27/01/12

“I believe in lust at first sight. And attraction. But not love.”

Il s'appelle Carlos, c'est le petit frère d'Alex Fuentes, et lui aussi est un rebelle, un vrai. Après un passage au Mexique où il a mené la vida loca, Carlos est expédié auprès de son frère afin que celui-ci lui mette un peu de plomb dans le crâne. Mais Carlos a la haine, il porte un jugement dédaigneux sur les choix de son aîné, lui ne croît plus en rien, et surtout pas en l'égalité des chances. Sur son chemin, la petite Kiara Westford va lui donner du fil à retordre. Elle a été désignée pour lui servir de guide au lycée, pouah, cette nana insignifiante dont le look fait pleurer de désespoir... mais Carlos se prête au jeu, celui qui consiste à la titiller exprès pour avoir le plaisir de se frotter à une personnalité pas si fade ! La demoiselle a en effet un caractère bien trempé, et ce couple atypique va nous réserver un véritable duel de séduction haut en couleurs. Il s'agit d'une relecture dans sa traduction française, et franchement j'ai savouré. Mieux que la première fois, c'est pour dire. Toutes les répliques sont là, elles font mouche, et même les scènes les plus tordantes donnent lieu à de grands éclats de rire. C'était comme anticiper le bon, le brut, le truand. Vraiment parfait. Pas de surprise, non, mais que du bon, du très, très bon ! 

IMG_6664

Irrésistible attraction, par Simon Elkeles 
La Martinière J., 2011 - traduction de Sabine Boulongne. 

 ★☆★☆★☆★☆

Place à un registre un petit peu différent, avec l'histoire de Maggie et Caleb. Ils sont voisins et amis. Ils se connaissent depuis toujours. Un soir, Caleb prend le volant de sa voiture, il est éméché et il renverse une passante en la laissant pour morte. C'est Maggie qui est sur le carreau. Son corps est brisé, marqué à jamais. De longs mois de rééducation vont lui permettre de pouvoir de nouveau marcher, de reprendre un semblant de vie... et pourtant, rien n'est plus comme avant. Caleb a été arrêté, envoyé dans un centre de détention pour mineurs, il a purgé sa peine et doit rentrer à la maison. Le choc pour Maggie, la honte pour Caleb. Tous les deux refusent d'être en présence l'un de l'autre, mais ce ne sera pas évident. Cette fois, pas de bluette avec papillons dans le ventre. Pas de numéro de charme. Pas de roulement d'épaules ou de sourire sarcastique. Le ton est dur, âpre, avec très peu de romantisme. Maggie et Caleb ne cherchent pas à se séduire, mais à survivre. Leur histoire est tellement liée, du coup ils doivent composer l'un avec l'autre, ce qu'on imagine difficile et éprouvant. C'est une histoire plus sensible et profonde, où l'on parle de culpabilité, de douleur, de remords et de non-dits. C'est vraiment pesant, mais quelque part c'est ce qui fait aussi tout son charme. En somme, c'est un roman poignant et très touchant. 

IMG_6665 

“Are you following me?" she asks, but doesn't meet my gaze. 
"Yeah," I say. 
"Why?" 
I give her the only honest and true answer I have. "You're where I want to be.”

Paradise, par Simone Elkeles
La Martinière J., 2012. Traduction de Sylvie Del Cotto.

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23/01/12

‘‘No reason. I like my ladies with a pulse.”

