18/10/09

The Hunger Games / Catching Fire ~ Suzanne Collins

First published in the US by Scholastic Inc., 2009
This edition published in the UK by Scholastic Ltd, 2009
470 pages - £ 6.99

(Je pense avoir évité les spoilers !)

catchingfireukOn pensait les Jeux (the Hunger Games) terminés.
Pas vraiment.
Katniss a défié le Capitole, elle sait que sa tête est mise à prix. Le Président Snow en fait une affaire personnelle et la menace n'est pas à prendre à la légère. La jeune fille n'est pas dupe mais elle ignore quand il compte agir, la tournée du Vainqueur est déjà programmée, à travers les douze Districts la tension est palpable. Ce sont des cris de joie, des grondements de mécontentement, du ressentiment, de la jalousie, de la haine qui croisent son chemin. La foule elle-même est tenue en laisse, muselée par les Peacekeepers, devant obéir au doigt et à l'oeil.
Or Katniss - adulée ou méprisée - représente désormais un symbole, illustré par sa broche du mockingjay. C'est hélas la catastrophe pour elle car cela signe définitivement son arrêt de mort.
La dissidence, voilà ce que craint le Capitole.
Il ne faut pas oublier que les Jeux ont été créés pour humilier les districts. Cette année, the Hunger Games célèbrent leur 75ème anniversaire, une édition spéciale avec des règles tout à fait surprenantes.

Ce n'est pas facile de raconter le contexte de ce deuxième livre, surtout si on ne tient pas à dévoiler des éléments importants qui tuent le suspense du premier !!!
Prudemment, mais sûrement donc.
Catching Fire est à considérer comme le livre du milieu, dans une trilogie c'est généralement le plus mauvais numéro, mais pas cette fois. Sur plus de 400 pages, l'histoire ne cesse de nous en mettre plein la vue : c'est stressant, romantique, poignant, injuste et tout ça vous épuise, mais pas question de reposer le livre un seul instant. Hunger Games est une série qui colle aux doigts, c'est confirmé !
J'ai été totalement transportée par l'histoire de Katniss, une héroïne forte et fragile, qui se trouve soudain propulsée au coeur d'un enjeu démoniaque. Face à elle, c'est toute une population qui s'accroche et c'est aussi un leader (Président Snow) qui fout les jetons tant il la déteste. C'est un pervers à l'esprit retors et diabolique, j'ai beau me répéter ce n'est qu'un personnage de fiction, boudiou j'avais la chair de poule et la haine dans le ventre dès qu'il mijotait un mauvais coup. Tout est tellement machiavélique, c'est dingue.
Et puis le public est aveugle, il ne bronche jamais ou il s'émeut artificiellement, pourtant en matière de sensations il est bien servi, je suis à cran de voir une telle passivité. J'avais envie que ça se révolte, que ça dise stop ou pitié. Nevermore. Plus jamais.
C'est vous dire combien j'ai effacé les barrières de l'oeuvre fictive, j'étais complètement dedans !!! Dans l'histoire, aux côtés de Katniss, en train de pleurnicher lorsque les malheurs lui tombent sur la tête. Non mais c'est pas possible, je me disais, pas encore, je vais y laisser ma peau !
(Je VIS mes lectures. Plus besoin de vous faire un dessin.)
Donc oui j'ai encore une fois bien mouillé les manches de mes maillots et usé des mouchoirs, je me suis souvent prise la tête entre les mains, tant j'hallucinais, parce que ça fait un mal de chien de savoir tout ce gâchis.
Pourtant je vous jure que c'est vraiment bien, ça se vit à fond et ça provoque des frissons dans tout le corps. Je n'imagine pas une lecture autrement... Il FAUT lire Hunger Games dans un état fébrile, pas autrement, de toute façon la lecture vous impose un tel rythme, c'est impossible de rester stoïque.
Je ne dis rien des personnages, ou si peu. Ce serait trahir le suspense, encore une fois. Mais hanlala, ils sont tous beaux. Pas physiquement, même s'ils sont évidemment bien roulés, pour émoustiller la ménagère de moins de 50 ans (huhuhu), plus sérieusement je trouve qu'ils sont beaux dans le sens qu'ils sont nobles, droits, charismatiques et admirables. Car au coeur de cette lutte à la vie et à la mort on trouve une histoire d'amour... plus particulièrement, un triangle amoureux. LE cauchemar des lecteurs ! Or, là je vous assure que c'est tout sauf agaçant. Suzanne Collins a su rendre ses personnages tellement attachants, avec leurs qualités et leurs défauts, leur parcours, leur passé, leurs affinités, c'est un casse-tête de prendre parti. Enfin moi je m'y refuse, j'aime tout le monde dans ce livre, oui je suis amoureuse de TOUS les personnages
(sauf Président Snow ... et Thread aussi).
Et maintenant je pleure, parce que c'est fini, parce que je me sens orpheline, parce qu'il faut attendre la suite et parce que je suis contente de lire une si bonne série qui me met en transe (bah oui). Et parce que c'est génial quand ça arrive dans une vie de lectrice...

