27/10/17

Pêle-Mêle : Pfff... - Le bain de Berk - On fait la taille - Monsieur Émile et Petit Tom - Puisque c'est ça, je pars !

PFFF

Privés de tablette par leur papa, afin de les inciter à jouer dehors, Roro et Merle traînent la patte et soupirent haut et fort. C'est trop nul, ils n'ont pas envie, ils s'ennuient... Papa leur suggère de faire du foot ou de la balançoire, puis décide de gonfler la piscine. Mais Roro et Merle font toujours preuve de mauvaise grâce, jusqu'à l'arrivée de Pinson, qui plonge tout de go dans l'eau froide. Youpi, que la fête commence ! 

Une histoire adorable, qui montre l'addiction pernicieuse des enfants avec les écrans, d'où leur manque de motivation à se bouger et à trouver des centres d'intérêt plus concrets. Claude K. Dubois distille tendresse et humour à ce portrait d'une jeunesse molle et passive, qui retrouve néanmoins toute sa fraîcheur grâce à un simple Prout ! Très, très drôle.

Pfff... de Claude K. Dubois

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------------

 

LE BAIN DE BERK

Imaginez votre doudou fétiche basculer accidentellement dans l'eau du bain, ses copains assistent au désastre et poussent de grands cris d'effroi. Vite, pas de temps à perdre. Ils doivent se lancer dans une mission de haute volée pour le sauver. Mais attention, le bord de la baignoire est glissant, et dans la précipitation, des flacons de savon peuvent se renverser et provoquer une mousse si dense qu'on se croirait dans un brouillard opaque. Et notre doudou plongé dans les remous du bain, en train d'étouffer... C'est la panique à bord ! On saute, on éclabousse, on déborde...

Ceci explique sans nul doute l'état de la salle de bain, mais l'enfant se défend d'en être le responsable. C'est la faute de Berk, son doudou, dont on rappelle déjà les mésaventures dans Le Mange-Doudous. Cette nouvelle histoire se lit avec autant de plaisir et inspire une franche rigolade, car tout est combiné pour séduire et enchanter les enfants : des doudous espiègles, des péripéties fabuleuses, un tourbillon d'émotions et un graphisme éclatant de pep's. C'est tout bon, j'ai adoré !

♥ Le bain de Berk, de Julien Béziat ♥

Pastel de l'école des loisirs, 2016

 

-------------------------------------

 

ON FAIT LA TAILLE

Ce jour-là, Lapin est d'humeur conquérante car il prend tous ses copains de haut, sous prétexte que c'est lui le plus grand. On fait la taille ? Avec ses grandes oreilles, forcément, il bat tout le monde à plates coutures. Ce n'est pas juste, soupirent Cochon, Canard, Chèvre ou Poule. Mais quand le ballon est envoyé trop fort dans le décor, il faut s'entraider pour le récupérer. Alors c'est qui le plus grand ? C'est tous ensemble !

L'histoire pose un regard cocasse sur la compétition au sein du groupe, avec ce sentiment d'en imposer aux autres, sous prétexte d'avoir une tête qui dépasse les copains par exemple. Le trait d'Émile Jadoul est toujours aussi charmant, avec ce zeste de tendresse qui dessine avec justesse les relations parfois conflictuelles entre les enfants, sauf si celles-ci sont désamorcées avec douceur et sourire, comme dans cette lecture. ☺ 

On fait la taille, d'Émile Jadoul

Pastel de l'école des loisirs, 2017

  

-------------------------------------

 

MONSIEUR ÉMILE ET PETIT TOM

Frustré de ne pouvoir jouer avec Monsieur Émile, qui préfère lire dans son coin, Petit Tom se replie sur l'art créatif et commence à dessiner. Seulement, à force de faire des boucles, et encore des boucles, celles-ci partent en roue libre et viennent entortiller notre Petit Tom qui crie à l'aide. Un instant plus tard, ce sont ses dessins qui ne remplissent plus sa feuille de papier mais vont déborder sur les murs de sa chambre ! Il y en a partout, vite un simple coup de balai et les gribouillis deviennent une belle couette pour s'endormir !