IMG_6642

De mieux en mieux ! Cette série se lit vite et bien, on s'habitue aux rouages de l'intrigue et aux petites manies de l'auteur. Quant aux personnages, ils ne changent guère mais ce n'est pas bien grave non plus. Pourtant, Morganville est en train de vivre un grand bouleversement, depuis l'arrivée en ville d'un vampire nommé Bishop. Ce vieux cinglé n'a pas des intentions des plus honorables, Amelie demeure sur ses gardes et encore plus énigmatique que d'habitude. De plus, l'organisation d'un bal costumé met les nerfs de Claire à cran : tous ses proches et amis sont conviés à cette petite sauterie, sauf elle. Pourquoi pas elle ? Hein, on se doute que la petite demoiselle ne va pas se contenter d'attendre sagement à la maison. 
La fin du livre prend une tournure plus sombre, annonçant une suite riche en péripéties qui ne devraient épargner personne. La ville est en flammes, Bishop a déclaré la guerre, mais qu'en est-il de nos locataires de Glass House ?! Et la petite Claire cédera-t-elle à ses pulsions ? (Il faut en effet préciser qu'à travers la pression exercée par les méchants vampires, notre héroïne est de plus en plus attirée par Shane, mais elle n'a que seize ans et dans l'état du Texas ce serait illégal de passer à l'acte avant le dix-septième anniversaire, ce qui voudrait donc dire que les choses vont évoluer dans les prochains tomes... gniii !). 
La série, annoncée sur 15 tomes, est finalement décomposée en plusieurs cycles, le premier se boucle avec le tome 7. Cette nouvelle me réjouit, je faisais un peu grise mine de m'engager sur le long terme, parfois les auteurs devraient apprendre à mettre un point final pour conserver le meilleur. Nous verrons donc... Pour l'instant, je signe ! 

Vampire City, tome 4 - Rachel Caine 
Hachette, coll. Black Moon, 2011. Traduction de Alice Delarbre.
en VO : Feast of Fools (il y a d'ailleurs une erreur, à ce propos, dans l'édition française)

20/01/12

“You know what we call pedestrians in Morganville? Mobile bloodbanks.”

IMG_6628

Claire est désormais un outil entre les mains d'Amelie, elle rencontre Myrnin, un vieux vampire complètement barré, et la voilà qui découvre de gros secrets sur Morganville. 
Claire, c'est autre chose que cette stupide étudiante de seize ans qui brille à se foutre dans des situations démentielles !? Hein, je ne me trompe pas ? J'ai envie de ne pas me tromper. 
Son histoire avec Shane, toujours creuse. D'ailleurs, le gars finit à l'hosto, comme si l'auteur elle-même ne savait pas quoi faire de son pion. 
Seul Michael a le beau rôle dans l'histoire. Et Oliver aussi, mais lui c'est le mauvais garçon, mais alors vraiment mauvais, MAUVAIS.
Finalement je pousse plus loin, encore. La façon dont cela se termine t'oblige à en vouloir plus. Longue vie aux réunions familiales, moi je vous le dis !

Vampire City tome 3 - Rachel Caine 
Hachette, coll. Black Moon, 2011. Traduction de Alice Delarbre.
en VO : Midnight Alley 

19/01/12

“Saint Claire, the patron saint of the kick-me sign.”

IMG_6614

La maison de Michael Glass est en ébullition, après les vampires, ce sont des bikers qui débarquent pour faire la peau de ses habitants. Eve et Claire sont terrorisées, Shane n'en mène pas large, se sentant responsable du désastre, puisque c'est son père qui est à la tête des caïds. Frank Collins est de retour à Morganville pour tuer le maximum de sangsues et assouvir sa soif de vengeance. Or, tout se passe mal et c'est Shane lui-même qui va servir de bouc-émissaire. Notre petite Claire, éperdument amoureuse, veut sauver le garçon et tente tout et n'importe quoi pour y parvenir. 
Alors, ça court dans tous les sens, ça hurle, ça tue, ça menace et ça ne fait pas dans la dentelle. Cette série est riche d'un univers furieusement gothique, l'atmosphère est oppressante, toutefois on y adhère complètement. Par contre, là où le souci se pose, c'est concernant le charisme des personnages. Claire, en tête, est une stupide petite chose, qui n'en fait qu'à sa tête et qui se met dans des situations compromettantes, sans prendre en compte les émotions de ses proches. Elle agit selon son instinct, et son instinct lui dicte de sauver Shane. Le garçon, dans son genre, est un sombre idiot qui agit aussi avant de réfléchir. Heureusement, dans ce tome, il est passablement absent. Et j'ai beau essayé, mais je n'arrive pas à croire une seconde à leur histoire d'amour. Claire a seize ans, on croirait une vierge effarouchée, non, franchement, c'est ridicule. A côté, nous avons le couple Eve-Michael, beaucoup plus excitant, sauf que l'auteur le place trop souvent dans l'ombre. Elle a néanmoins pris une initiative importante en faisant évoluer le personnage de Michael, parce qu'à ce rythme-là, je trouvais que le garçon était inutile, coincé dans un rôle de figuration. 
D'autres personnalités se révèlent, comme la Fondatrice Amelie, ou Sam le rouquin, sans négliger le très pervers Oliver. La série s'appuie donc sur un univers vampirique plus sombre et roublard qu'il ne paraît, parmi lequel les humains sont comme des marionnettes, manipulées, abusées, exploitées sans vergogne. Bref, un socle solide mais des personnages un peu creux. J'espère davantage de la suite !