 

----------------

 

 

Je vous fais grâce de toutes les folies lues, vues et entendues, je ne mange pas ce pain-là, vous le savez bien... (ha ha ha) ; juste ce lien, vers un site qui imagine les ^acteurs^ potentiels pour incarner les personnages, sans aucune prétention, du fantasme ou de la fantaisie. J'aime ça ! :)

A noter : J'ai lu l'édition anglaise, pour avoir un aperçu de la couverture américaine c'est ICI.

A la question, lire Hunger Games en vo est-ce difficile ou pas ?  Je n'ai pas trouvé, après chacun son niveau d'anglais.
Voici donc des liens pour vous permettre de juger votre aptitude en lisant le 1er chapitre de :

  1. The Hunger Games www.scholastic.com/thehungergames/media/hungergames-chapter1.pdf

  2. Catching Fire

A ce jour, il n'existe aucune indication de date pour la publication du troisième tome (j'en suis malade !) mais d'après quelques constatations je penche pour septembre 2010.
C'est troooop long. :/

 

catching_fire_8308342_1280_800

 

 

Posté par clarabel76 à 21:30:00 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,


17/10/09

Hunger Games # 2

totalement impatiente de connaître la suite, j'ai donc craqué en commandant le volume 2 en anglais, il s'intitule Catching Fire, (la livraison fut insupportablement longue, 13 jours d'attente, c'est rude !), et voici un trailer bidouillé par un ^fan^ de la série, je le trouve bien fait...

ça donne des frissons partout, quand je vous disais que c'était une lecture très wooooooow ! ... à plus tard (si je décide de remonter à la surface) !

hihihi, j'ai même trouvé ceci : the_question_bag_p1494547111902458042w9ct_525disponible ICI.

BIENTOT UN FILM !

Lionsgate Entertainment has acquired worldwide distribution rights to a film adaptation of The Hunger Games, which will be produced by Nina Jacobson’s Color Force production company. Suzanne Collins, the author of the novel, will also be the screenwriter.

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

01/10/09

bientôt, La Mélodie des Tuyaux...

IMGP6697

IMGP6698

IMGP6699

IMGP6701

IMGP6702

IMGP6706

IMGP6707

en librairie le 8 octobre 2009

NB : Photos personnelles - illustrations à ne pas reproduire. Merci. 

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26/01/09

(petite annonce)

Jeune société d'édition basée à Sophia Antipolis, Calixte se spécialise dans l’édition de livres audio. 

Plusieurs collections y sont développées, pour lesquelles nous recherchons des manuscrits pour éditions papier et audio :
- Collection Etat de faits : les manuscrits ne doivent pas encore être édités et correspondre à une thématique qui joue avec les faits
de société et plonge les lecteurs dans une atmosphère mi fiction mi réalité, flirtant parfois avec le thriller.

Le manuscrit doit se prêter à une lecture orale, et ne pas être trop long (pas plus de 200 pages).
- Collection de nouvelles : les manuscrits ne requièrent pas de contraintes particulières ni thématiques.
Pour tout envoi de manuscrit merci de faire parvenir un mail à pascaline.charrin@hexagone.net.

Posté par clarabel76 à 13:59:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

21/09/08

^Avant-première : roman coup de coeur ^

Il y a deux-trois ans, j'étais lectrice pour France Loisirs. Cela consistait à recevoir des manuscrits en v.o et de renvoyer des notes de lecture. Facile ! Dans l'ensemble, j'ai toujours eu une bonne pioche. Mais un jour, j'ai eu LA révélation de l'année et je suis très contente de vous apprendre que le roman est enfin proposé dans le catalogue de France Loisirs, en avant-première :

IMGP6097

Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

(en vo : The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society)

Son histoire :

Janvier 1946. Tandis que Londres se relève péniblement des drames de la guerre, Juliet se demande quel va bien pouvoir être le sujet de son prochain roman. Lorsqu'elle reçoit une lettre d'un habitant de Guernesey, cette petite île anglo-normande oubliée, lui parlant d'un cercle littéraire et de tourtes aux pelures de pommes de terre, la curiosité de Juliet est piquée.
Au fil des lettres qu'elle échange avec les habitants - aussi fantasques qu'attachants - de Guernesey, Juliet découvre l'histoire d'une petite communauté sans pareille sous l'Occupation et le destin héroïque et bouleversant d'Elizabeth, une femme d'exception...

