13/02/18

La révolte des Valtis, de Molly Knox Ostertag & Sharon Shinn

La révolte des ValtisCela fait huit ans que les Drix ont envahi la planète pour y piller le kallium, un précieux minérai servant de carburant pour leurs engins volants. La vie n'est désormais qu'oppression et asservissement pour Coline Cavanah et ses semblables, tous contraints au travail en usine sous la coupe du terrible Korso. Hélas, la résistance est encore trop discrète pour inquiéter l'occupant ou source de spéculations fantasmées. De toute façonColine se tient à distance des conflits et vit seule dans la grande demeure familiale, depuis la disparition des siens, jusqu'au jour où elle retrouve sa nièce Lucy et rencontre Jann, qui appartient au gang des Kromats. Ces derniers sont connus pour être instables et violents, même s'ils sont également opposés aux envahisseurs. Contre toute attente, Jann se montre prévenant et impose sa présence comme une évidence... bousculant au passage Coline dans son intention de fermer son cœur à jamais à l'amour. Mais les ennuis s'enchaînent - l'ambiance au boulot devient insoutenable, les agressions se multiplient et les guerres de clans viennent éclabousser sa paisible routine. Bref, tout part en cacahuète. Cette brusque réalité va ainsi précipiter ses choix à s'engager auprès des Valtis et prendre une part active dans la résistance.

Non seulement l'histoire est très bonne, plantée dans un univers de science-fiction (post-apo) solide, avec une intrigue captivante et des personnages attachants, mais c'est aussi un one-shot (histoire complète, sans suite) ce qui semble, aujourd'hui, devenu rare et inespéré ! Je plaisante, bien sûr, d'autant plus que les séries ont également toute mon affection. Simplement, la perspective de se plonger dans une lecture qui nous embarque de A à Z dans son labyrinthe est, de temps en temps, une invitation qui ne se refuse pas. On y fait ainsi la rencontre d'une jeune fille qui pensait se protéger en demeurant solitaire et neutre, mais qui finalement va réaliser qu'elle peut s'épanouir au contact des autres. Il y a donc de l'amour, de l'action, du suspense et de l'émotion dans cette bande dessinée... racontée avec simplicité et efficacité. Une découverte assez inattendue et - forcément - réjouissante. ☺

Rue de Sèvres, 2018

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Des chauves-souris, des singes et des hommes, de Paule Constant & Barroux

Des chauves souris des singes et des hommes barrouxCette adaptation en bande dessinée du roman de Paule Constant est étonnante ! Étonnante par ses couleurs, son graphisme, sa mise en page, son histoire aussi... qui est toujours étrange et fascinante, poétique et tragique. J'avais lu et écouté le roman en format audio (lu par Marie-Christine Barrault). J'avais été séduite, scotchée, envoûtée. Cette nouvelle déclinaison n'a fait que confirmer tout le bien que je pensais de cette œuvre !

Pour rappel, l'histoire commence dans un village africain, où une petite fille désœuvrée se console avec une chauve-souris qu'elle a trouvée en se promenant. Pendant ce temps, les garçons de son âge ramènent crânement le cadavre d'un gorille silverback. La dépouille est immédiatement dépecée, mijotée en ragoût et servie à tour de bras pour célébrer l'abondance et la rareté d'un mets aussi raffiné. À côté de ça, on croise aussi une jeune française, dans une mission humanitaire, un sociologue-ethnologue fraîchement débarqué, et un Docteur Désir qui vogue sur le fleuve pour vendre sa camelote. Tous ignorent encore qu'un mal pernicieux est en train de se propager silencieusement, qu'il trace sa route funèbre jusqu'au point final, où alors « le nom d'ebola se répand en lettres rouges dans la presse du monde entier » !