Je n'aurais franchement pas soupçonné le potentiel délirant et imaginatif de cette histoire d'après sa couverture, c'est dire comme la lecture de cet album vous réserve de bien belles surprises ! À découvrir avec des yeux ahuris et l'esprit grand ouvert aux extrapolations. Un rendez-vous inattendu et charmant.

Monsieur Émile et Petit Tom, d'Anne Isabelle Le Touzé

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------------

 

PUISQUE C’EST ÇA, JE PARS

Norma et sa maman passent l'après-midi au parc, mais accaparée par son jeu avec Jojo, sa peluche enfouie dans le sable, la fillette n'entend pas l'injonction maternelle. Car il est l'heure de partir, ou du moins, Norma veut mener son histoire jusqu'au bout, puis partir au moment qu'elle a elle-même décidé. Sauf que ça tombe pile quand sa mère est au téléphone et ne l'écoute plus. Mécontente, vexée, la petite fille boude et décide de partir sans plus attendre. Elle croise son ami Félix, lui aussi en pleine rébellion. Tous deux partent s'aventurer dans les feuillages et vont explorer l'envers du décor... ô combien surprenant et fabuleux !

Cet album s'adresse aux enfants qui reprochent à leurs parents de ne pas être suffisamment disponibles, aux accros des portables et des SMS qui rongent votre quotidien, aux imaginations débordantes, aux caractères capricieux, aux doudous en grève, au pouvoir de lâcher prise et aux regrets éternels car on ne se lasse jamais d'une maman. Un album grand format remarquable, avec une héroïne assez peste dans son genre... ^-^

Puisque c'est ça, je pars ! de Yvan Pommaux

l'école des loisirs, 2017

 


Pêle-Mêle : Maudit Troll ! - Jo le très vilain petit canard - Les tototes de Toni - Chien Bernard

MAUDIT TROLL

Affamés, trois boucs se languissent dans leur pré où il n'y a plus un seul brin d'herbe à se mettre sous la dent. Ils rêvent de franchir la rivière, en passant par le pont, pour rejoindre le pré voisin. Seulement voilà, un horrible troll a élu domicile sous le pont. Et lui rêve de dévorer les trois boucs ! Il n'attend que ça de voir les boucs traverser le pont pour les croquer à pleine gueule. Blurp. 

Nos trois boucs cherchent vaillamment des solutions - traverser la rivière en barque ou en ballon, sauter à la perche... Rien n'y fait. Toutes leurs tentatives sont sabotées. Devinez par qui ? Mais ça, vous êtes prévenus, il faut crier “voilà le troll” ! Les trois boucs n'ont plus d'autres choix que de traverser le pont, de faire face au troll et d'allier la ruse à la prudence. Si, si. La partie n'est pas encore gagnée, gare au troll !

Quelle lecture exquise et poilante ! On s'amuse à suivre les péripéties des boucs, d'abord dans la mise en pratique de leur fuite en avant, puis dans leur tête-à-tête avec le troll. C'est drôle, c'est bête, c'est cocasse. Les illustrations sont réjouissantes, avec en sus des petits rabats à soulever pour espionner ce maudit troll. C'est un album réjouissant et riche en rebondissements. Très  bon point !

Pour la sortie du livre Maudit troll ! Peter Utton vous propose un masque de troll à télécharger !

Maudit Troll ! de Sally Grindley & Peter Utton

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------

 

JO LE TRÈS VILAIN PETIT CANARD

STOP ! Ne dites surtout pas à Jo qu'il est mignon, adorable, gentil et tout ça. Jo a décidé d'être un très vilain petit canard. C'est dit, il va passer sa journée à prouver qu'il est méchant et ruine volontairement sa réputation en insultant ou mordant tous ses amis. Rholala. À la fin, Jo a gagné son titre de bad duck. Le voilà fier comme un coq, sa malice a porté ses fruits. Sauf que Jo se retrouve aussi tout seul. Ses amis lui ont tourné le dos. Et ne parlons pas des gros vilains... C'est la misère.