Rédigé sous la forme épistolaire, ce roman se lit d'une traite. C'est savoureux ! Au début, on pense vaguement à Helene Hanff et son 84, Charing Cross Road pour très vite l'oublier ! C'est encore mieux ici. On s'embarque rapidement dans une aventure insulaire, à Guernesey, au sein d'une communauté bougrement attachante. Ses habitants ont connu la guerre, en plus de leur isolement. Bien entendu ils se sont serrés les coudes, ont trouvé le moyen de se divertir en créant un cercle littéraire pour parler de leurs lectures. Mais en fait ses réunions servaient d'alibi pour des actes de résistance (han-han). Je n'en dis pas plus !

Vous allez adorer !

La page de présentation sur le site de France Loisirs (avec extrait)

Et pour celles & ceux qui me trouvent abominablement injuste (tout le monde n'est pas adhérent !), je ne peux que vous conseiller la lecture en anglais (ce site, play.com, propose le livre au prix de 11,49€  ICI ). Sinon le roman va paraître chez Nil en avril 2009.
Traduction de l'anglais par Aline Azoulai-Pacvon et c'est très bien rendu !

Avé, les lecteurs ! 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


10/06/08

Nouveauté : Newsletter Folio

L'occasion est trop belle et j'en profite pour partager avec vous l'information... En quelques mots, je vous dis : folio, newsletter, cadeau. Je sens votre intérêt s'éveiller d'un coup, votre sourcil se hausser.

Mais de quoi s'agit-il ?

Il y a d'abord un site tout nouveau : folio qui offre la possibilité via la newsletter d'être tenus au courant des nouveautés par genre, centre d'intérêt, etc.

Pour s'y inscrire, cela se passe ici : http://www.folio-lesite.fr/Folio/newsletter.action

Quoi de plus banal, me direz-vous ? !

Mais pour l'occasion, cette inscription incite les internautes à participer à un concours pour gagner des exemplaires du livre "Entre les murs" de François Bégaudeau dont l'adaptation cinématographique a été primée à Cannes cette année. Il y a 100 exemplaires à gagner.

Ce serait dommage de louper ça ! ;o)

newsletter Folio

Parmi les prochaines sorties en folio (courant juin), j'en profite pour évoquer celle de « Rhésus » par Héléna Marienské, un roman très drôle, complètement barré, qui parle de troisième âge, de sexe et d'un singe !

Dans un Manoir proche de Paris, à Vigny-sur-Seine, une bande du 3ème âge a décidé de prendre sa revanche et de monter une armée de résistance contre la société, le gouvernement et la République. Il y a, à son bord, Raphaëlle, une bourgeoise abandonnée par son tyran de fille, Céleste, un écrivain qui a longtemps abandonné sa plume contre les jeux vidéo et les films porno, et Hector, qui débarque dans son smoking blanc et ses millions gagnés au loto. Ils sont encore quelques-autres à constituer la bande du Manoir, mais ces trois personnages sont les plus importants. C'est à leur manière qu'on suit l'histoire, par leurs témoignages respectifs, qui ne manquent jamais de piquant. La vision « des choses » prend page après page une tournure complètement différente, elle s'éclaire, s'illumine et provoque de grands éclats de rire (en plus d'une envie - mitigée - de faire la grimace).

Mais qu'arrive-t-il à ces pépés et mémés qui, brusquement, se redécouvrent des envies de sexe, pur et dur. Pas de l'amour, du sentiment, de la tendresse et une compagnie pour soulager les vieux jours, oh non ! Ces trublions lèvent les pattes, s'envoient en l'air et se moquent éperdument des gros titres dans les journaux. La France se gausse, le pays jase, les gens s'offusquent, mais le public en redemande. Car cette petite bande (bafouée, mal traitée, menacée et privée de nourriture) a un chef de fil hors du commun, il s'agit de Rhésus, un petit singe extraordinaire et qui réveille chez ce club du 3ème âge des envies de renouveau, de « recommencement ». C'est aussi lui qui aidera les résidents du Manoir à tenir les barricades, à faire front contre l'incursion de l'extérieur, pour des raisons déjà nommées plus haut.