L'histoire est terriblement glaçante, mais elle est racontée avec beaucoup de lyrisme, d'où le décalage et la sensation d'une sentence implacable et abrutissante. Ajoutez la touche de Barroux, avec son univers brut et faussement naïf qui nous transporte au cœur de cette Afrique folklorique, avec ses couleurs, ses exubérances, ses légendes, ses cris et ses larmes. La plongée est stupéfiante. On en prend plein les yeux et on ressent un vrai choc au fil des pages. C'est une belle réussite. Je recommande ! ☺

Gallimard Bande Dessinée, 2018    Feuilleter

Résultat de recherche d'images pour "Des chauves-souris, des singes et des hommes bd"

Résultat de recherche d'images pour "Des chauves-souris, des singes et des hommes bd"

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/02/18

Essence, de Fred Bernard & Benjamin Flao

Essence fred bernard benjamin flao

Autant le dire de suite, j'ai adoré cette histoire et cette BD !

Un type est au volant d'une voiture et traverse un paysage désertique, en compagnie d'une brune sexy qui se fait appeler “mademoiselle”. Assez évasive, elle prétend tout connaître de lui - Achille Antioche - mais veille à ce qu'il fouille dans ses souvenirs pour comprendre où ils sont et ce qu'ils font ensemble. On devine rapidement que le gars est mort et qu'il erre dans un semblant de purgatoire revisité. Au volant de sa bagnole, toujours en quête d'essence, il traverse des décors fluctuants, censés booster sa mémoire en vrac. Et là, apparaît le spectre d'un crime crapuleux. Une sombre histoire d'espionnage et de meurtre. 

Faisons court, faisons bien. Cela se lit d'abord comme un polar. C'est prenant, tragique et mélancolique. En même temps, on baigne dans une ambiance fantasmagorique, étrange et fascinante, avec une histoire qui emprunte des tours et des détours parfois confus et pourtant pertinemment pensés. Tout est cohérent. Bien ficelé. Et surprenant. Les couleurs sont superbes, les illustrations remarquables. Une BD qui envoie du lourd !

Futuropolis, 2018

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Seule, de Denis Lapière & Ricard Efa

seule denis lapiere efa ricardDepuis trois ans, la petite Lola vit chez ses grands-parents dans un village au cœur de la campagne catalone. Trois ans qu'elle n'a pas revu ses parents ni sa petite sœur nouvellement née. Elle est d'ailleurs assez triste de réaliser qu'elle ne se souvient plus de leurs visages ni de leurs voix. Et cela l'angoisse. Toutefois, la vie au village est soudainement bouleversée par la guerre. Les bombardements, les troupes fusil au poing, les exécutions arbitraires. Les villageois ont tous fui en attendant le retour au calme, mais pour Lola le temps s'écoule lentement. Et les questions se bousculent à la pelle. Sa grand-mère blessée, son grand-père part en catastrophe jusqu'à l'hôpital le plus proche, confiant l'enfant aux bons soins des voisins. Mais la fillette décide de s'en aller pour rejoindre ses parents. Un long voyage qu'elle entreprend seule, dans un pays à feu et à sang. 

Inspirée d'après les souvenirs de Lola, 83 ans, la grand-mère de l'épouse de Ricard Efa, l'histoire de Seule raconte un incroyable périple, tantôt palpitant, tantôt invraisemblable et ahurissant. La vision de la guerre est assez crue et réaliste, mais rapportée d'après un regard d'enfant. Du coup, la lecture est riche en émotions et attachante de bout en bout. On reste des yeux ronds comme des billes à suivre cette petite poupée, courageuse et déterminée, sur les routes d'une Espagne livrée aux franquistes.