À la base, Jo avait juste le désir d'être pris pour un grand... car les gouzi-gouzi, ça va un temps. Toutefois, notre petit canard a choisi de basculer du côté de la force obscure, d'où son désarroi d'être seul face à lui-même en bout de parcours. Une vie sans copains ? Non, pas question. Heureusement, sa rencontre avec la jolie Nounie va lui redonner goût à la mignonnerie ! ^-^

Une lecture tout simplement adorable et cocasse, comme tous les albums de Catharina Valckx ! ♥

Jo le très vilain petit canard, de Catharina Valckx

l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------

 

LES TOTOTES DE TONI

Le papa de Toni trouve celui-ci trop grand pour prendre la totote, mais le petit loup proteste. C'est lui, et lui seul, qui décidera où, quand, comment. Un soir, seul avec sa petite sœur, Toni trouve ça trop cool de slurper ensemble devant la télé. Mais au moment de se coucher, c'est le drame. La totote de Lina a disparu. Pour Toni, l'instant du sacrifice est arrivé... 

Simple, efficace et amusant ! Un album qui guide doucement l'enfant à adopter des gestes de “grand” sans volonté de culpabiliser ou de faire la leçon. Arrêter ou pas la totote, telle est la question qui résonne dans de nombreux foyers ! 

 

Les tototes de Toni, de Maria Jönsson

Pastel de l'école des loisirs, 2017

 

-------------------------------

 

CHIEN BERNARD

Un simple coup d'œil à la couverture, et j'ai déjà envie de faire un gros câlin à Bernard ! Ce gros toutou, encore pataud, n'a pas tout à fait un an lorsqu'il découvre au petit matin un paysage tout blanc, froid et humide. Par contre, la petite Bérénice est folle de joie et pousse son gros chien à sortir pour jouer ensemble dans LA NEIGE. Beurk, Bernard n'est pas du tout à l'aise. Il tremble, il a peur, il n'est pas rassuré. Et la petite Bérénice qui saute partout, qui glisse, qui grimpe dans les arbres en toute insouciance. Bernard est épuisé.

Et puis, BOUM ! Un grondement terrible retentit, puis une énorme masse blanche fonce sur le chien. Panique à bord. Bernard ignore encore qu'une avalanche vient d'engloutir la petite fille et s'imagine d'abord avoir été abandonné. À peine le temps de sécher ses larmes, Bernard plonge dans la poudreuse pour une mission de sauvetage qui fait battre les cœurs ! 

Une belle lecture pleine d'émotions et qui montre aussi ô combien le lien entre l'enfant et le chien est précieux. ♥ 
Un album formidable, au grand format très appréciable pour savourer les illustrations, les couleurs et la tendresse qui s'y déploie. Magnifique !

Chien Bernard, de Dorothée de Monfreid

l'école des loisirs, 2017

 

 

26/10/17

Pêle-Mêle : Il y a un monstre dans ce livre - L'attrape-cauchemars - Les labyrinthes de Finn

IL Y A UN MONSTRE DANS CE LIVRE

Oh non ! Il y a un monstre dans ce livre ! Petit lecteur, reste zen et suis les conseils suivants : chatouille ses pieds, souffle très fort sur la page, penche le livre vers la gauche, puis vers la droite... Argh, ce monstre est coriace. Il s'accroche, il s'accroche. Mais toi aussi, petit lecteur, tu es déterminé à mener ta mission jusqu'au bout.

Continuons, donc, à remuer le livre, d'abord en le tournant comme une toupie, et ensuite en hurlant de plus en plus fort. C'est gagné ? ... Quoi ? Maintenant le monstre est sous ton lit. Rhoooo ! Capture-le vite dans ton livre et referme tout ça en fermant les yeux. Maintenant, bonne nuit ! ^-^

Cette lecture est franchement top, pour les enfants qui raffolent des histoires interactives et pleines d'humour. Ils vont adorer participer à la chasse au monstre - adorable petit monstre, entre nous - et suivre les instructions à la lettre. Très, très sympa !