Vampire City tome 2 - Rachel Caine
Hachette, coll. Black Moon, 2011. Traduction de Alice Delarbre.
en VO : The Dead Girls' Dance 

06/01/12

It was my path, and like me, it was bound to be unique.

IMG_6536

Zoey la butineuse a été démasquée, tous ses petits copains lui ont tourné le dos et même ses proches amis ont été écoeurés par ses agissements et ne veulent plus lui parler. Zoey est seule, vulnérable, alors qu'elle perçoit des ondes négatives dans le parc de l'école, en plus des corbeaux qui rôdent méchamment, bref elle se sent en danger. Et incroyable mais vrai, c'est auprès d'Aphrodite qu'elle trouve du réconfort. 
L'ancienne peste a beaucoup évolué depuis le début de la série, c'est même le personnage le plus drôle et sarcastique de la bande, heureusement qu'elle est là ! Elle a subi une transformation particulière et a reçu de nouvelles visions de Nyx dans lesquelles Zoey trouverait la mort, ce qui entraînerait le monde dans le chaos. Pour y remédier, la jeune prêtresse doit absolument se réconcilier avec ses potes et ne jamais rester seule. De plus, Neferet semble tisser sa toile dans l'ombre, mais il n'y a que Zoey et Aphrodite pour se douter de son âme sombre. Et malgré l'arrivée sur place de Shekinah, the big chief, le complot de la traîtresse a pris une telle ampleur que plus rien ne pourra l'arrêter. 
Enfin, dans ce tome 4, la vie sentimentale de Zoey est mise entre guillemets. Il est temps pour la demoiselle de se remettre en question, même si elle tombe vite sous le charme du nouveau, James Stark, archer hors pair, décrit comme un type arrogant et sûr de lui. Et puis, paf ! l'histoire en décide autrement. Ce potentiel est mis en retrait pour exposer très clairement Zoey sous les feux de la rampe. 
C'est LE tome qui se tourne exclusivement vers l'intrigue politique, celui qui marque aussi un grand tournant dans la série. Les bouleversements annoncés, ou craints, vont enfin entrer en piste, les petits tourments adolescents n'ont plus lieu d'être, la guerre est déclarée, mais qui sont les méchants et les gentils? Quels rôles vont jouer les personnages rencontrés jusqu'à présent ? Qui va tirer son épingle du jeu ? Je pense que la suite promet d'étonnantes perspectives !

The House of Night #4 Untamed - P.C. Cast & Kristin Cast
Published September 2008 by St. Martin's Griffin

- Disponible en VF chez Pocket jeunesse : rebelle

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


23/12/11

Kinda funny, kinda gross, and more than kinda messy.