Futuropolis, 2018


Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/02/18

Sauveur & Fils saison 1, de Marie-Aude Murail

sauveur et fils saison 1

“À quoi je sers?” se demande souvent Sauveur Saint-Yves, psychologue installé à Orléans. Originaire des Antilles, l'homme vit avec son fils de huit ans, Lazare, et reçoit à longueur de journée les doléances d'âmes désœuvrées - une mère désemparée par son fils qui fait pipi au lit, une autre qui ne comprend pas pourquoi sa fille se taillade les bras, une qui perd la tête et oublie son grand garçon de seize ans, une famille au complet qui se déchire et ne peut plus se voir en peinture... Des crises en cascade, des cris, des larmes, des silences, des soupirs. À l'abri dans son couloir, le môme Lazare n'en perd pas une miette et s'effraie d'entendre autant de détresse. Lui aussi en a gros sur le cœur - sa maman décédée trop tôt et dont on ne parle jamais assez. Et tous ces courriers qui s'empilent devant la porte, des menaces de mort qui font dresser les cheveux sur la tête... Chacun s'enferme dans ses non-dits et le temps s'écoule mollement. Le gamin découvre l'hostilité suscitée par la couleur de la peau, être ou ne pas raciste, rien que d'y penser c'est déjà un signe ? Louise, la maman de Paul, s'interroge beaucoup sur le meilleur ami de son fils et perd tous ses moyens face à Sauveur, 1,90 m pour 80 kg de muscles.

C'est tout ça que raconte Marie-Aude Murail, en mieux, en humour et en tendresse. Car c'est un roman qu'on croque avec gourmandise et dont on savoure chaque bouchée en mâchant religieusement. Tout est brodé avec délicatesse - les personnages, les dialogues, les errances et les éclats. Jusqu'à l'escapade finale sur les terres de l'enfance, avec ses couleurs, ses chants et sa tribu turbulente. J'ai infiniment aimé ce petit pan de vie aux côtés d'un papa au physique de colosse, qui continue d'apprendre son rôle et le sens du monde, tout en assurant auprès d'un fils curieux, intelligent et sensible. Autour d'eux, gravitent des petits électrons libres qu'on attache ou détache au gré de nos envies. Parfois, les sujets sont lourds et les enclumes tombent lâchement dans les estomacs... Mais l'ambiance générale se veut positive et penche volontiers vers la résilience et l'espoir. Cela remue de douces sensations, n'hésitez pas ! En plus, il y a quatre saisons du même acabit. C'est du bonheur en tranches...  à partager sans retenue. Moi j'y retourne de suite. ♥☺

L'école des loisirs, 2016

Photographie de couverture ♥ que j'adore ♥ : Megan Van der Elst

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06/02/18

Eleanor & Park, de Rainbow Rowell

eleanor parkBack to the 80s ! Cette histoire nous transporte dans une autre vie, du temps où l'on prend le bus pour se rendre au lycée, plaquant ses fesses sur le premier fauteuil venu, ignorant les quolibets et esquissant à peine un coup d'œil à votre voisin de banquette. Eleanor est trop ronde, trop rousse, trop bizarre et mal fringuée. Park adore les comics et les Smiths. Un jour, il fait découvrir à la nouvelle son univers et là, c'est bim bam boum. Malheureusement, tout n'est pas rose car Eleanor se débat avec un quotidien fait de violence, de harcèlement, de mal-être et de zone d'ombre. Et plus elle croit au bonheur sans nuage avec Park, plus son autre réalité se ternit et la serre dans un étau jusqu'à ne plus être capable de dire ouf.

Histoire culte pour certains, poignante et inoubliable pour d'autres, j'attendais énormément de ce roman. Résultat, c'est le flop. J'ai eu un goût de trop. Trop de mouise, trop de drames, trop de sanglots longs. Des violons. De l'automne. Blessent mon cœur. D'une langueur. Monotone. Vous voyez le genre ? C'est trop trop trop. Je n'ai pas accroché. L'auteur a alourdi le tableau autour d'Eleanor. C'est affreusement glauque et poisseux. Cela prend toute la place, si bien que je n'avais plus le cœur de m'attendrir pour l'idylle naissante. Ils sont mignons, Eleanor et Park... avec leurs rêves, leurs musiques et leurs lectures. Mais ce contexte familial, non vraiment, c'est beaucoup trop encombrant. Assommant. Et déprimant. En gros, l'histoire m'a semblé pesante et lassante. Oups!