Il y a un monstre dans ce livre, de Tom Fletcher & Greg Abbott

Milan, 2017

 

---------------------------------

 

L’ATTRAPE CAUCHEMARS

Pour chasser les cauchemars, c'est bien simple, il n'y a pas besoin de potion magique, d'épuisette ni d'arme secrète. Il suffit juste d'avoir sous la main un enfant ayant plein de courage et beaucoup d'imagination. Si, si. Je vous jure. Testez donc votre témérité en caressant les pieds poilus d'un ogre... ou en tirant sur les cheveux fourchus de la sorcière... ou en chatouillant le fantôme sous les bras, hihi... et pourquoi pas taper sur la truffe luisante du loup ? Chiche ? 

On croise aussi un dragon aux écailles rugueuses ou un poulpe géant aux tentacules gluants ! Eh bien, MÊME PAS PEUR ! Vous voilà certifié meilleur attrape-cauchemars de la galaxie ! ^-^

Avec cet album, Paule Battault et Charlotte Ameling nous régalent avec leurs illustrations et les matières qui les accompagnent à chaque page. C'est surprenant, drôle, délirant et ingénieux. Et puis, c'est très efficace. On joue le jeu, on s'amuse, on se prête à revêtir la panoplie du redoutable chasseur de monstres, et on sort vainqueur de cette traque infernale... non sans avoir poussé quelques cris d'étonnement. Super drôle ! 

L'attrape-cauchemars, de Paule Battault & Charlotte Ameling

Milan, 2017

 

---------------------------------

 

LES LABYRINTHES DE FINN

Pour se remettre de toutes ces émotions, plongeons dans cet immense album aux illustrations foisonnantes ! Là aussi, de nouvelles péripéties attendent le lecteur qui fait la connaissance de Finn, un jeune garçon tiré de son sommeil par des bruits étranges dans la maison. Oh, oh. Que se passe-t-il donc ? Une bande de farfadets est en train de semer une vraie pagaille chez lui. Vite, l'enfant doit retrouver ses vêtements dans tout ce bazar et se lancer à la poursuite de leur chef, le Vieux Farfadet à la longue barbe.

C'est accompagné de son fidèle toutou, Sepp, que Finn parcourt le jardin pour se rendre jusqu'au château, en passant par les oubliettes, jusqu'au sommet de la tour. Ohlàlà, quelle aventure ! Car celle-ci est ponctuée de rencontres bizarres et fantastiques, comme une licorne, un serpent moucheté, un calmar géant ou des flamants flâneurs. C'est sans oublier les nombreuses missions à conduire, comme trouver les clefs qui ouvrent les bonnes portes, ou se frotter à une horde de dragons à bord d'un tapis volant.

En tout, ce sont donc 12 incroyables labyrinthes qui invitent à l'évasion ! On découvre avec ébahissement des décors magiques et stupéfiants. L'ambiance est saisissante, les couleurs sont sombres, le graphisme féerique et extravagant. On reste tout de même de longues minutes à scruter chaque page, car les détails abondent à travers des dédales parfois terrifiants. Bon point pour ce casse-tête réussi et qui produit son petit effet ! ;-)

 Les labyrinthes de Finn, de Peter Goes

Milan, 2017

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25/10/17

Shaker Monster #2 : Zigotos incognito, de Mathilde Domecq & Mr Tan

shaker monster zigotos incognitoPour Justin et Gwen, la relation entre frère et sœur ressemble à une perpétuelle partie de taquineries qui se soldent sur d'inévitables chamailleries. Il faut dire aussi que le petit frère n'en loupe pas une pour se mettre dans le pétrin, comme introduire en douce le shaker magique à l'école ! Gwen a les sens en alerte et prédit une mauvaise journée. Bim, cela ne loupe pas, une fâcheuse manipulation plus tard, un monstre dévoreur de livres est en roue libre dans les couloirs de leur école. Panique à bord, le voilà qui se rue vers la bibliothèque où il se met à croquer des rayons entiers sans se soucier du monde alentour. Le plus drôle, c'est qu'à force d'avaler des encyclopédies, notre monstre se transforme en érudit et va changer du tout au tout son comportement !