IMG_6194

J'ai finalement renoué plus vite avec Zoey et ses camarades de la Maison de la Nuit, et bien m'en a pris parce que j'ai fortement apprécié ce troisième volume ! Et pourtant, Zoey fait tout pour agacer son monde. Ses atermoiements sentimentaux occupent toujours une grande partie de l'intrigue, entre Heath, Erik et Loren, la pauvre ne sait plus où donner de la tête. C'est simple, elle aime ses trois petits copains et ne peut (veut ?) pas choisir. Dans le fond, elle se sent flattée d'être leur élue et s'invente des prétextes bidons pour justifier ses agissements en papillonnant de l'un à l'autre sans comprendre que son attitude choque. 
Bref, le sort de Stevie Ray lui tient heureusement toujours à coeur. Pour la sauver, Zoey est prête à tout. Et pour l'occasion, elle se rapproche d'Aphrodite. La peste de service ! On a beau dire, elle a tout de même plus de chien. Son personnage évolue dans le bon sens, souvent elle m'a surprise en bien et m'a également fait sourire ! 
Autre chose aussi, le lien entre Neferet et Zoey commence enfin à se détendre. Les masques vont tomber. Des vampires sont sauvagement attaqués - par la faute des cinglés de la Foi ? Le conflit grogne et prend de l'ampleur. Définitivement ce tome prend un tournant plus sombre et captivant afin de préparer la suite des aventures avec ingénuosité. Et un peu de piquant aussi ! 
J'aime de plus en plus cette série, je pense qu'il faut mettre de côté la personnalité volage de Zoey (dommage, c'est l'héroïne), car le reste (histoire + univers) est juste parfait ! C'est très prenant, aussi efficace qu'une série tv. Désormais, de plus en plus de nouvelles données vont entrer en scène, ça va chambouler les cartes déjà en place, c'est sûr, et je m'en réjouis d'avance !

The House of Night #3 Chosen - P.C. Cast & Kristin Cast
Published March 2008 by St. Martin's Griffin 

LUENVOLu en VO - 47

"She's easy to lead around, a shiny present here, a pretty compliment there, and you have true love and a popped cherry sacrificed to the god of deception and hormones. Young girls are so ridiculous--so predictably easy."

- Disponible en VF chez Pocket jeunesse choisie

Posté par clarabel76 à 16:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17/11/11

Gardez-vous de la jalousie, seigneur !

IMG_5798

Cléo a grandi dans un monde dévasté suite au Cataclysme qui a ravagé la planète et sa population. Ses ennemis jurés sont les Ashes, qu'elle juge responsables de la mort de ses parents. Elle est aujourd'hui la fille adoptive du chef des Norms, elle est forte et veut gagner ses galons de battante au cours des raids, mais sa rencontre avec une Emplumée la déstabilise du fait de leur ressemblance troublante. 
A partir de là, elle cherche à comprendre la signification de son tatouage au poignet. Elle fait des cauchemars aussi. Elle a besoin de comprendre l'histoire de ses origines, de ses parents, de cette jumelle qui appartient au clan rival, mais tout le monde lui tourne le dos. Une tension se crée, ses rapports avec Tybalt, son petit copain, deviennent brutaux, le garçon est jaloux et a proclamé devant tous son droit sur elle. Cléo est donc dans une impasse - un monde sans arbitraire, à moins d'encourir le risque d'être mise au ban de son clan. 
Nuit Tatouée est un roman à l'univers violent, sombre, oppressant et sinistre. J'ai été séduite par les prémices de l'intrigue, avant de ressentir lassitude et malaise. Cléo est à un tournant de sa vie, elle a dix-sept ans, elle veut comprendre qui elle est et d'où elle vient, mais elle se heurte à un mur. L'histoire ne lui fait pas de cadeau, elle est brutalisée et réduite au silence, isolée pour qu'elle soit encore plus vulnérable. C'est une démonstration affligeante de l'abus de pouvoir, c'est réaliste mais ça fait froid dans le dos. 
J'ai ensuite trouvé que l'ensemble piétinait, en tournant autour des atermoiements de la jeune fille, peut-être à juste titre, mais l'action est devenue plus faible, révélant pleinement une atmosphère écoeurante et pathétique. La séduction a donc fini d'opérer. De plus, je n'ai pas compris l'obsession de Cléo pour ce garçon entraperçu lors d'un raid, avant de tomber dans un trou noir. Ce type ne réapparait pas avant les dernières pages, c'est pour dire, il n'a pas une importance considérable dans ce premier tome, si ce n'est d'être un leitmotiv pour tourner le dos à sa vie passable et insatisfaisante.
En bref, j'ai trouvé à cette lecture de belles idées, mal exploitées, plongées dans un monde déconcertant et glauque, envers lequel je n'ai hélas ressenti aucun effet d'excitation.

Nuit Tatouée, 1. La peau des rêves par Charlotte Bousquet.
L'Archipel, coll. Galapagos, 2011. Couverture : Adrien Aymard, ill. Mélanie Delon.

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04/11/11

“Breaking rules isn't bad when what you're doing is more important than the rule itself.”