PKJ, 2014 - Trad. Juliette Paquereau

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Billy Blaireau : Son enlèvement (presque) réussi mais finalement raté, de A.L. Kennedy

Billy blaireauÀ la base, j'ai flashé sur le titre à rallonge et la couverture pleine de détails saugrenus, qui m'ont donné envie de découvrir cette lecture un peu barge ! Et en effet, le contenu a vite révélé une histoire complètement déjantée. 
Direction la verte campagne écossaise, où se trouve la ferme des affreux McGloone. Chez eux, les lamas et les blaireaux finissent en chaussettes ou en tourtes. Piégée, déprimée et malheureuse, la famille Lama (Brian, Guenièvre, Carlos et Ginalolobrigida) prennent tardivement connaissance de ce triste destin. Quant au jeune Billy Blaireau, kidnappé et jeté dans une cage, il est contraint de porter un short pour s'entraîner durement avant un combat de titans et des paris perdus d'avance. Mais pas d'inquiétude à avoir, car Oncle Shawn est là! Cet amoureux de la nature, en quête d'aventure et d'amis, ne tolère ni la souffrance ni la cruauté. En découvrant ce trafic honteux, notre homme comprend que son heure est venue et lance un grand plan d'action. Chez les McGloone, le temps aussi est compté, les lames sont affûtées et les vilains trépignent d'impatience, tandis que nos bêtes à poils se roulent en boule en se résignant sur leur sort.
Absurde et néanmoins rigolote, la lecture raconte une aventure pleine d'anecdotes burlesques, avec des personnages aux traits grossis et des animaux franchement nigauds. On sent la volonté de partir loin dans un délire à prendre à la légère, même si j'ai parfois trouvé le ton lourd et pesant. Bon point pour les illustrations qui complètent joyeusement cette fable farfelue... laquelle se conclut en dévoilant, mine de rien, les secrets du bonheur  (de la limonade, des hamacs, des flocons d'avoine avec bananes et fraises, du soleil et des gens qui parlent en espagnol) ! Pourquoi pas ? ☺ 

Casterman, 2018 - Traduction de Valérie Le Plouhinec

Illustrations de Gemma Correll / Dès 8 ans.

Résultat de recherche d'images pour "gemma correll uncle shawn" Résultat de recherche d'images pour "gemma correll uncle shawn"

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Super Méchants (4) : Opération chatons zombies, d'Aaron Blabey

Les super méchants Operation chatons zombiesImaginez une invasion de petits chatons adorables devenus des zombies déchaînés et un cochon d'inde complètement barré aux manettes de ce projet insensé ! Si, si. Les Super Méchants sont appelés à la rescousse pour opposer une farouche résistance au Professeur Marmelade, même si la partie s'annonce difficile.

Nos fringants compagnons ne manquent pourtant pas de ressource - M. Loup, Bill le Reptile, Señor Piranha, Bob l'Enclume et Pixel la mygale ont été engagés pour une double mission spéciale, sous la houlette de la divine Agent Foxy. En premier lieu, notre fine équipe doit approcher la redoutable Mamie Gumbo avec un spécimen de chaton zombie pour tester un précieux antidote. Seulement, la fameuse Mamie Gumbo est également une agitée du bocal. Mieux vaut pénétrer son repaire avec une extrême prudence ! De l'autre côté, nos experts vont espionner leur ennemi en se fondant dans le décor (une île paumée au large de l'océan Pacifique). Tout le succès de leur entreprise repose évidemment sur leur discrétion, la pertinence de leur déguisement et leurs rencontres de passage ! Ah, ah. 

Grande partie de fous rires à l'horizon. Cette série est la définition même de la récréation parfaite. C'est simple, on se marre tout du long - les personnages sont déjantés, les situations complètement absurdes. Les dialogues fusent, les dessins appuient chaque détail sordide. Et la traduction est excellente en assurant ce grain de folie douce. Je suis une FAN indécrottable ! Il est bon de souligner que chaque tome se suit et qu'il est préférable de respecter l'ordre de publication pour apprécier le déroulement de chaque histoire. Merci, merci pour ce rendez-vous incontournable. ☺

Casterman, 2018 - Trad. Emmanuel Gros

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/02/18

Miss Peregrine #3: La Bibliothèque des âmes, de Ransom Riggs

Miss Peregrine la bibliotheque des amesAinsi se termine la série de Ransom Riggs, Miss Peregrine et les enfants particuliers...