Ce deuxième tome est toujours aussi réjouissant à parcourir, cf. le tome 1 (Tous aux abris) pour se rafraîchir la mémoire. On retrouve dans cette bande dessinée le pep's, la bonne humeur et le rythme endiablé qui avaient déjà su nous séduire. Cette fois, on croise de drôles d'énergumènes sous forme de monstres bibliovores ! Et malgré leurs bisbilles, nos deux héros doivent encore se serrer les coudes pour que tout rentre dans l'ordre en toute discrétion, mais c'est vite dit, car la situation dégénère en un clin d'œil et les créatures du Shaker Monster ont tôt fait de semer la zizanie.

La lecture est définitivement virevoltante, ça court, ça crie, ça glousse à chaque coin de page. Cela se lit de gaieté de cœur et c'est tout à fait charmant !

GALLIMARD - Collection Bandes dessinées hors collection 
Date de parution Octobre 2017

GRUPP, de Yves Grevet

GRUPPStan et ses parents tombent des nues en apprenant l'arrestation de Scott, l'aîné de dix-sept ans, soupçonné d'être à la tête du GRUPP. Ce mouvement, constitué de protestataires pacifiques, cherche à s'émanciper de la société LongLife qui a la mainmise sur leur vie grâce à des implants qui gouvernent non seulement leurs pensées et leurs actes, mais qui traquent aussi les moindres faux pas. C'en est trop pour ces jeunes gens épris de liberté et d'indépendance. Ils ont donc choisi de mener leur rébellion en sortant en douce et en organisant des fêtes clandestines, tout en dessinant des graffitis sur les murs. Rien de méchant, jusqu'au jour où un des garçons de la bande décède accidentellement. Scott est envoyé en prison, sa famille est effondrée. En premier lieu, son frère Stan cherche à comprendre et à obtenir des réponses. Il fouille, il piste, il enquête sans relâche. Par contre, il sent également le danger poindre. Des individus lui collent au train, s'introduisent dans la maison et envoient des messages de mise en garde. De son côté, Scott se ferme comme une huître et refuse de parler à ses proches. Sa vie en prison est un enfer. Et malgré une libération anticipée, le garçon est marqué à vif et n'est plus que l'ombre de lui-même.

C'est toujours grisant de plonger dans un roman de Yves Grevet, car on ne sait jamais d'avance ce qui nous attend. Cette fois encore, le rendez-vous a été à la hauteur des espérances - ce sont 520 pages d'une densité époustouflante. On se glisse dans un monde d'espionnage et de suspense en tâtonnant à l'aveugle. C'est lent, c'est bon, c'est excitant. On ne pressent rien des pistes à venir, on explore et on goûte à toutes les éventualités d'une intrigue rondement menée. Car, de fil en aiguille, le lecteur se remet en cause et étudie la perspective d'un avenir qui prône la sécurité au-dessus de la liberté. Du Yves Grevet pur jus. Avec sa construction minutieuse, ne laissant rien au hasard, le roman nous absorbe donc avec avidité et nous entraîne dans un dédale de décryptages autour d'une organisation secrète et d'une société ultra sécuritaire. Les clans s'opposent, les enjeux aussi. Très bon point pour cette lecture riche et pénétrante !

Syros, 2017

Pour rappel, Yves Grevet est notamment l’auteur de Méto et l'un des auteurs de la série U4 (Koridwen). Les thèmes qui traversent ses ouvrages sont les liens familiaux, la solidarité, la résistance à l’oppression, l’apprentissage de la liberté et de l’autonomie. La trilogie Méto, qui l’a fait connaître, a été récompensée par 13 prix littéraires.

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


24/10/17

Les valises, de Sève Laurent-Fajal

Les valises

Sarah, quinze ans, se rend en voyage scolaire en Pologne où elle visite avec sa classe le camp d'Auschwitz. Pudique et solitaire, l'adolescente ressent un grand froid l'envahir en découvrant l'amoncellement des valises abandonnées ayant appartenu aux millions de déportés juifs. Prise de vertiges, elle a des visions de scènes sur un quai de gare où des enfants sont arrachés à leurs parents. Muette, angoissée d'horreur, Sarah se ferme comme une huître. Car tout ceci l'amène à réfléchir à ses propres origines.