IMG_5656

L'histoire fait suite à la nouvelle publiée dans le recueil Prom Nights from Hell au cours de laquelle nous faisions connaissance avec Madison Avery, fauchée le soir du bal par un Ange impitoyable, lequel va perdre son amulette dans la bataille, ce qui permettra à la jeune fille de revenir sur Terre sous une apparence humaine. Ce qu'on continue de découvrir, dans ce livre, c'est le pourquoi de cette attaque et la réelle identité de son agresseur. A partir de là, le destin de Madison est lié. Marqué d'une croix blanche. 
Son tuteur désigné, Barnabas, est convoqué par son supérieur pour répondre des actes loupés de la demoiselle, puisque celle-ci ne fait toujours pas preuve d'efficacité et s'attire bévues et autres imprévus partout où elle passe ! En attendant, un ange gardien de première sphère lui est attribué (irrésistible petite Calice, qui s'époumone avec des comptines ridicules !), dans l'espoir que Madison demeurera tranquille et discrète l'espace de quelques heures. 
Mission impossible, on s'en doute ! Madison se rapproche de Josh, son rendez-vous arrangé le soir du bal de la promo, et découvre qu'il court un grave danger. Elle décide alors de le coller aux basques, quitte à griller sa couverture et passer pour plus débile qu'elle ne l'est. De toute façon, l'adolescente de 17 ans ne fait jamais rien comme tout le monde et possède un don particulier pour s'attirer les foudres de ceux qui tentent de l'aider, la protéger ou la guider. 
Résultat, elle échafaude un plan tiré par les cheveux pour régler le compte du Gardien qui a volé son corps mais doit d'abord se frotter à un Faucheur tenace et rancunier... Tout ceci n'est qu'un aperçu, car ça voltige à tous les étages. Il se passe effectivement beaucoup de choses au cours de cette lecture, et pourtant j'ai parfois eu le sentiment que ça demeurait confus. Les explications et autres scènes introductives ont tendance à s'enliser dans du blabla, parce qu'il y a tant à expliquer et parce qu'il faut placer tous les pions, et tout ça en un temps record (le livre n'étant pas bien épais), je vous laisse deviner l'impression de stress et de désordre qu'il règne. 
Ceci étant dit, j'ai été totalement séduite par les personnages et par l'humour dans le récit. J'attends beaucoup de la suite !

Madison Avery, tome 1 : Ange Gardien, par Kim Harrison
Castelmore, 2011 - 285 pages - 12,90€
traduir de l'anglais (USA) par Arnaud Demaegd 

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/11/11

“And I am more alone than ever before.”

IMG_5653

Deux silhouettes féminines, enveloppées dans des capes rouges, se baladent dans la forêt, armées d'une hache et de couteaux aiguisés. Elles guettent les Fenris, ces créatures humaines qui se métamorphosent en loups dès que le désir pour la chair fraîche les tenaille. Scarlett et Rosie March sont soeurs, l'aînée a été défigurée sept ans plus tôt en voulant protéger sa famille, elles sont seules au monde, entraînées pour livrer un combat acharné contre leurs ennemis. 
Silas, leur ami d'enfance, est de retour dans leur petite ville de Géorgie. Il a longtemps été le partenaire de Scarlett jusqu'à ce qu'il décide de prendre l'air pour profiter un peu de la vie. C'est ce qu'il tente de suggérer aux soeurs March, de souffler, de ne pas se consacrer entièrement à la chasse. Rosie, plus sensible, se laisse séduire par les discours du garçon et tombe sous son charme. Scarlett, par contre, refuse de se laisser attendrir et sent un fossé se creuser entre elle et sa cadette. 
Parce que les évènements à Ellison deviennent plus douloureux à gérer, les trois camarades comprennent qu'il faut bouger et emménager à Atlanta pour poursuivre leur traque. Ils ont en effet eu connaissance de l'existence d'un Potentiel, le seul et véritable appât qui captive les Fenris. Trouver celui-ci permettrait aux March et à Silas de remporter un avantage considérable. 
Mais Atlanta est une ville impressionnante, où Scarlett perd pied et considère ses repères habituels complètement inexistants et inefficaces. De son côté, Rosie devient libellule et s'éloigne de plus en plus de sa soeur. 