Avec « Rhésus », Héléna Marienské parvient à bousculer les esprits frileux car son premier roman est époustouflant, prometteur d'une franchise et d'un culot fédérateurs. Qu'on se régale dans cette histoire ! Car on en voit de toutes les couleurs, ça y va dare-dare dans la frénésie sexuelle, on ne fait pas dans la dentelle et on enlève ses gants de soie en évitant les discours mielleux et lisses sur les personnes âgées. On brise les carcans, les idées « pudibondes », ça vole en éclats ! Quel exploit : sur un sujet aussi casse-pipe, la pente était dangereusement glissante mais Héléna Marienské a su éviter les pièges et s'en tire avec dextérité. La fin apporte une note une peu moins truculente par rapport aux 3/4 du roman, et c'est juste un peu dommage, toutefois cela n'enlève pas l'impression de jouissance ressentie depuis le début. Pour en prendre plein les mirettes, je vous conseille honnêtement d'ouvrir ce livre !


Article sponsorisé

Posté par clarabel76 à 14:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

22/04/08

I heart you, You heart me ~ Lisa Schroeder

I_heart_youCe roman est une pépite, il est stupéfiant, sensible, émouvant et ne pourra pas vous laisser insensible. Ava, la narratrice de quinze ans, vient de perdre son grand amour, Jackson. Le garçon est mort, rompant ainsi la promesse de ne jamais se quitter. Inconsolable, la jeune fille pleure à longueur de journée, se rappelant leur rencontre et les instants passés ensemble. Plus que tout, Ava se sent responsable de la mort de Jackson, et malgré l'attention de ses meilleures amies et l'affection de ses parents, elle s'enfonce dans sa douleur et l'accablement.

Puis, vient un souffle, un frisson, un courant d'air, une impression, bref elle sent qu'IL est près d'elle, que SON FANTÔME est à ses côtés. Elle n'est pas folle. Il y a bien quelqu'un, quelque chose près d'elle, quand elle est chez elle, seule. Non l'histoire ne flirte soudainement pas avec le fantastique, c'est au contraire plus fin et intelligent car l'esprit de Jackson se manifeste de façon fluide et poétique, souvent à travers la musique, qui remplace toutes les paroles que nos deux jeunes amoureux ne peuvent plus se dire. Ce n'est pas pathétique, ni un insupportable mélo.

C'est un récit renversant, qui vous transperce et vous soutire toutes les larmes de votre corps ! Le texte est composé de strophes très courtes, les plus allergiques aux vers tirent la langue, hanlala, ce n'est pas possible. Ce n'est pas de la poésie, c'est comme un mode d'emploi pour une incantation, qui donne ainsi un impact plus troublant et plus fort qu'un simple texte narratif. Les mots sont récités, dictés sous le poids de l'émotion, emportés par le flot du désarroi. Quand Ava pleure, à se remémorer ce qui était et ce qui ne sera plus, ou à tourner en rond pour s'échapper de cette emprise qu'elle veut et ne veut pas abandonner, c'est automatique pour le lecteur (pour moi) : dégoulinade de larmes.

C'est vraiment un très beau livre, avec une sensibilité bénéfique, même si elle provoque quelques effets secondaires. C'est poignant, puissant, avec des passages d'un lyrisme qui n'est pas ronflant. Jusqu'au bout, on accompagne Ava dans son deuil et on pleure beaucoup avec elle !
Was it hard ?  I ask.  Letting go ?
Not as hard as holding on to something that wasn't real.
I gulp.
Can I ask how you did it ?
I just decided, Ava. I just decided.

Je sors en larmes de ce roman, je ne vous raconte pas, après l'effet Twilight (toujours pas cicatrisé) je suis passée à l'état de flaque... Mais lisez ce livre, il est surprenant !

Simon Pulse, 2008.

réédition d'un billet qui a mystérieusement disparu des pages du blog ! gros mystère ... les commentaires suivront, ou pas, si je récupère l'original. :/

Posté par clarabel76 à 14:52:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01/03/08

Le joli mois de mars !

Que de belles choses pour ce mois de mars ! Cela annonce le printemps, bientôt le temps d'enlever les peaux mortes et de casser nos tirelires pour succomber aux formidables tentations.

la_consolante

Quatre ans après Ensemble c'est tout, Anna Gavalda revient avec une bonne petite brique rouge de 630 pages et des lecteurs impatients font déjà la queue au portillon (de leur librairie) pour ne pas louper cet événement !