Sarah vit seule avec sa maman, elle ignore qui est son père, ne sait rien de sa famille. Toutes deux sont cloîtrées dans leur bulle de silence et d'isolement, mais la jeune fille n'en peut plus et a envie que ça change. Seulement, le soir où elle s'arme de courage pour discuter avec sa mère, Sarah apprend que celle-ci a eu un accident et se trouve dans le coma sur un lit d'hôpital. Abrutie de chagrin et de désespoir, Sarah n'abandonne pas l'idée de fouiller le passé de sa mère et comprendre le mystère autour de sa naissance.

Quel doux roman ! Charmant, émouvant, totalement bouleversant. J'ai été littéralement captivée, complètement absorbée par la quête identitaire, par le cataclysme émotionnel et par les montagnes russes sur lesquelles surfent l'héroïne. C'est intuitif, l'histoire vous touche en plein cœur tant elle est éloquente, sensible et compatissante. Et au milieu de ce chaos sans nom, Sarah découvre aussi les fulgurances du premier amour. Une relation tendre, farouche et explosive se dessine, elle se noue ainsi au besoin de savoir qui elle est, quelles sont ses racines. C'est tout emmêlé, emberlificoté dans un parcours teinté de rencontres et révélations parfois rapides et improbables, mais qu'importe. La lecture est entraînante, animée d'une belle sincérité. On en ressort avec le cœur pulvérisé, un sourire heureux et des larmes au coin des yeux. C'est tout bon ! ♥

Gallimard Jeunesse, coll. Scripto, 2016

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sœurs sorcières #1, de Jessica Spotswood

Soeurs sorcières 1Cate, Maura et Tess sont sœurs et vivent dans une Nouvelle-Angleterre imaginaire du début du XXe siècle. L'aînée de 17 ans veille scrupuleusement sur ses cadettes, depuis la mort de leur mère, et cherche à préserver leur secret à tout prix. Car les sœurs Cahill sont en fait des sorcières et ont l'obligation de n'en rien dire sous peine d'être envoyées à l'asile sur l'ordre des Frères. Cette congrégation religieuse et autoritaire a formellement interdit toute pratique de la magie et traque la moindre manifestation sans mettre les formes. Autour d'elles, Cate a déjà noté les nombreuses arrestations intempestives et la surveillance accrue que ses sœurs et elle subissent. Elles doivent, par exemple, accepter la présence d'une nouvelle tutrice, Elena, venue directement de l'Ordre des Sœurs. Cette intrusion déplaît fortement à Cate, contrairement à Maura, qui lui voue immédiatement une adoration sans borne. À quelques semaines de sa confirmation, Cate doit également choisir quel sens donner à son avenir - se fiancer à Paul, son ami d'enfance, ou rejoindre l'Ordre des Sœurs et mieux protéger sa famille. Son choix se complique lorsqu'elle découvre l'existence d'une Prophétie, contre laquelle même leur propre mère les mettait en garde, et qui impliquerait trois sœurs, une trahison et un chaos sans précédent. Sans compter son idylle naissante avec le fils des libraires, souvent mis à l'amende pour leurs activités douteuses... 

Récemment repêché dans mes piles des oubliés, ce roman m'a fait un beau pied de nez en se révélant aussi croustillant et enthousiasmant ! Que de temps perdu... oui, je sais. Car j'ai aimé tout ce qu'il m'a servi - des personnages attachants, un univers de magie mystérieux, des secrets de famille, des relations entre sœurs assez puissantes et néanmoins fragiles, des premiers émois qui donnent le sourire, des ombres menaçantes, des faux-semblants, des sacrifices et des passions dévastatrices. Ouhlàlà, c'est franchement palpitant ! Ce serait encore mieux de battre le fer pendant qu'il est chaud en lisant les deux prochains tomes sans plus tarder. Oui, ce serait une chic idée... 

