelle aux terribles émois amoureux qu'ils nourrissent secrètement, nos deux cobayes vont expérimenter le pire et le meilleur du sexe opposé et se détester davantage car ils ne sont pas emballés d'être ainsi mis à nu.

On plonge également au cœur d'une mise en scène de Shakespeare (Twelfth Night) adaptée au goût du jour. (Les personnages ont pour obligation de participer à un atelier théâtre lequel deviendra LE lieu de rencontres et d'échanges... évidemment.) C'est habile aussi pour prêter main forte au destin ! ;-)

Vous avez compris le délire ? Mélange des genres et confusion des sentiments... la roue tourne et s'active avec frénésie. Au final, je ressors de cette lecture... perplexe. Malgré quelques bonnes séquences rigolotes et autres réflexions bien pensées, le roman m'a semblé trop décousu et décalé pour une simple comédie bubble-gum. Dommage.

La Martinière J. (2020) - Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith

Ezra Darvent est un garçon tourmenté et insomniaque qui passe ses nuits à interroger sa place dans l’univers et ses journées à penser à Imogen, une fille énigmatique qu’il rêve d’inviter au bal du lycée. Mais comment approcher Imogen quand la meilleure amie de celle-ci, Wynonna, s’obstine à ridiculiser chacune de ses tentatives ?

Un soir d’éclipse totale de soleil, pourtant, l’impensable se produit : Ezra se retrouve dans le corps de Wynonna et Wynonna dans celui d’Ezra.

La fille devient garçon et le garçon devient fille.

Et si c’était l’occasion pour chacun d’eux de découvrir enfin qui il/elle est vraiment ?