D'une part, la complicité entre Scarlett et Rosie est très, très importante dans le roman. C'est le ciment de l'histoire, au-delà des scènes d'action (nombreuses) et du climat d'ensemble (lourd et oppressant). La relation des soeurs est forte et fragile à la fois, teintée de sentiments multiples comme la reconnaissance, l'amour, la culpabilité et les non-dits. Le désir d'indépendance de l'une est très mal vécu par l'autre, laquelle refuse d'admettre sa propre fragilité et son besoin de pouvoir compter sur son socle familier (sa soeur et son ami d'enfance). Silas, à sa façon, devient le petit grain de sable qui affecte l'équilibre désormais précaire puisque sa présence fait battre le coeur d'une demoiselle March, et on voit bien que cette prise de conscience la perturbe énormément, ça l'attire et l'effraie, cela implique un brusque changement qu'elle n'est pas encore capable d'assumer. 
Globalement, le roman se lit vite et bien. Son aspect sombre et implacable n'est pas sans charme, il s'agit bel et bien d'un conte cruel, où des filles sont harcelées, pourchassées, agressées et tuées. Beaucoup de violence, donc. Le sens de la justice de Scarlett est très prononcé, en parallèle la personnalité de Rosie est au stade de l'épanouissement (et personnellement, j'ai trouvé qu'elle était plus intéressante à suivre). C'est naïf, et pourtant chargé de sous-entendus sexuels (le cours de dessin, par exemple... un grand moment !). 
Dans l'ensemble, j'ai bien aimé mais j'ai trouvé l'intrigue sans surprise. J'avais tout deviné avant la fin, et j'aurais apprécié que l'auteur aille jusqu'au bout de ses idées. 
La couverture est très jolie !  

Sisters Red, par Jackson Pearson
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2011 - 425 pages - 15€
traduit de l'anglais (USA) par Patricia Reznikov 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/11/11

“Remember all fairy tales end at some point.”

Voici l'avant-dernier tome de la série des Vampires de Manhattan

La Promesse

Direction Le Caire ! Theo et Jack veulent sauver leur amour, retrouver Catherine de Sienne et protéger l'héritage des Van Alen, mais les rues sont dangereuses et les rencontres parfois impromptues. Les Venator tombent comme des mouches, l'ancienne équipe de Kingsley Martin est sur les dents, c'est ainsi qu'on retrouve Deming Chen et sa soeur jumelle, assorties des frères Lennox, en mission pour contrer le couple chouchou. De son côté, Mimi Force, accompagnée d'Oliver, s'est jurée de sortir son amant des griffes de l'Enfer et plonge ainsi dans le Monde des Abîmes sans le moindre remords. Son histoire de lien avec Abaddon n'est pas terminée pour autant, il faut en finir même si cela demande de passer par un sacrifice ultime.
Sans en révéler davantage, les troupes de l'Ennemi se rassemblent (sur et SOUS Terre !), la menace se précise. Theodora commence à prendre conscience de son rôle à jouer. De plus, l'histoire de sa mère, Allegra, est dévoilée par petites touches, son lien avec Charles et sa romance avec Ben ne paraissent plus si anodins, les indices sont encore maigres mais les éléments ici présentés font comprendre qu'ils seront déclencheurs d'autres bouleversantes découvertes dans le prochain tome.
Rendez-vous est donc pris à Londres ... Le très attendu tome 7, The Gates of Heaven en VO, sortira en janvier 2013 - ouch pour les nerfs ! Pour celles qui hésitent encore, cette série a su déjouer les pièges de la superficialité entrevue dans les premiers tomes pour installer une vraie et étonnante intrigue au fil des tomes. Cela n'a franchement plus rien à voir avec les débuts, la mythologie est judicieusement exploitée (des vampires, oui... mais des anges avant tout !). C'est une lecture habile, addictive, faussement glamour parce que les dessous de l'intrigue sont retors et difficiles à percer. Bienheureux qui pourra deviner le final de cette saga ! 

La Promesse des Immortels - Melissa de la Cruz
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2011 - 385 pages - 13,50€
traduit de l'anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,