Livre à paraître le 11 mars !

( A noter que la couverture a été dessinée par la dame en personne...)

Pour connaître l'histoire, il y a soit l'option 'effet de surprise', soit le résumé sur le site de l'éditeur (le dilettante) ... au choix ! - Moi je mise sur la surprise. -

valse_lente_des_tortuesVous aviez craqué pour les personnages de Katherine Pancol dans Les yeux jaunes des crocodiles, vous allez les retrouver dans un nouvel ouvrage - une bonne grosse brique bleue - de 650 pages encore !!! C'est le mois des folies, le mois des pagivores ! Fichtre.

Après les crocodiles, place aux tortues ... Elles vous promettent une tendresse authentique, souvent désopilante, parfois sombre, mais toujours poignante, une trame virevoltante, une vivacité contagieuse ...  ça promet !

Disponible dès le 3 mars (et même avant ... ! car il est déjà dispo dans certaines crèmeries !!! ).

Un peu de BD maintenant, avec l'incontournable Manu Larcenet et son 4ème tome de la série Un Combat Ordinaire.

combat_ordinaire_5Présentation de l'éditeur
Le chantier naval ferme, Marco est devenu père, sa mère apprend à vivre seule, un homme meurt dans la campagne, un journaliste craque. A partir de petites choses, de moments rares, de tristesses banales, Manu Larcenet continue de dresser le portrait d'un homme ordinaire, imparfait en lequel chacun d'entre nous reconnaît l'un des siens. Planter des clous, dernier tome du Combat Ordinaire, clos, magnifiquement l'une des plus belles réussites de la bande dessinée contemporaine.

Si vous ne connaissiez pas encore, il faut s'y mettre. Que vous n'aimiez pas trop la BD, ok. Cette série vous fera changer d'avis, cependant ... :o) Il s'agit, de plus, du dernier tome qui conclue une plus que belle et grande réussite de la bande dessinée contemporaine (à mon tour de planter et d'enfoncer le clou !). N'est-ce pas Tamara ?

A paraître début mars.

Petite cerise sur le gâteau, pour finir ...

treizieme_conteLe Treizième Conte, roman découvert et fort apprécié dès l'ouverture de l'année 2007, va enfin être disponible en poche - chez Pocket aux environs du 20 mars !

Présentation de l'éditeur
Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l'écart du mond, s'est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son imagination. Aujourd'hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l'extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Margaret Lea est une injonction : elle l'invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l'imaginaire ; et elle ne croit pas au récit de Vida. Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité. Dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question de maisons hantées et de sœurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres.

( A souhaiter que la couverture soit aussi belle en poche ! )

Et ne pas oublier le nouveau livre de Karine Fougeray  « Ker Violette » disponible depuis fin février ... 

Posté par clarabel76 à 08:01:00 - - Commentaires [51] - Permalien [#]

12/02/08

A noter sur vos tablettes !

Ker_Violette

Venant de nulle part, Clara débarque un matin dans un port, en Bretagne. Elle recherche son cheval mais c'est Félix, un homme de mer qu'elle rencontre, puis Violette, une étrange vieille dame qui l'accueille dans sa maison d'hôtes.
L'indépendance de Clara, sa franchise, attirent les relations passionnées.
Libre, Clara sait exactement ce qu'elle veut. Pour autant, elle masque un passé difficile qui va lentement et sauvagement remonter à la surface. Sa quête emporte Félix, Violette et les nombreux personnages qui traversent son chemin.
Ker Violette, c'est l'histoire d'un bout de vie, avec son lot de rires, de surprises, d'emballements.
Ker Violette, c'est aussi l'histoire des mers qui pénètrent dans les terres, des chevaux et des bateaux qui scellent les cœurs à jamais.

Karine Fougeray est née à Saint-Malo en 1963. Son premier recueil de nouvelles, Elle fait les galettes, c'est toute sa vie, est paru en 2005 aux Editions Delphine Montalant puis chez Pocket en 2007.

Parution le 28 février 2008 !