Nathan, 2013 - Trad. Rose-Marie Vassallo

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23/10/17

Détectives de père en fils #1, de Rohan Gavin

Détectives de pere en filsCollection: Folio Junior - N°1802  
Illustrateur de couverture : Antoine Maillard
Traduit par : Anne Krief

Nouvellement repris en format poche, voilà un roman à ne pas louper si l'on apprécie les numéros de haut voltige avec des enquêtes et des péripéties trépidantes ! Détectives de père en fils raconte l'histoire du jeune Darkus Kingsley, dont le père Alan, brillant détective, est plongé dans un coma hypnotique depuis quatre ans. Durant ce temps, le garçon de 13 ans a compulsé tous ses dossiers, appris par cœur toutes ses affaires, a ainsi aiguisé son sens de l'observation et de la déduction. Il a aussi adopté le même look et ne s'habille qu'en tweed de pied en cap.

Le roman commence donc par le réveil soudain d'Alan Kingsley, qui bondit de son lit en clamant haut et fort que le crime n'attend pas. Son ennemi juré n'a pas de visage, mais sévit sous le nom de Combinaison, une association du Mal qui rôde partout, à l'insu de tous. Encouragé par son jeune assistant Darkus, le duo se lance sur la piste d'un mystérieux bouquin (« Le Code ») qui exercerait un dangereux ascendant sur ses lecteurs. Kingsley père et fils veulent comprendre pourquoi, mais la tâche est ardue. L'auteur est anonyme, son éditeur préserve son secret, même la secrétaire sort les griffes dès que Darkus fourre son nez dans leurs bureaux... 

L'histoire mêle donc le mystère, le danger et l'humour, tout en servant une belle brochette de personnages hauts en couleur (Tilly la jeune surdouée, Clive le beau-père benêt, Oncle Bill l'excentrique et bedonnant chef de Scotland Yard, Alan le narcoleptique...). C'est plein d'entrain, logé dans une ambiance délicieusement british. On sent aussi toute l'admiration de l'auteur pour Conan Doyle, Dickens, Ian Fleming et Roald Dahl auxquels il rend hommage en s'inspirant ci et là.

Cette nouvelle série signe ainsi les prémices de rendez-vous émoustillants, qui ne manqueront pas de charmer petits et grands lecteurs - à partir de 10 ans, préconise l'éditeur... sauf que livre fait déjà 360 pages ! À tenter. 

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Double piège, de Harlan Coben

double piegeAprès le meurtre de son mari, assassiné en pleine rue, Maya ne fait plus confiance à personne et installe dans sa maison une caméra-espion pour surveiller la nounou de sa fille. Mais en visualisant le film, Maya découvre la silhouette de son époux en train de cajoler la petite Lily. En voulant mettre la nourrice au pied du mur, celle-ci brouille les pistes et disparaît de la circulation. Commence alors pour Maya une longue traque doublée d'une enquête infernale pour comprendre le fin mot de cette sinistre mise en scène. Ce faisant, Maya va fouiller le passé et raviver des plaies ouvertes, comme la mort de sa sœur Caroline ou celle de son beau-frère Andrew, elle va insidieusement empiéter sur les activités de sa belle-famille, les Burkett, et se heurter à un mur de faux-semblants, ou tout simplement craindre pour sa propre vie, à moins d'être victime de délires paranoïaques, bref la frontière est mince.

Au final, j'ai trouvé le roman assez plat et peu élaboré. Action lente, héroïne sur la retenue, creusant après un embrouillamini de mensonges et de vérités. Ouhlàlà. Mon cœur n'a pas battu la chamade à la lecture du nouveau roman de Harlan Coben... On y retrouve les mêmes crimes retors, les trafics honteux, l'utilisation décomplexée des armes, avec cette fois un coup d'œil sur le stress post traumatique des militaires, la manipulation mentale et le déni. Ce qui a néanmoins pêché, dans l'ensemble, c'est le manque de pep's. J'étais surprise d'écouter un Harlan Coben sans le tintamarre habituel - courses à perdre haleine, suspense intenable, révélations fracassantes. Là, seul le dénouement vous secoue sérieusement les puces. Et j'ai d'ailleurs apprécié l'issue de cette intrigue, qui m'a bien baladée de gauche à droite, sans aiguiser fortement ma curiosité. Pour le coup, Harlan Coben est opérationnel, mais sans se fouler.