Après l'épisode Hollow City, dans lequel Jacob et Emma tombaient de haut en pensant sauver leur Ombrune et découvraient en fin de compte une énorme supercherie, l'aventure reprend dans le Londres d'aujourd'hui, le long de la Tamise. Les enfants font la connaissance de Sharon, un énigmatique batelier qui accepte contre rémunération de leur faire traverser le fleuve. Nos jeunes amis vont pénétrer, non sans risque, dans l'Arpent du Diable, un lieu mal famé et hanté par des Estres. Ils y font une autre rencontre décisive, Myron Bentham, un ancien ami du grand-père de Jacob, qui va tout leur dévoiler de l'origine des particuliers et des dérives engendrées.

Pour avoir ressenti un soupçon d'ennui à la lecture du deuxième tome, j'avais quelques craintes avant de me lancer dans ce dernier volume, plus gros, plus conséquent. Mais la lecture a été une évasion riche en sensations. Une franche réussite. J'ai repris goût avec l'univers cryptique et singulier qui avait tant su me séduire au tout début. Cette fois, le suspense se déploie et l'action ne manque pas. On se passionne pour le sort des enfants particuliers kidnappés, pour les ignobles ruses et autres combines pour pomper leurs âmes, pour le mystère Bentham et pour Miss Peregrine, dont les secrets de famille viennent bouleverser le cours de l'histoire. Accrochés à Jacob et Emma, nous sommes entraînés au cœur du danger et assistons aux premières loges à des scènes de combats mémorables. 

Au final, la lecture se vit avec panache et émotion ! C'est fascinant et en même temps remarquable. Esthétiquement, les romans sont de toute beauté. Le format audio propose en compensation une interprétation dynamique et vibrante de Benjamin Jungers. Certes, il se joue de nous avec des intonations de voix exagérées mais donne surtout l'illusion d'une lecture qui file comme le vent. Légère, aérienne, merveilleuse et bizarre. La série se clôt avec brio, me laissant aussi un très bon souvenir.

©2015/2016 Ransom Riggs / Bayard Éditions, pour la traduction française

(P)2017 Audiolib. Lu par : Benjamin Jungers (durée  11h 40 env.)

Heather Mallender a disparu, de Robert Goddard

Heather Mallender a disparu

Harry Barnett vit depuis de nombreuses années sur l'île de Rhodes, où il s'occupe de la villa d'un de ses amis, un homme politique anglais. Arrive un jour Heather Mallender, en convalescence après une longue dépression et un drame personnel. Or, au cours d'une balade en montagne, celle-ci disparaît sans laisser de traces. Harry est aussitôt soupçonné par la police grecque de l'avoir assassinée. 

L'ambiance générale m'a vite rappelé l'histoire de Harry Quebert (de J. Dicker) pour son long cheminement dans le dédale des souvenirs et pour l'enquête à rebondissements multiples. Une femme disparaît et le narrateur, Harry Barnett, cherche à en comprendre les raisons. D'abord, pour se disculper. Puis, pour assouvir sa curiosité débordante. Par contre, l'île de Rhodes n'est qu'une toile de fond car l'histoire se déroule essentiellement en Angleterre, entre Londres et Oxford. Pour l'évasion, donc, on repassera.

Globalement, j'ai trouvé la lecture prenante et surprenante. Le seul point négatif, pour moi, c'est le personnage de Harry B. Un type poussif, décrit en des termes peu reluisants (le quinquagénaire sans carrière, qui préfère se la couler douce au soleil, avec de bonnes bières au frigo). Bref. C'est lassant dans le sens où on va accompagner cet individu pendant 18 heures d'écoute, par contre l'intrigue est suffisamment machiavélique pour tenir notre intérêt en éveil. Soit, il y a du bon et du moins bon... mais au final je n'en sors pas totalement mécontente. J'ai bien aimé la lecture faite par Jean-Christophe Freche, alors que le rythme est lent, long et sinueux. D'où la prouesse ! ☺



>> Ce livre audio en version intégrale est proposé en exclusivité par Audible et uniquement disponible en téléchargement.
©2012 ILA. Traduit de l'anglais par Catherine Orsot Cochard (P)2017 Audible Studios