Posté par clarabel76 à 19:15:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

01/03/07

Elle s'appelait Sarah - Tatiana de Rosnay

elle_s_appelait_sarahParis, 2002. Julia, une américaine de 45 ans, mariée à un très séduisant français, Bertrand, est chargée par son rédacteur en chef de travailler un article sur le 60ème anniversaire du Vél d'Hiv. Le 16 juillet 1942, des milliers de familles juives ont été parquées dans le vélodrome d'Hiver suite à la grande rafle menée par la police française. L'américaine ignore tout de ce chapitre d'histoire, mais elle apprendra, au cours de son enquête, qu'elle n'est pas la seule à avoir mis en berne ce dossier houleux... La honte de la France. Beaucoup de femmes et d'enfants ont été envoyés aux camps de la mort, et il n'y a eu aucun survivant.

La vie de Julia est un modèle de rêve éveillé avec un mari délicieux, une fille intelligente dans un cadre parisien cossu, chic et confortable. Son mari Bertrand a pourtant décidé d'emménager dans l'appartement de sa grand-mère Mamé, rue de Saintonge, et de refaire tout à neuf. Julia est vaguement convaincue... Elle ne devine pas aussitôt que les murs de cet appartement renferment des secrets, elle n'entend pas leurs murmures. En fait, Julia est complètement absorbée par son enquête, par ce qu'elle découvre sur le 16 juillet 1942. Elle court dans tout Paris, rencontre des survivants, bouscule les témoins de l'époque, se rend à Beaune la Rolande, à Drancy. Et sur sa route, elle croise un petit fantôme, celui d'une certaine Sarah, juive de dix ans, exportée avec sa famille durant la journée du 16 juillet 1942.

Au début du roman, on rencontre cette petite fille juive, seule avec sa mère et le petit frère, lorsque la police française tambourine à leur porte pour les exhorter à les suivre sur le champ. La fillette décide de cacher son petit frère dans un placard secret dont elle ferme la porte à clé en lui promettant de revenir plus tard. Promis. L'enfant ignore qu'elle part pour ne jamais revenir.. et quand elle le découvre, évidemment c'est l'horreur, l'angoisse, le sentiment de culpabilité et le début d'une lente agonie. Son petit frère, âgé de 4 ans, seul dans sa cachette, avec rien d'autre pour survivre que l'attente d'une promesse faite...

Les chemins de Julia et de Sarah se font écho, de 1942 à 2002. Soixante ans séparent cette enfant juive et cette américaine bouleversée par ce qu'elle découvre. L'enquête de Julia la mène beaucoup plus loin que prévu et va chambouler son existence entière. C'est admirablement rendu par la narration et le tempo donné par l'auteur. Tatiana de Rosnay a su imposer son roman "choc" et "chaud bouillant" sur un sujet aussi sensible. Il y a une émotion incroyable qui s'en dégage, je l'avoue : j'ai pleuré. Cela concerne le témoignage éprouvant de l'enfant, de son drame personnel et du secret qu'elle porte comme un boulet, mais toute la partie qui concerne Julia est également captivante. Cette américaine est une femme de caractère dans son travail, mais c'est une guimauve dans la réalité quotidienne. Ce qui survient dans sa vie familiale, par exemple, devient lentement une épreuve et un coup de boomerang, imprévisible. Irréversible, aussi. On se doute qu'il se passe quelque chose dans la rue de Saintonge... Si vous avez déjà eu entre les mains "La Mémoire des murs", vous pouvez comprendre que ce roman a été nourri de celui-ci ("Elle s'appelait Sarah" a été écrit vers 2003).

Il est donc important / urgent / nécessaire / indispensable (...) de LIRE ce roman très bien documenté, qui est aussi une leçon de mémoire et de devoir. Ne pas oublier. Zakhor. Al Tichkah. Souvenez-vous. N'oubliez jamais. C'est vraiment très fort et percutant. C'est écrit avec une réelle sensibilité, un sentiment d'implication et de tendresse. Et puis on pleure beaucoup, c'est vrai. Mais impossible de lâcher le livre avant la dernière page. Magnifique !

  • Ecrit en anglais, traduit par Agnès Michaux, titre original : Sarah's Key.

... des bouts de phrases qui s'envolent ... : 

  • "C'était comme un secret. Quelque chose d'enfoui dans le passé. Quelque chose dont personne ne parlait."
  • "Je porte le poids de ta mort comme je porterais un enfant. Je le porterai jusqu'à ma mort."

Laure en parle dans ses JardinsCuné en reste sans voix.

  • Les droits du roman ont été vendus dans 15 pays (USA, Grande Bretagne, Italie, Allemagne, Grece, Pays Bas, Finlande, Danemark, Suède, Tchequie, Norvège, Pologne, Ukraine, Portugal & Israel ).

Posté par clarabel76 à 07:00:00 - - Commentaires [38] - Permalien [#]