Concernant le livre audio, Marie-Eve Dufresne est toujours aussi juste et agréable à écouter. Son interprétation ne déborde jamais et suit une ligne de conduite impeccable. Je ne suis jamais déçue par son jeu, ce qui peut parfois donner un coup de pouce à des romans a priori basiques et peu satisfaisants. Un bon lecteur peut clairement atténuer les défauts d'un livre et le rendre enthousiasmant à suivre !

©2016 / 2017 Titre original : "Fool Me Once" / Belfond pour la traduction française par Roxane Azimi 

(P)2017 Audiolib - Texte lu par Marie-Ève Dufresne  (durée : 9 h 55) 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/10/17

La fille d'avant, de J.P. Delaney

LA FILLE D AVANTTraumatisée suite à un cambriolage d'une rare violence, Emma cherche une nouvelle location et trouve en la maison du One Folgate Street la réponse à tous ses problèmes. Jane, meurtrie par la perte de son bébé, repart également à zéro et s'installe dans une nouvelle vie, dans la même maison. Quelques années séparent les deux femmes, mais leurs histoires sont racontées en parallèle tant leurs parcours sont similaires. En effet, ce bijou d'architecture, élaboré par Edouard Monkford, est aussi une contrainte de chaque instant. Pour décrocher le Graal, il faut notamment répondre à un niveau d'exigence difficilement supportable et se plier à des règles de vie draconiennes. Malgré tout, Emma, puis Jane, acceptent toutes les concessions et tombent fatalement sous le charme du propriétaire. Edouard Monkford ? Le mâle alpha dans toute sa puissance. Un spécimen arrogant, froid et calculateur. Mais le type aurait plusieurs cadavres dans son placard - son épouse décédée, mais aussi sa jeune et jolie locataire... Emma. Prise d'un doute, Jane choisit de mener son enquête.

J'avoue avoir cédé aux chants des sirènes en me plongeant dans cette lecture - elles ont pour nom Olivia de Lamberterie, Alix Girod de l'Ain et Tatiana de Rosnay - même si j'ai également appris à me méfier des concerts de louanges. Et cela n'a pas loupé, non, je ne ferai pas chorus. D'accord, j'ai trouvé ce roman correct, agréable à suivre, avec du suspense et des rebondissements qui incitent à aller toujours plus loin. Les chapitres sont courts, les voix entremêlées, c'est imparable pour saucissonner le lecteur dans la combine. Par contre, j'ai eu une vague sensation de fourre-tout en avançant dans ce livre. On a de la bonne tension psychologique, une enquête minutieuse, des portraits flous, toujours plus flous, pour mieux brouiller les pistes et fragiliser les repères. Et là, au milieu de ça, je n'ai pas compris cette vague inspiration de Christian Grey - le contrat, l'amant tyrannique, le sex-appeal rabougri (bah oui, Monkford est tout sauf séduisant). Cela m'est apparu grotesque. Et mon enthousiasme en a été douché. Sans quoi, c'est un roman ordinaire, une lecture facile et distrayante, mais un buzz littéraire surestimé

Techniquement, j'ai apprécié la lecture faite par Ingrid Donnadieu et Floriane Muller - le choix d'une interprétation à double voix s'ajuste pertinemment aux deux voix des héroïnes du roman, l'une pour Jane, l'autre pour Emma. C'est tout à fait concordant. Les récits se croisent ou se complètent. Les deux comédiennes se donnent la réplique et brouillent volontairement les pistes. En bref, cette orchestration sied admirablement au livre. Car, malgré mes réserves, le dénouement bancal et l'impression d'une intrigue qui s'essouffle, j'ai maintenu le cap jusqu'au bout pour assouvir ma trop grande curiosité.

©2017 Titre original : "The Girl Before"  / Mazarine et Librairie Arthème Fayard pour la traduction française

(P)2017 Audiolib - Texte lu par Ingrid Donnadieu et Floriane Muller /  Durée : 9 h 21